It’s a kind of magic. San Carol invente avec Houdini un nouveau format pop, des morceaux plus longs qui sont une invitation à la divagation.


Maxime Dobosz à qui l’on doit La main invisible en 2013 et le déjà très bon et très rock Humain trop humain en 2015 tient son chef d’œuvre au sens des compagnons du devoir. De la belle ouvrage façonnée par un artisan barde pop avec l’aide de ses amis de VedeTT et de Raphaël d’Hervez (Pégase, Minitel Rose) à la production. Le disque s’ouvre puissamment avec Meaning of life et annonce un album foisonnant. Surgit alors Where My Parents Live qui pourrait être le titre manifeste de l’album. Une batterie répétitive, des textures soignées, une voix claire et cajoleuse, des rythmes envoûtants. Oui, la batterie de Simon Garnier est la colonne vertébrale de ces titres amples, le moteur d’un Marvelous Engine par exemple. Et plus on avance dans le disque, plus on comprend qu’il évoque avec beaucoup de pudeur l’intimité de Maxime Dobosz, ses affres comme sur Turn to dust ou encore Cancer qui aborde ses angoisses existentielles, ses névroses, sa peur de l’échec. Mais ce titre métastase nonchalamment et se meut en une comptine faussement décontractée que l’on n’hésite pas à qualifier de tube. On pense alors à l’immense Cesare Pavese qui dans Le métier de vivre écrit : « tous les hommes ont un cancer qui les ronge, un excrément quotidien, un mal récurrent : leur insatisfaction ; le point de rencontre entre leur être réel, squelettique, et l’infinie complexité de la vie. »

Insatisfait Maxime ? Le disque se complexifie alors vers sa conclusion avec ce Parachutes qui met les voiles par sa vitalité virale ou plus encore les 9 minutes 10 secondes du morceau de bravoure et ce Lone Star, véritable symphonie pop épique, lyrique et tellurique. Doesn’t Matter chante pour finir d’une voix presque de crooner eighties Maxime Dobosz et l’auditeur savoure enfin un grand disque pop différente, classiquement moderne.

Houdini de San Carol sort le 19 octobre chez Freemount Records / Differ-Ant.
San Carol sera en concert avec Sahara le mardi 30 octobre au Sonic à Lyon.

San Carol - Houdini

Tracklist : San Carol - Houdini
  1. Meaning of life
  2. Where my parents live
  3. Marvelous engine
  4. Society
  5. Turn to dust
  6. Cancer
  7. Parachutes
  8. Lone star
  9. Doesn't matter

San Carol – Houdini
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Bs

La vie est Belle and Sebastian

Belle and Sebastian est en concert ce soir à l’Épicerie Moderne et c’est peut être la dernière occasion d’avoir la banane avant le 30 juin.
Chromozone

Dark Side Of The Music

George Abitbol, l’homme le plus classe du monde serait heureux d’assister au détournement de films de SF des années 60 lors du ciné-concert, Chromozone 51.
Neptunefootballclub-livingbackwards

Vidéo : Neptune Football Club – Living Backwards

Vivre à l’envers, refaire le match, c’est peut être ce que se disent certains footballeurs en quête d’un Graal jamais atteint. Neptune Football Club nous manquait, il nous offre en exclusivité son tour de manège enchanté avec Living Backwards.

Plus dans Chroniques d'albums

Mattlow-uneviecool

Matt Low – Une vie cool

Il y a des voix qui vous séduisent, vous enveloppent, vous rassurent. Matt Low sort son deuxième album après le formidable La ruée vers l’or, et Une vie cool est drôlement bath.
Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]