Catégories
Chroniques d'albums

The Bathers – Kelvingrove Baby

Tout le monde se pâme sur la réédition en vinyle des disques de Lloyd Cole & The Commotions (Lloyd Cole & The Commotions – Collected Recordings 1983-1989 chez Tapete Records)… Et tout le monde oublie la réédition en cd et vinyle de la trilogie des disques des Bathers chez Marina Records, l’autre label teuton qui compte dans le milieu des légendes pop. Et après avoir écouté Rattlesnakes jusqu’à plus soif (c’est à dire jamais), on se doit d’écouter les impeccables Lagoon Blues (1993), Sunpowder (1995) et Kelvingrove Baby (1997).


Les Bathers n’ont pas eu de chance. En 1993, personne ne s’était encore remis des refrains de Rattlesnakes et de la mine magnétique de Lloyd Cole. Et surtout, il fallait avoir de sacrés biscoteaux pour affronter sur le même ring Paul Quinn et son The phantoms of the archetypes ou la nouvelle vague des The Auteurs.
Les Bathers étaient écossais comme les Commotions, aussi ténébreux que les Tindersticks et plus détendus que les Apartments. Mais les Bathers étaient réfugiés sur un label album et n’ont pas percé le marché. Il est donc l’heure de se rattraper.
Avant de les écouter, on peut admirer les pochettes des trois disques réalisées par Stefan Kassel, l’homme par qui est arrivé Waterpistol de Shack. Belles et sobres, les pochettes des Bathers sont une invitation à un monde où tout n’est que raffinement et délicatesse.
La voix de Chris Thomson, le leader de cette formation qui a fricoté avec quelques Commotions et un Madness le temps d’un disque (Fortuny en 1990), vous déclenche des orgasmes à chaque chanson (surtout quand il chante avec Elizabeth Fraser).

The Bathers – The Marina Trilogy

Les trois disques ressortent avec un packaging repensé et un son remasterisé. Si vous ne pouvez pas écouter les Tindersticks quand il fait plus de 10 degrés Celsius, mettez vous aux Bathers. Un label qui a sorti Waterpistol mérite qu’on écoute Sunpowder. Et les deux autres disques.

The Bathers – Kelvingrove Baby

Kelvingrove Baby des The Bathers est disponible chez Marina Records.


Tracklist : The Bathers - Kelvingrove Baby
  1. Thrive
  2. Girlfriend
  3. If Love Could Last Forever
  4. East Of East Delier
  5. Kelvingrove Baby
  6. Dial
  7. Once Upon A Time On The Rapenburg
  8. Girl From The Polders
  9. The Fragrance Remains Insane
  10. Hellespont In A Storm
  11. Twelve

The Bathers – Kelvingrove Baby4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Marina Records - Goosebumps 2

Bump ! Marina Records ! Bump !

Le label allemand Marina Records a 25 ans ! Pour fêter ce chic anniversaire, Stefan Kassel et Frank Lähnemann publient une anthologie du label.
June & the Exit Wounds - A Little More Haven Hamilton, Please

[1998 – 2018] June, Marina et les autres

En 1998, la France devient championne du monde de football, Titanic fait une razzia dans les salles de cinéma et la première Techno parade envahit les rues de Paris. En 1998, Jason Molina commençait sa carrière de barde folk, Mark Linkous disait bonjour à l’Amérique et les Silver Jews publiaient le plus beau disque de…
Brent Cash - The New High

Brent Cash – The New High

En 2017, Brent Cash refait surface et donne une suite inespérée au très beau How Strange It Seems avec The New High. Cash, originaire d’Athens en Georgie ne trompe pas sur la marchandise avec le titre de son troisième album. The New High catalyse l’héritage de Brian Wilson et de Burt Bacharach et nous propulse…
Shack

Love Shack !

Il y a 25 ans, Shack avait les moyens de prendre la tête du rock anglais avec son album Waterpistol. Les Smiths étaient au repos depuis quelques années et les Stone Roses s’empêtraient dans la confection de leur deuxième album. Liam Gallagher jouait encore aux billes dans la cours de récréation du collège… Quant à…

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.