On avait découvert Danny Green (aka Laish) avec Pendulum Swing (Talitres, novembre 2016), son troisième album. Le coup de foudre avait été immédiat. Comment résister aux mélodies de ce londonien qui a autant d’idées géniales que de frisettes sur la tête ?
Il est de retour ce mois-ci avec Time Elastic et confirme tout le bien que l’on pensait de lui.

Enregistré à Brighton avec Tim Bidwell (Peggy Sue, Fink, Jennifer Left), Time Elastic dévoile rapidement ses qualités. Simple (c’est une qualité) et direct, le nouveau disque de Laish ne fait pas de chichi. On découvre avec bonheur dix belles chansons dans leur plus simple appareil. Inventif et ingénieux, Laish sait nous surprendre (la ritournelle géniale de Dance to the Rythm) et nous rendre admiratif (University).

Laish – Dance to the Rhythm

« Je souhaitais explorer la relation entre le temps et la mémoire » explique Danny Green. « Comment certains événements, douloureux ou extatiques, peuvent rester ancrer en nous ; comment la vie peut apparaître, comme une succession de scènes, parfois répétitives. Apprenons-nous de nos erreurs ? A la manière de dix épisodes d’une petite série dramatique, mon intention était de surprendre l’auditeur, de le tenir en haleine. J’avais la volonté de dénuder les compositions, mais au fil du processus d’écriture et des sessions d’enregistrement, l’ajout de chœurs, de cuivres, de cordes, s’est installé comme une évidence. » Il faut acheter ce disque, c’est une évidence.

Time Elastic de Laish sera disponible le 13 avril 2018 chez Talitres.
Laish sera en concert les :

  • le 27 avril 2018 chez le Pingouin Alternatif (Arthez-de-Béarn)
  • le 02 mai 2018 au Petit Bain (Paris)

Laish - Time Elastic

Tracklist : Laish - Time Elastic
  1. Sand is Shifting
  2. Love Is Growing
  3. Listening For God
  4. Blink Of An Eye
  5. Dance To The Rhythm
  6. Time Elastic
  7. Devil's Advocate
  8. University
  9. I Would Prefer Not To
  10. The Fox

Laish – Time Elastic4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Laish

Laish : vitrine neuve chez Talitres

Le label Talitres vient d’annoncer la signature de Laish, un chanteur de Brighton. Visiblement, le Sussex est la chasse gardée de Sean Bouchard, patron de Talitres. Après avoir signé Will Samson en 2015, originaire lui aussi de Brighton, Bouchard a de nouveau jeté son dévolu sur la côte anglaise.
clip: Laish - She is clever

clip : Laish – She is clever

Laish (Photo : Chris Torry) She is Clever, c’est une déclaration d’amour d’une voix droopyesque d’un curé gymnaste avec des pandas clarinettiste et violoniste dans un autoportrait décalé et désabusé. Le prochain album de Laish, Obituaries sort au printemps, ils ont ouvert pour Grizzly Bear ou Beach House et sont, pour faire original, de Brighton.…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.