Les britanniques utilisent parfois l’expression « a ghost in the machine » pour qualifier une musique dite accidentelle, imprévue.

Ce terme peut s’applique sans conteste au dernier disque de Charlotte Gainsbourg, IRM tant la musique parait hantée, habitée par des forces surnaturelles. J’avoue que Beck m’a toujours fait bailler d’ennui et le retrouver à la production de ce disque ne me disait rien de bon. C’est donc avec une agréable surprise que j’ai aimé ce disque. IRM, justement avec ses batteries voodoo aux petits airs de Silver Apples, ses voix fantomatiques, ses véritables sons d’IRM justement et le chant comme robotique de Charlotte Gainsbourg m’a transporté. On peut diviser cet opus en deux parties, il y a les chansons pop-folk consensuelles et gentilles et les autres qui prennent des risques et c’est un véritable plaisir que de voir que Charlotte Gainsbourg se libère enfin, pour la première fois sans doute, elle fait autre chose que nous susurrer des chansons bubble-gum. Les chansons les plus intéressantes sont aussi les plus remuantes (Master’s Hands, IRM, Trick Pony, Greenwich Mean Time, Voyage), les sons un peu bricolés qui sont un peu la marque de fabrique de Beck leur apportent une dimension supplémentaire, presque tribale. Charlotte Gainsbourg n’oublie pas qu’elle est également une actrice de talent et Vanities aurait pu figurer à la bande son de Antichrist par exemple. La grande force de ce disque est qu’il nous fait voyager à travers un large spectre musical et plusieurs époques, « Dandelion » nous rappelle le meilleur de Marc Bolan, Le Chat du Café des Artistes convie un chanteur québécois Jean-Pierre Ferland dont la chanson qui date de 1970 est une reprise. L’année 2009 semble être un bon cru pour Charlotte Gainsbourg qui embrasse ses deux carrières avec une égale passion et cet album présage le meilleur pour les années à venir.

Charlotte Gainsbourg - Heaven Can Wait

1 réponse sur « ReMIx ? »

Moi c’est Charlotte qui me fait bailler d’ennui et Beck que j’aime. Cela dit je trouve l’album intéressant mais trop morbide à mon goût… Aux approches des fêtes et leur pic de suicide traditionnel, ce n’est pas à mettre entre toutes les mains! :p

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Charlotte Gainsbourg Is Joe

Charlotte for Ever

My name is Joe and I’m a nymphomaniac dévoile la « petite Charlotte » toujours effrontée.
Charlotte Gainsbourg @ La Cigale, Paris, 09-07-2010

Charlotte Gainsbourg & Syd Matters @ La Cigale, 09-07-2010

Si Syd Matters et Charlotte Gainsbourg sont réunis ce soir, c’est certainement pour ce qu’ils ont en commun ; à savoir : le cinéma et cette réserve sur scène. Avec leurs balades mélancoliques, ils nous mettent dans l’ambiance de ce que nous supposons être la suite. Mais Syd Matters, comme Charlotte Gainsbourg créent la surprise […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.