Muzz – Muzz

Réunissant Paul Banks (Interpol, Julian Plenti, Banks + Steelz), Matt Barrick (Jonathan Fire*Eater, The Walkmen), et Josh Kaufman (Bonny Light Horseman, The National, The War on Drugs) Muzz a décidé de ne pas faire le buzz et s’attelle à faire de la musique sagement.

New-York – 1995. Les Jonathan Fire*Eater publient leur premier disque dans l’anonymat le plus complet. Tout le monde écoute Oasis et veut aller à Manchester. Le rock cérébral et tendu du groupe de Stewart Lupton n’intéresse personne.

New-York – 2002. Plus personne n’écoute Oasis. Par contre, tout le monde veut aller sur la côte Est américaine pour assister à un concert des Strokes ou acheter Turn On The Bright Lights d’Interpol. Les Jonathan Fire*Eater ne sont plus qu’un lointain souvenir mais les jalons posés par le groupe à la fin des années 90 ont été utilisés par toute la scène new-yorkaise.

New-York – 2020. Muzz est la rencontre tant attendue entre Matt Barrick et son héritier, Paul Banks. Chaperonnée par les arrangements de Josh Kaufman, la collaboration entre l’élégant batteur et le sombre baryton accouche d’un disque extrêmement calme. Peut-être au final trop calme… Evidemment on se jettera avec avidité sur Red Western Sky, point d’orgue du disque et modèle de simplicité. Mais l’addition de tous les titres de ce disque fort humble et arrangé délicatement peut s’avérer ennuyeuse. Soyons donc pragmatique et coupons le disque en deux. Le premier composé des six premiers morceaux pour les jours pairs, le second avec le reste pour les jours impairs. Et nous passerons de délicates journées avec deux EP bien construits.

Muzz – Knuckleduster

Muzz - Muzz

Muzz de Muzz est dispnible chez Matador/Beggars.

Muzz - Muzz

Tracklist : Muzz - Muzz
  1. Bad Feeling
  2. Evergreen
  3. Red Western Sky
  4. Patchouli
  5. Everything Like It Used To Be
  6. Broken Tambourine
  7. Knuckleduster
  8. Chubby Checker
  9. How Many Days
  10. Summer Love
  11. All Is Dead To Me
  12. Trinidad

Muzz – Muzz
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.