Pris dans les phares

Il y a des retours qui font du bien. Après Elvis Perkins, revoilà notre irlandais préféré James Vincent McMorrow sans nouvelles depuis deux ans avec un nouveau titre, Headlights.

James Vincent McMorrow , c’est d’abord cette voix de miel que l’on peut rapprocher de celle de Victor Solf puisque celui-ci chante Traffic Lights. Ici les feux sont des phares, ceux que l’on veut atteindre et ne pas éteindre. Comme s’amusait Alphonse Allais, « le phare illumine les mers. Le fard enlumine les filles. » Et l’on est ébloui par ce titre parfait pour la houle sensuelle allongé dans la nuit ardente et charnelle.

« D’habitude, je n’évoque guère mes chansons, mais je vais faire une exception vu les circonstances. Cette chanson, pour moi, parle de fragilité et de doute. Certains jours, j’ai vraiment l’impression de pouvoir supporter n’importe quoi et n’importe qui. D’autres jours, rien de ce que je fais ne va où je veux qu’aller. C’est grosso modo le cycle de ma vie. Je parie que la plupart d’entre vous ressent la même chose. Ces dernières années, j’ai compris que ce que je ressens est souvent un monde loin de la réalité. Plutôt que d’essayer de forcer les choses pour les mettre dans le bon sens pour me sentir bien, j’ai essayé d’embrasser le chaos de la vie, de me pencher en arrière quand je me penchais vers l’avant. Ça m’a aidé. J’espère qu’une chanson comme celle-ci peut dire que l’on a tous quelque chose en commun. »

James Vincent McMorrow – Headlights

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

James Vincent McMorrow & The Theodora Byrne Ensemble – The Less I Knew

Vidéo : James Vincent McMorrow & The Theodora Byrne Ensemble – The Less I Knew

Avoir un cœur battant. Ce n’est pas seulement un cœur qui bât. Mais c’est aussi un cœur qui lutte, qui s’échine, qui ferraille. Et quand en plus ce cœur palpite avec un chœur, celui du Theodora Byrne Ensemble créé pendant l’éloignement du confinement, on peut peut être guérir et effacer quelques cicatrices.

James ne baisse pas la garde

Oubliez le dernier Franck Ocean, après Rising Water, James Vincent McMorrow nous bouge en douceur avec Get low.
James Vincent McMorrow - Look Out

Vidéo : James Vincent McMorrow – Look Out

L’ange James Vincent McMorrow revient à l’affût de nos émotions. Look out est extrait du sensuel et stratosphérique Post Tropical paru en début d’année et qui continue de nous vriller l’âme.

Plus dans News

Nits2

Brillant Neon !

Avec Neon enregistré avant l’incendie qui a détruit leur studio Werf à Amsterdam, les Nits bouclent une trilogie avec Angst en 2017 et Knot en 2019.
Come

Come again !

Attention, mythe underground. Come, « l’un des joyaux les plus insaisissables du catalogue Matador » selon Pitchfork avec son 11:11 en 1992, revient avec la parution en février dernier de Peel Sessions enregistrées en 1992 et 1993.
Arno

Arno à jamais

Des racines. Opex, c’est un quartier de l’est d’Ostende où les grands parents d’Arno tenaient un café, Chez Lulu, le prénom de sa mère.
Bruce Springsteen

Merci patron !

La pêche du jour vient d’un monsieur de 73 ans qui annonce un album de reprises de standards de la soul avec Do I Love You (Indeed I Do) et effectivement on l’aime. Merci Boss !