Bon, autant le révéler sans ambages, le nouveau disque de Garciaphone, la pépite la plus précieuse du Klondike auvergnat est sublime.

Baudelaire écrivait « La vie a une fin, le chagrin n’en a pas. » C’est peut-être pour cela qu’il permet d’écrire de merveilleuses chansons. Son précédent disque, Constancia plus électrique prouvait définitivement que les 8567 km entre le Puy de Dôme et le Mount Hood en Oregon n’étaient qu’une broutille. Avec Dreameater, on change de braquet. Ce disque est un enchantement, un éblouissement qui n’a rien à envier au spleen de Sparklehorse ou à l’élégie d’Elliot Smith.

Entre douceur et nonchalance, limpidité et simplicité, la voix d’Olivier Perez vous saisit, vous engourdit paisiblement, vous emporte tendrement vers ce Oh sleepless world, un titre où tout est léger, des rares notes de piano à la basse, des chœurs au jeu de batterie. Comment ne pas succomber à cet Every Song of Sorrow is new, titre à la profonde humanité, au refrain enivrant. Et tout le disque est de ce niveau, un immense hug musical, épaulé amicalement par Matthieu Lopez (Matt Low), Zacharie Boissau (Zak Laughed) et Clément Chevrier (The Delano Orchestra).

Jamais les instruments acoustiques n’ont été aussi frémissants et palpitants. L’auditeur a l’impression d’être dans la maison bleue où ces miniatures ont été enregistrées entre autre par Christophe Adam. Jamais la solitude, la mélancolie, voir la mort n’ont été aussi enthousiasmantes comme sur Deadstar ou A hole of the universe. Mais Olivier Perez l’avoue sur I’ll be a riddle, « n’essaye pas de me trouver, […] je serai ton énigme. » Certains textes sont infiniment poétiques comme ce court Dusk à lire sur la pochette comme tous les autres titres.

Ce mangeur de rêves est donc à écouter urgemment et précieusement, il vous fera traverser l’automne, l’hiver et tout le reste de l’année, vous ne perdrez pas votre temps.

Garciaphone - Dreameater

Garciaphone - Dreameater

Tracklist : Garciaphone - Dreameater
  1. Don't Let It Die Like This
  2. Oh Sleepless World
  3. Heirmet
  4. I'll Be A Riddle
  5. Mourning Of The Day
  6. Deadstar
  7. Every Song Of Sorrow Is New
  8. A Hole In The Universe
  9. Our Time To Spare
  10. Dusk

Garciaphone – Dreameater5.0
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Garciaphone impressionne

Après nous avoir impressionné avec l’un des plus beaux disques de 2017 (que l’on écoute toujours en 2018), voilà que Garciaphone publie un joli clip avant de jouer quelques concerts.
Festival de la Pamparina 2012

Complètement Folk

Festival de la Pamparina 2012 Encore un festoche gratuit de qualité ce week-end (6,7 et 8 juillet) à Thiers la capitale du canif sise dans le parc Livradois-Forez en Auvergne. Alors pourquoi parler de celui-ci plus que d’un autre et bien parce que vous pourrez retrouvez à la Pamparina plein d’artistes que l’on aime particulièrement…
Spector @ Printemps de Bourges 2012

Live Report, le lapin d’Alice au Printemps de Bourges

En France, il y a des dizaines de festivals, mais il n’y a qu’un seul Printemps de Bourges. Lancé en 1977 sous l’égide de Daniel Colling, sa vocation primaire était de donner une voix à une partie émergente de la chanson française qui était mise de côté, et laissée pour compte au profit des stars…

Trans Musicales de Rennes, dites 33

Rennes sera pour la 33ème année la capitale de la musique innovante et non marketée les 1er, 2 et 3 décembre prochain. Trans, trans genre, trans générationnel, trans époque, trans frontalier, et au final transmutation. Un festival ouvert non pas sur demain mais sur après demain qui propose une vraie alternative au mainstream rampant.

Kütu Folk Records invité aux Trans

Dans notre cuisine, on aime la couture et les artistes de chez Kütu Folk Records. Tous sont différents et pourtant si proches avec pour point commun la sincérité et la conception de ces fameuses pochettes uniques par les groupes, sans l’intervention d’un division de Panzer du marketing. Le label séduit de plus en plus d’artistes…

Plus dans Chroniques d'albums

Jason Molina - Eight Gates

Jason Molina – Eight Gates

Secretly Canadian publie à titre posthume les ultimes enregistrements de Jason Molina. Les chansons d’Eight Gates ont été enregistrées en 2013, quelques mois avant la mort de son auteur. Sur ces neuf pistes, Molina oublie les guitares de Magnolia Electric et se projette dans les nuits sombres de The Lioness.

The Bathers – Kelvingrove Baby

Tout le monde se pâme sur la réédition en vinyle des disques de Lloyd Cole & The Commotions (Lloyd Cole & The Commotions – Collected Recordings 1983-1989 chez Tapete Records)… Et tout le monde oublie la réédition en cd et vinyle de la trilogie des disques des Bathers chez Marina Records, l’autre label teuton qui…

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.