Catégories
Chroniques d'albums

The Divine Comedy – Bang goes the knighthood

Chronique : The Divine Comedy - Bang goes the knighthood

Who the fuck is Neil Hannon ? Un petit génie.

Et une victime désenchantée mais enjouée de la crise de l’industrie du disque. Viré de Parlophone sans doute pour ventes insuffisantes (son dernier opus n’a pas franchi le top 20 des charts anglais), Hannon se retrouve donc aux commandes de son propre label (D.C. Records) et se retrouve à faire des tournées accompagné uniquement de son piano. Et on se surprend à se souvenir de l’époque bénie où Hannon était entouré d’une dizaine de gaziers.

The Divine Comedy

Époque sainte de l’album Regeneration. On entend déjà la tripotée de kamikazes hannonistes qui viennent protester en clamant haut et fort que Regeneration n’est pas le meilleur opus de la souris irlandaise. A chaque fan, son album préféré. La vieille rengaine. Et la question se pose avec d’autant plus d’acuité car Hannon ne cesse de se réinventer à chaque album et surtout arrive, à la différence d’une pléthore de contemporains obséquieux, à écrire quelques chansons tout simplement hallucinantes.

Et c’est encore le cas aujourd’hui. Neapolitan Girl et sa ritournelle désuette rappelle l’ambiance kitsch et mélancolique du duo avec Valérie Lemercier. Assume the perpendicular et ses arrangements millimétrés: Nothing in particular répète à l’envie Hannon. L’architecture géorgienne et sa folie tourbillonnent autour de ce morceau qui devient peu à peu un monument baroque à lui seul.

Si Down in the street below clôt la précédente période de l’irlandais, il faut remonter assez loin dans la discographie pour comprendre ce disque. Faussement enjoué (The lost art of conversation et ses multiples références), Hannon se plaît à jouer avec les déséquilibres présents ( The Complete Banker et sa Bentley) et avec sa vie d’insulaire.

Au final les craintes liées à la découverte des premiers morceaux s’effacent. Bouillant, ce nouvel album brille par la folie clairsemée de ses arrangements, le classicisme d’un Hannon plus touchant que jamais et la force de certaines chansons.

Une question reste à se poser. Le Village Green de Ray Davies est une sorte de club pour aficionados solitaires. Voulez vous appartenir au club sélect du « Bang Goes the Knighthood » ? Car il en est bien question. Toutes proportions gardées. Hannon vient de frapper un grand coup. Même si il avoue platement que ceci n’est pas The Divine Comedy… Il vient de prendre un nouvel envol.



Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
3 réponses sur « The Divine Comedy – Bang goes the knighthood »

album très sympa mais qui n’a plus le même impact que les précédents Divine Comedy alors qu’il n’est pas forcément moins bon, mais les modes passent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Divine Comedy - Foreverland

The Divine Comedy – Foreverland

La sortie de Foreverland, onzième album de The Divine Comedy a le chic pour mettre en émoi tous les gens de bon goût et faire tomber en pâmoison les antiquaires du Dauphiné. Et si Neil Hannon sortait un mauvais disque ? Et si le nord-irlandais allait faire dans l’aligot et la chantilly plutôt que dans…
The Divine Comedy

The Divine Comedy : Live Forever

On ne change pas une équipe qui gagne. Pour le nouvel album de The Divine Comedy, c’est de nouveau Neil Hannon qui a écrit, enregistré et produit l’album.
Bill Baird

Le Bon et le Beau Bill Baird

Le nouveau disque de Bill Baird contient 19 titres et bat donc sur le fil Zachary Cole Smith de DIIV dont le dernier disque ne contient que (!!!) 17 titres. Qui ça ? Bill Baird ! Qui ? BILL BAIRD ! Signé désormais chez Talk Show Records, cet Américain publie Earth Into Aether, son troisième…
TINALS 2015

Huge TINALS 2015 !

Troisième édition pour le festival This is not a love song et l’on s’écrie, Cucurrucucu en parcourant la programmation !
Le Joueur de luth, Le Caravage

Supplément musique !

Le Joueur de luth, Le Caravage Quatre playlists supplémentaires, l’occasion de découvrir la bande son de l’été de Frànçois & The Atlas Mountains, d’Anouk Aïata, de Luc Hernandez et de Bikini Machine.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.