Catégories
Chroniques d'albums

Bill Callahan – Shepherd in a Sheepskin Vest

Désormais âgé de 53 ans, Bill Callahan sort de sa pré-retraite avec Shepherd in a Sheepskin Vest, son premier album depuis 6 ans qui est pour le coup, double.

C’est la première fois que Callahan nous fait attendre entre deux albums. Dans les années 90, quand il se cachait derrière le projet Smog, il nous livrait un disque tous les 18 mois. Il en va de même avec les années 2000.
Souvent l’absence souligne l’importance de la présence de certains. Et le silence de Callahan a rebattu les cartes. Nous avons vieilli de six ans. Tout comme le paysage musical… Bill Callahan s’est marié et est devenu père.
En 2019, Bill Callahan a un tout autre statut qu’il y a dix ans. Ce grand timide qui jouait tête baissée dans des salles minuscules, récolte enfin ce qu’il a semé et jouera dans une Cigale bondée à la rentrée. Toute la presse attendait Shepherd in a Sheepskin Vest de pied ferme.
Enregistré avec Matt Kinsey et Brian Beattie, inspiré par sa femme Hanly Banks, Shepherd in a Sheepskin Vest nous fait découvrir un Bill Callahan métamorphosé par la paternité. It feels good to be writing again/Clear water flows from my pen peut on entendre sur Writing. Le temps de l’écriture ascétique du parpaillot Smog est définitivement révolu. Callahan se confie et se livre sur ce disque comme jamais. Et comme à son habitude, il nous prend par la main avec ces chansons fabriquées avec deux bouts de corde et trois accords pour nous emmener dans son désert verdi.
La vie est un long fleuve tranquille avec Bill. Et avec ce nouvel album, on se dit qu’il nage deux coudées au dessus des autres.

Bill Callahan - Shepherd in a Sheepskin Vest

Shepherd in a Sheepskin Vest de Bill Callahan est disponible chez Drag City.
Bill Callahan sera en concert le 5 octobre 2019 à La Cigale (Paris).

Bill Callahan - Shepherd In a Sheperdin Vest

Tracklist : Bill Callahan - Shepherd in a Sheepskin Vest
  1. Shepherd’s Welcome
  2. Black Dog on the Beach
  3. Angela The Ballad of the Hulk
  4. Writing
  5. Morning Is My Godmother
  6. 747
  7. Watch Me Get Married
  8. Young Icarus
  9. Released
  10. What Comes After Certainty
  11. Confederate Jasmine
  12. Call Me Anything
  13. Son of the Sea
  14. Camels
  15. Circles
  16. When We Let Go
  17. Lonesome Valley
  18. Tugboats and Tumbleweeds
  19. The Beast

Bill Callahan – Shepherd in a Sheepskin Vest5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Will Vs Bill

Ils sortent chacun un disque en septembre, l’un vous donnera la pêche avec un titre joyeux et introspectif, Surrender qui pose pas mal de questions existentielles, l’autre avec une ode à la Lune pour mieux se retrouver vous procurera cette agréable douleur qui apaise les violentes solitudes de l’été.
Bill Callahan @ La Cigale, 05-10-2019

Bill Callahan ne nous prend pas pour des pigeons

Bill Callahan accélère méchamment le rythme. Pendant des années, notre héros était réglé comme une horloge suisse et publiait un disque tous les deux ans. Il a cassé une première fois le rythme en mettant cinq années pour écrire la suite de Have Fun With God. Il le casse de nouveau cette année en mettant…
Bill Callahan @ La Cigale, 05-10-2019

Bill Callahan @ La Cigale, Paris I 05.10.2019

Il a fallu attendre cinq ans pour que Bill Callahan donne une suite à Have Fun With God avec l’imposant Shepherd in a Sheepskin Vest. Il a fallu aussi attendre cinq ans pour que celui qui se faisait appeler Smog dans les années 90 revienne jouer en France. Et il nous faudra encore du temps…

Bill Callahan et les six morceaux

Chez Drag City, on ne fait rien comme personne. On annonce la sortie du prochain Callahan un mois avant sa sortie. Et on balance six titres de ce fameux disque sur la toile en une seule fois.
Jason Molina © Steve Gullick

[Micro-Photos] Steve Gullick, les pellicules du désir

Originaire de Coventry en Angleterre, Steve Gullick a parcouru les Etats-Unis avec son Widelux pour immortaliser les géants du rock indé dans leur ville. Avec Gullick, on se surprendra à croiser Jason Molina sur le toit d’un building anonyme de Chicago et Kurt Wagner devant un club de strip-tease de Nashville. Autodidacte, il a appris…
Smog

[1997 – 2017] Et Smog sortit du brouillard…

Originaire du Maryland, Bill Callahan alias Smog débuta sa carrière dans les années 90 uniquement accompagné de sa guitare. En 1996, Smog publia The Doctor Came At Dawn (son cinquième album) et nous plongea dans la plus belle des dépressions.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…