Jay-Jay Johanson – Bury the Hatchet

Déjà 11 albums pour l’ami Jay-Jay Johanson ! Ami car on vit, on grandit, on vieillit avec lui depuis ce Whiskey hors d’âge paru en 1997.

Et l’on apprécie de le retrouver régulièrement pour des disques toujours séduisants, envoûtants, souvent poignants. Bury the Hatchet ne déroge pas à cette règle. Là encore c’est une affaire d’amitié puisque l’on retrouve certains vieux complices comme Erik Jansson au piano, Magnus Frykberg à la batterie ou Mats Äleklint au trombone.

L’atmosphère du disque lorgne vers le film noir comme sur la suave You’ll Miss Me When I’m Gone, Jay Jay n’a pas son pareil pour évoquer les tiraillements du couple, le désir, l’absence, la séparation, la solitude. Mais comme l’écrit Proust, « Sous toute douceur charnelle un peu profonde, il y a la permanence d’un danger. » Car derrière la douceur, le raffinement, la préciosité pour magnifier la gente féminine (The Girl With the Sun in Her Eyes), Jay-Jay Johanson ‘mélancolise’, tiraille les cœurs de langueurs assurément non monotones. Ce nouveau disque est plus acoustique, moins électronique. Son dépouillement séduit comme sur Bury the Hatchet quand il susurre mid tempo, « let’s stop fighting, let’s stop arguing, resolve this quarrel and make peace, can we bury the hatchet and become friends again ».

Discographie

Jay – Jay Johanson – Bury the Hatchet

Avec Paranoid et son rythme badin, il évoque l’angoisse de la perte, « you’re not coming home directly after work » et l’on craint le pire. On s’en veut d’être suspicieux jusqu’à la paranoïa, mais l’on ne guérit jamais de cette maladie d’amour. Et quand surgit ce Rainbow en compagnie de Lucy Belle Guthrie, la fille de Liz Frazer et Robin Guthrie (Cocteau Twins), le spleen s’efface pour un feu d’artifice de sensations et de couleurs, les cauchemars s’éloignent sur la dernière note feutrée de Nightmares Are Dreams Too que ne renierait pas Lynch.

Jay-Jay Johanson sera en concert le 24 novembre à Lyon (Ninkasi Kao).
Bury the Hatchet est disponible chez 29 Music / Bertus France.

Jay - Jay Johanson - Bury the Hatchet

Jay-Jay Johanson - Bury the Hatchet

Tracklist : Jay-Jay Johanson - Bury the Hatchet
  1. Paranoid
  2. You'll Miss Me When I'm Gone
  3. November
  4. She's Almost You
  5. The Girl with the Sun in Her Eyes
  6. Bury the Hatchet
  7. Snakes in the Grass
  8. Advice to My Younger Self
  9. An Empty Room
  10. From Major to Minor
  11. Wreck
  12. Rainbow
  13. Nightmares Are Dreams Too
Jay-Jay Johanson en concert.
DateLieuTickets
14
Fév
2023

Cafe de la Danse

Paris (FR)
TICKETS
24
Fév
2023

Milyon Performance Hall

Ankara (Turkey)
TICKETS
25
Fév
2023

Dorock XL Venue - Fitaş Sahnesi

İstanbul (Turkey)
TICKETS
27
Avr
2023

MusicBox

Lisboa (Portugal)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

Jay-Jay Johanson – Bury the Hatchet
9/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Jay-Jay Johanson - I don't like you

Livre ouvert

Jay-Jay Johanson retrouve Sadie Percell avec qui il avait déjà enregistré Alone Again sur son album Poison il y a 20 ans.
jj

Memento amor

Jay-Jay Johanson nous gratifie d’une prière profane pour un sacré sentiment, celui de l’abandon ou peut être de la trahison amoureuse. Plus efficace qu’une saison complète d’en thérapie, il est notre Asclépios de l’âme.
Jay-Jay Johanson - Romeo2

Vidéo : Jay-Jay Johanson – Romeo

« La séparation est un si doux chagrin. » dit Juliette à Roméo et depuis 1594, rien n’a changé. Jay-Jay Johanson presse notre cœur abîmé avec son Romeo rouge sang en espérant éviter le drame.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.