Catégories
Chroniques d'albums

Raoul Vignal – The Silver Veil

Autant le dire tout net, The Silver Veil vaut de l’or. Le label bordelais Talitres épingle à son prestigieux tableau de chasse (Motorama, Stranded Horse, Emily Jane white ou encore le très attendu Flotation Toy Warning) le stratosphérique Raoul Vignal.

Il a récemment ébloui le Marché Gare en trio avec le contre-chant délicat d’une contrebassiste, il subjugue avec un disque qui met les voiles. On est immédiatement emporté par ce chant envoûtant, ces harmoniques cristallines, ces arpèges ébouriffants, ce picking ensorcelant. Il est de ses artistes que l’on voudrait garder pour soi, bien au chaud pour les longues soirées d’hiver, en solitaire, sirotant un whisky hors d’âge.

On a du mal à croire que ce lumineux et serein Silver Veil a été conçu du côté de Berlin, même si ce voile argenté désigne la couverture nuageuse de la capitale allemande. On entre dans ce disque avec Hazy Days et ces jours sont heureux. Ce titre vous enveloppe et vous emporte. Il nous colle d’entrée un bourre pif musical en pleine paix et l’on veut immédiatement écouter l’album d’une traite. Les titres s’enchainent, paisibles, Mine et sa flute traversière paternelle, One en majesté, Under The Same Sky intemporel jusqu’à l’ombrageux Shadows qui clôt le disque sur un sentiment d’intense plénitude.

Dans La Divine Comédie, Dante évoque l’âme d’un de ses ancêtres : « Puis, se mêlant et se mouvant avec les autres lumières, l’âme qui m’avait parlé me montra quel artiste elle était parmi les chantres célestes. » Raoul Vignal est assurément un artiste de la nue qui nous transporte dans son monde où la brume côtoie le soleil.

Raoul Vignal sera en concert au Festival Wine & Noise #3 le 30 juin, aux Nuits de Fourvière avec Camille le 20 juillet, au festival Les Belles Journées avec Nouvelle Vague, Rodolphe Burger et Bertrand Betsch le 9 septembre à Bourgoin-Jallieu, au festival les Bois Noirs le 10 septembre à Saint-Jean-la-Vêtre avec Las Aves, Magic & Naked, François Virot, Mount Analogue.

Raoul Vignal – Under the same sky

Raoul Vignal – live @ A Thou Bout d’Chant

Raoul Vignal – The Silver Veil

raoul-vignal

Tracklist : Raoul Vignal - The silver veil
  1. Hazy days
  2. Mine
  3. One
  4. Under the same sky
  5. Side by side
  6. Doña lura
  7. Whispers
  8. Bless you
  9. The silver veil
  10. Shadows

Raoul Vignal – The Silver Veil5.0
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Transfer Festival bannière#3

Transfer de lance !

Autant le dire tout net, le Transfer Festival frappe fort pour sa troisième édition. C’est du fulguropoint musical dans ta gueule qui va d’autolarguer dans une dimension parallèle, celle d’un festival de musiques radicalement indépendantes et intrépides.
Raoul Vignal - Oak Leaf

Raoul Vignal – Oak Leaf

Oui, le folk est écouté sans doute par les gens d’un certain âge ou d’un âge certain. Pourtant avec Raoul Vignal, le genre a rarement été aussi magnifié voir renouvelé si c’est encore possible.
Raoul Vignal - Oak Leaf

Raoul Vignal – Oak Leaf

On se rappelle tous de la première écoute d’un grand disque. En mettant celui des La’s sur la platine, on se souvient du moment où les premières notes de There She Goes ont résonné dans notre tête. Il en va de même avec The Silver Veil, grand disque de 2017 signé Raoul Vignal. Il est…
Raoul Vignal

Face à face avec Raoul Vignal

Découvrir The Silver Veil de Raoul Vignal fut un des enchantements de 2017. En tenant ce disque entre vos mains, vous savez que vous possédiez un grand album. La pochette, le titre et les premières notes qui s’échappent des enceintes et vous voilà sous le charme de la musique de ce guitariste originaire de Lyon.
Quirky Festival 2017

Vite, le Quirky festival !

Date : La troisième édition du Quirky festival aura lieu du 4 au 21 mai au Bal des Fringants et à l’Amphithéâtre des Trois Gaules à Lyon.

Plus dans Chroniques d'albums

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.
Jason Molina - Eight Gates

Jason Molina – Eight Gates

Secretly Canadian publie à titre posthume les ultimes enregistrements de Jason Molina. Les chansons d’Eight Gates ont été enregistrées en 2013, quelques mois avant la mort de son auteur. Sur ces neuf pistes, Molina oublie les guitares de Magnolia Electric et se projette dans les nuits sombres de The Lioness.

The Bathers – Kelvingrove Baby

Tout le monde se pâme sur la réédition en vinyle des disques de Lloyd Cole & The Commotions (Lloyd Cole & The Commotions – Collected Recordings 1983-1989 chez Tapete Records)… Et tout le monde oublie la réédition en cd et vinyle de la trilogie des disques des Bathers chez Marina Records, l’autre label teuton qui…

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.