It’s a kind of magic. San Carol invente avec Houdini un nouveau format pop, des morceaux plus longs qui sont une invitation à la divagation.


Maxime Dobosz à qui l’on doit La main invisible en 2013 et le déjà très bon et très rock Humain trop humain en 2015 tient son chef d’œuvre au sens des compagnons du devoir. De la belle ouvrage façonnée par un artisan barde pop avec l’aide de ses amis de VedeTT et de Raphaël d’Hervez (Pégase, Minitel Rose) à la production. Le disque s’ouvre puissamment avec Meaning of life et annonce un album foisonnant. Surgit alors Where My Parents Live qui pourrait être le titre manifeste de l’album. Une batterie répétitive, des textures soignées, une voix claire et cajoleuse, des rythmes envoûtants. Oui, la batterie de Simon Garnier est la colonne vertébrale de ces titres amples, le moteur d’un Marvelous Engine par exemple. Et plus on avance dans le disque, plus on comprend qu’il évoque avec beaucoup de pudeur l’intimité de Maxime Dobosz, ses affres comme sur Turn to dust ou encore Cancer qui aborde ses angoisses existentielles, ses névroses, sa peur de l’échec. Mais ce titre métastase nonchalamment et se meut en une comptine faussement décontractée que l’on n’hésite pas à qualifier de tube. On pense alors à l’immense Cesare Pavese qui dans Le métier de vivre écrit : « tous les hommes ont un cancer qui les ronge, un excrément quotidien, un mal récurrent : leur insatisfaction ; le point de rencontre entre leur être réel, squelettique, et l’infinie complexité de la vie. »

Insatisfait Maxime ? Le disque se complexifie alors vers sa conclusion avec ce Parachutes qui met les voiles par sa vitalité virale ou plus encore les 9 minutes 10 secondes du morceau de bravoure et ce Lone Star, véritable symphonie pop épique, lyrique et tellurique. Doesn’t Matter chante pour finir d’une voix presque de crooner eighties Maxime Dobosz et l’auditeur savoure enfin un grand disque pop différente, classiquement moderne.

Houdini de San Carol sort le 19 octobre chez Freemount Records / Differ-Ant.
San Carol sera en concert avec Sahara le mardi 30 octobre au Sonic à Lyon.

San Carol - Houdini

Tracklist : San Carol - Houdini
  1. Meaning of life
  2. Where my parents live
  3. Marvelous engine
  4. Society
  5. Turn to dust
  6. Cancer
  7. Parachutes
  8. Lone star
  9. Doesn't matter

San Carol en concert.
DateLieuTickets
03
Nov
2022

SALLE COPPELIA

La Flèche (FR)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

San Carol – Houdini
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Le SuperHomard

En avoir encore avec Maxwell Farrington & Le SuperHomard

Envie de faire la roue dans la futaie ? De ne pas être le dindon de la farce du temps qui passe ? De baguenauder dans la nature pour un badinage musical ? Alors il faut écouter le nouvel EP de Maxwell Farrington & Le SuperHomard, I Had It All et vous aurez tout !
Marilyne Léonard

5 questions à … Marilyne Léonard

Marilyne Léonard n’est plus seule dans la foule. Elle vient de sortir une mixtape chez Audiogram, Vie d’ange rassemblant ses premiers titres avant un album en préparation. En attendant, pour la sortie de son nouveau clip, Quand tu parles ci-dessous, elle répond à quelques questions et commente une playlist bien de son époque.
Rover

Rover a du cœur !

Wicked Game a fait irruption dans nos vies avec Sailor au volant et Lula le vent dans les cheveux entre incendie et sa sorcière de mère. Depuis ce titre hante les fins de soirées alcoolisées et a été repris maintes fois. C’est le tour du bon géant Rover.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn – Optimism

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.