Enregistré aux studios AED avec Edwyn Collins et aux Green Door Studio avec Stu Evans, le premier album des Spinning Coin tient toute ses promesses.

Domino Records a des super pouvoirs. Le premier est de déterrer des types qu’on croyait à jamais perdu. Le label de Laurence Bell a permis cette année le retour de Peter Perrett avec le splendide How The West Was Won. Le second est de donner sa chance à des groupes sur lesquels on n’aurait pas parié un kopeck.
Les Spinning Coin ont des chansons dan leur répertoire qui valent pourtant plus qu’une poignée de kopecks. Et l’équipe dirigeante n’est pas la seule à l’avoir compris. Nos héros du jour sont en réalité sur le label de Stephen McRobbie des Pastels et ont tourné avec les Teenage Fanclub et les Real Estate.

Spinning Coin – Money For Breakfast

Les chansons de Sean Armstrong (voix, guitare), Cal Donnelly (basse), Jack Mellin (voix, guitare), Rachel Taylor (voix, clavier) et Chris White (batterie) sont une parfaite petite vulgate du rock indé des années 90. Ceux qui voulaient écouter le nouveau St Vincent ou un ersatz de Björk peuvent passer leur chemin. Par contre, les fans des Pastels et de Sebadoh peuvent rappliquer illico presto et inviter leurs amis fans de Pavement. Ils ont tout ce qu’il faut, avec Permo, pour passer plusieurs bonnes soirées.

Spinning Coin - Permo

Permo des Spinning Coin est publié via Geographic Music/Domino Records.

Spinning Coin - Permo

Tracklist : Spinning Coin - Permo
  1. Raining On Hope Street
  2. Tin
  3. Money For Breakfast
  4. Money Is A Drug
  5. Metronome River
  6. Magdalene
  7. Floating With You
  8. Be Free
  9. Sides
  10. Sleepless
  11. Powerful
  12. Starry Eyes
  13. Running With The World
  14. I Feel The Need To Be An Actor

Spinning Coin – Permo4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Spinning Coin

Les Spinning Coin nous en bouchent un coin

Il faut enquêter sur les Spinning Coin ! Quand un groupe arrive à être signé sur le label de Stephen Pastel tout en étant produit par Edwyn Collins, c’est qu’il y a quelque chose.
Spinning Coin

Insert Spinning Coin

Certains groupes galèrent pendant des années, trimballant leurs chansons sous le bras avec leur amertume et leur chagrin. Et puis il y a les Spinning Coin à qui tout sourit. Et quand on écoute leurs chansons, on se dit que ce n’est pas un hasard.
Spinning Coin

Spinning Coin : Insert Coin & Play it Loud

Il se passe enfin quelque chose à Glasgow ! Les Spinning Coin et leur single Raining on Hope Street nous font le même effet que les Vaccines à leurs débuts. C’est dire le niveau de ces quatre là…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.