Catégories
Chroniques d'albums

Built To Spill – Untethered Moon

Built to Spill - Untethered Moon

Bon, Doug Martsch n’a pas le joli minois de Damon Albarn ni la coupe de cheveux d’Alex James et voit donc son nouveau disque sortir en import chez nous.
C’est vraiment l’austérité dans tous les secteurs de l’économie mondiale.
Certes la coupe de cheveux de ce garçon n’est pas très vendeuse mais ce type a de sacrées chansons derrière son t shirt trop grand et bouffée par les mites.
Untethered Moon est sorti il y a une semaine et ses chansons font toujours pleurer nos enceintes.
Allons à la rencontre de l’homme qui murmurait aux oreilles de Michael Stipe et de Jay Mascis.

Untethered Moon, huitième album de la bande de Doug Martsch (Jason Albertini et Stephen Gere sont passés de roadies à membres de Built to Spill) est une excellente baffe dans la gueule. Comme les trois derniers Dinosaur Jr. Ou comme les trois premiers Pixies.
Untethered Moon fait la nique au précédent disque du groupe (There Is No Enemy paru en 2009) et nous envoie dans l’espace avec un sourire benêt.

Built To Spill – Never Be The Same

On commence par quoi ?
Le brelan de départ qui nous fait basculer dans les années 90. All our songs, parfait morceau d’ouverture, rattrape les heures perdues (donc les chansons) des précédents disques. Quant à On The Way, elle va faire entrer en dépression les mecs de Band of Horses ou tous les escrocs notoires du rock indé US. Et il y en a une paire…

On poursuit par ? Par les tortures infligées à la guitare de Martsch. C’est qu’on aimerait pas être sa place sur Some Other Song! Véritable prêtre de la distorsion implorant le dieu du Dièse farfelu, Père Martsch fait plus que le boulot.
Les fans de pop délicate seront surpris de la clémence imposée par Never Be The Same. Enfin un temps mort dans cet océan de décibels…

On finit par ? WHEN I’M BLIND!
On ne perdra notre temps avec C.R.E.B et on se dirigera très rapidement en direction du morceau de clôture: When I’m blind. Doux Jésus, que c’est 8 minutes 24 sont prodigieuses. Du Loner à la sauce Mascis, du R.E.M au mixer… Ou tout simplement Tonton Doug qui rappelle à tout le monde son talent certain pour maltraiter une six cordes.

Built to Spill - Untethered Moon

Tracklist : Built to Spill - Untethered Moon
  1. All Our Songs
  2. Living Zoo
  3. On the Way
  4. Some Other Song
  5. Never Be the Same
  6. C.R.E.B.
  7. Another Day
  8. Horizon to Cliff
  9. So
  10. When I’m Blind
Built To Spill – Untethered Moon4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…
TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant…
Built to Spill - Untethered Moon

Built to Spill décroche la lune

Au début du mois d’avril, les vétérans de Built to Spill sortiront leur huitième album. Intitulé Untethered Moon, ce disque a une pochette immonde mais un premier single en béton armé qui nous transporte dans le monde merveilleux du rock indé des 90’s. Built to Spill – Untethered Moon

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…