Catégories
Chroniques d'albums

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Who Built The Moon ?

A 50 ans, Noel Gallagher publie l’album qui l’aurait dû publier à 40 ans et qu’il aurait pu sortir à 30 ans. Quant à nous, on retrouve nos 20 ans quand on écoute Holy Mountain ou Black & White Sunshine.

Il a enfin quitté ses pantoufles. Coincé dans une paire de charentaises depuis 1999, Noel Gallagher vire enfin cuti pop pour papa et décide de se rendre en terre inconnue. IL y a des réussites incontestables, des loupés et des choses qui sont aussi intéressantes que des chansons du dernier Radiohead
Mais à chaque sortie d’un disque de ce type, on voyage dans le temps et on y croit. A-t-il écrit des nouveaux titres de la trempe de Supersonic ou de Slide Away ? Va-t-il nous mettre une trempe avec des chansons aussi parfaites que She’s Electric ou Cast No Shadow ? Les deux (ou les trois) premiers Oasis sont ses mètres-étalons.
Les derniers albums d’Oasis sont aussi ses mètres-étalons mais des mètres-étalons de la déception. Imaginez la tête d’un type qui découvrit Oasis en 1994 avec Columbia et qui acheta un beau jour de 2002 l’album Heathen Chemistry ? Une pochette immonde et un Noel Gallagher à sec laissant les clefs de la maison à Gem Archer et Andy Bell ? Il redressa l’affaire avec Don’t Believe The Truth et nous donna de l’espoir avec Dig Out Your Soul… Mais jamais il n’emmena Oasis là où il aurait dû l’emmener.

Who Built The Moon ? est donc un petit miracle. Noel Gallagher s’est acoquiné avec David Holmes, un DJ qui fait les bandes originales des films de Steven Soderbergh, et a écrit des chansons qui ont le don de rester dans la tête toute la journée (alors que Supersonic est restée dans la tête toute l’année de 1994 voire plus). Chacun y trouvera son bonheur. Chacun y trouvera à redire car il y a des chansons au final assez faibles. Et surtout Who Built The Moon ? va être comparé à As You Were. Et il se pourrait bien que ce soit Liam qui gagne sur ce coup là. Même si As You Were est assez rudimentaire, il a le mérite de nous faire voyager dans le temps. Who Built The Moon ? ne nous emmène pas sur la Lune…

Who Built The Moon ? de Noel Gallagher’s High Flying Birds sera publié le 24 novembre 2017 via Sour Mash/PIAS. Noel Gallaghers High Flying Birds sera en concert à L’Olympia (Paris) les 3 et 4 avril 2017.

Tracklist : Noel Gallagher's High Flying Birds - Who Built The Moon ?
  1. Fort Knox
  2. Holy Mountain
  3. Keep On Reaching
  4. It's A Beautiful World
  5. She Taught Me How To Fly
  6. Be Careful What You Wish For
  7. Black & White Sunshine
  8. Interlude (Wednesday Part 1)
  9. If Love Is The Law
  10. The Man Who Built The Moon
  11. End Credits (Wednesday Part 2)
Noel Gallagher’s High Flying Birds – Who Built The Moon ?3.8
7.5/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
2 réponses sur « Noel Gallagher’s High Flying Birds – Who Built The Moon ? »

Il y a du bien du pas bien, des loupés et des réussite. Il sort enfin de ses pantoufles mais ne nous emmene pas sur la lune alors que son frère à le mérite de nous faire voyager dans le temps. En gros la critique qui se mouille seulement les pieds. On dirait un discours de Macron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Noel Gallagher

Noel en avril

Onze ans après la séparation d’Oasis, Noel Gallagher met en ligne Don’t Stop, un morceau inédit enregistré pendant les sessions de Dig Out Your Soul. Connaissant la pingrerie du Monsieur pour les inédits, on peut se réjouir de l’idée. Du morceau beaucoup moins.
Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…
Gareth Halliday (2)

Et si Gareth Halliday nous en collait une ?

On détenait un scoop chez Soul-Kitchen. A savoir le point commun entre Noel Gallagher et Damon Albarn. En 1996, cette information aurait valu son pesant de cacahuètes. Mais nous sommes en 2017 et les deux anciens se sont rabibochés. L’air con. Mais vu la qualité des collages du monsieur, on s’est quand même dit qu’on…
Le Volume Courbe

Charlotte Courbe, Scissor Sister

En 2007, Charlotte Courbe, une française expatriée à Londres depuis une décennie invitait sur le premier album du Volume Courbe Martin Duffy (Felt, Primal Scream), Hope Sandoval & David Roback (Mazzy Star), Kevin Shields & Colm O’Ciosoigv (My Bloody Valentine), Andrew Innes (Primal Scream). Dix ans plus tard, Charlotte Courbe est l’invitée de Noel Gallagher…
Noel Gallagher

Noel Gallagher voit rouge

Quelques jours avant la sortie de Who Built The Moon ?, Noel Gallagher était l’invité de France Inter et du tôlier Michka Assayas. Very good trip ou Very bad trip ?
Noel Gallagher @ Odyssey Arena, Belfast - 03-03-2015

Noel Gallagher fait le siège de Fort Knox

C’est qu’on doit avoir gentiment la pression chez Sour Mash… Le label de Noel Gallagher qui publie les albums de ses High Flying Birds a soudainement un concurrent de taille en la personne de Liam Gallagher. Le cadet de la fratrie vient de faire exploser les charts et de remplir 40 000 tickets en quelques…

Plus dans Chroniques d'albums

The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.