East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Michael Schulman doit sûrement réaliser un rêve de gosse en rééditant ce disque. Fondé en 1989, son label est forcément passé à coté des premiers eps du groupe de Paul et Martin Kelly.
Originaires du Buckinghamshire, la fratrie Kelly avait officié sous le nom d’Episode Four et avait publié Strike Up Matches en 1987. Et faisait aussi bien que Mick Head et ses Shack… avant Shack.
Tout comme les gars de Kensington, les East Village regardent par dessus l’Atlantique et font une belote avec les disques de Love et des Byrds.
En 1988, Mick Head est englué avec Ian Broudie pour sortir du paradigme des Pale Fountains en enregistrant le « décevant » Zilch. En 1988, les frères Kelly ont déjà tout compris et ont déjà un brelan d’eps d’avance. Strike Up Matches, Back Between Places ‎et Cubans In The Bluefields montrent déjà un groupe qui écrit de petites merveilles et qui a le pouvoir de vous tirer quelques larmes avec deux accords. Tout aurait dû fonctionner… Mais il ne faut pas oublier que nous sommes au royaume de la lose et que le monde indie anglais aime se planter royalement en portant des anoraks. D’ailleurs, le patron de Sub Aqua et d’Heavenly, Jeff Barrett a été formé à la bonne école. Il était l’attaché de presse de Creation Records de 1985 à 1988. L’attaché de presse qui pouvait casser la baraque et faire plier les journalistes de Select et de Mojo avec Forever Breathes The Lonely Word de Felt, c’est lui…
Les frères Kelly ne juraient que par Buffalo Springfield. En écoutant Hotrod Hotel, une compilation publiée en 1994 après la dissolution du groupe, on est éberlué par le son et les guitares de ces morceaux. Publiée au même moment que le premier disque d’Oasis, on se rend compte que Noel Gallagher a fait le braquage du siècle…

East Village – Hotrod Hotel

Hotrod Hotel d’East Village sera disponible le 24 janvier 2020 chez Slumberland Records.

East Village - Hotrod Hotel (2)

Tracklist : East Village - Hotrod Hotel
  1. Her Father's Son
  2. Precious Diamond Tears
  3. Cubans In The Bluefields
  4. Strawberry Window
  5. Break Your Neck
  6. Kathleen
  7. Back Between Places
  8. Vibrato
  9. Here It Comes (original version)
  10. Freeze Out (original version)
  11. Violin
  12. Go And See Him

East Village – Hotrod Hotel
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.