Catégories
Chroniques d'albums

The Black Angels – Death Song

Choqués par l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis et produits par Phil Ek (The Shins, Fleet Foxes), les Black Angels redeviennent un groupe passionnant avec leur cinquième album sobrement intitulé Death Song. Se plaçant toujours sous le patronage du Velvet Underground et des 13th Floor Elevators, nos anges noirs abordent les choses de manière plus légère et offrent un nouveau souffle à leur psychédélisme.

En 2013 l’affaire Black Angels commençait à sentir le sapin. Tentant de faire comme les Jesus And Mary Chain (à savoir toujours sortir le même album), Alex Maas et Christian Bland publièrent un disque peu inspiré et franchement ennuyeux. On avait donc rangé le dossier Black Angels au fin fond d’un tiroir poussiéreux.

Mais c’était sans compter la victoire de Trump qui a eu un effet dévastateur sur nos dangereux gauchistes d’Austin (Texas)… Les chansons de Death Song ont été écrites pendant la campagne présidentielle américaine et bouleversent un peu (voire beaucoup) les codes des Black Angels. Ces derniers nous laissent enfin respirer un peu et pourraient presque passer pour des gens joyeux (Half Believing).

The Black Angels – Half Believing

Abordant des thèmes passionnants comme le système monétaire (Currency) ou l’amour (I’ll kill for her), les Black Angels retrouvent la vigueur de leurs débuts et frappent juste. Medicine soignera tous les maux du monde et Hunt Me Down fera rentrer au bercail les fans déçus par Indigo Meadow. La production de Phil Ek permet aux Black Angels de s’aventurer vers des territoires qui leur étaient jusque-là inconnus. En plus de récupérer des fans perdus, voilà que la doublette Maas & Bland pourrait en récupérer de nouveaux.

On tient donc ici, avec les British Sea Power, un des retours de l’année.

The Black Angels - Death Song

Retrouvez les articles relatifs aux Black Angels :
The Black Angels – La Cigale
The Black Angels – Le Trianon

Death Song des Black Angels sera publié le 21 avril 2017 (Partisan Records / PIAS).
The Black Angels seront en concert le 29 septembre 2017 à La Cigale (Paris) après avoir joué dans différents festivals cet été (This Is Not A Love Song notamment).

Tracklist : The Black Angels - Death Song
  1. Currency
  2. I'd Kill For Her
  3. Half Believing
  4. Comanche Moon
  5. Hunt Me Down
  6. Grab as Much (as you can)
  7. Estimate
  8. I Dreamt
  9. Medicine
  10. Death March
  11. Life Song
The Black Angels – Death Song4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Alex Maas

Alex (n’est pas à la) Maas

Après un retour en forme en 2017, Alex Maas laisse de côté les Black Angels pour s’afficher en solo. Et c’est réussi.
The Black Angels

Viscéral TINALS !

SK* sera présent pour la cinquième année au festival This is not a love song, l’un des premiers et des plus alléchants festival du début de l’été.
The Black Angels

Le b.a.-ba des Black Angels

Originaire de la « Weird » Austin (Texas), la petite entreprise des Black Angels ne connait pas la crise. Depuis 2006, ces fils spirituels de Rocky Erickson (13th Floor Elevators) défendent une certaine idée du rock psychédélique. Après avoir publié trois albums (Passover, Direction To See A Ghost, Phosphene Dream), nos anges de la mort se sont…
The Black Angels

On tuerait pour les Black Angels

Révélés en 2006 par l’intransigeant Passover, les Black Angels ont réussi à faire par leurs idoles à savoir sortir toujours le même disque tout en se renouvelant. L’alchimie a duré le temps des trois premiers albums mais a connu un beau trou d’air avec Indigo Meadow. Il semblerait que l’élection de Donald Trump ait revigoré…
TINALS 2016 © Fabrice Buffart

The TINALS countdown !

Une grande partie de la programmation du meilleur festival de la ‘non chanson d’amour’ est connue. Le festival TINALS aura lieu du 9 au 11 juin et les derniers noms seront dévoilés ce mercredi à la conférence de presse à Paloma à Nîmes.

Plus dans Chroniques d'albums

The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…