Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des lumières… Des couleurs, or, pourpre, rouge et bleu… La nuit et puis le jour… Fougueuse… Une colère, autant qu’une caresse, et des mots à l’oreille… Une ligne sur des espaces en tension, qui mouvent, qui s’ouvrent béants, et qui fusionnent, se fondent ou explosent, au gré des nappes, des nuances de sons, métalliques, saillants, charnels… Un essaim… Une musique assaillie de tout, mais qui jamais ne tangue, jamais ne se brouille. Oui, Blondino c’est précis, bâti, simplement beau.

A partir de là, les ressentis deviendraient propres à chacun, des espaces de libertés dans lesquels fabriquer ses refuges. Avec Un Paradis pour moi, Blondino construit peut-être le sien. Et si elle ne le construit pas, elle l’anticipe, elle l’appelle, l’esquisse au moins. Un Paradis pour moi se situe entre ces balises lointaines. Dans ces espaces ouverts, qu’elle traverse ou crée, dans ces mêmes fugues incandescentes, débutées et continuées avec Oslo et Jamais sans la nuit. Pourtant, ici, tout se fait peut-être moins fugitif. La course se ralentit, l’errance se fige. La voix se fait crue. La vestale est une femme. Et on écoute celle qui se confie, chancelante, celle qui est déjà tombée, celle qui se relèvera, et se révélera encore. Touchante. Souvent nue. Un Paradis pour moi est un sanctuaire, car ce sont des aveux. Au milieu de colère, de mélancolie sans rancœur, de réponses déterminées, et d’émerveillements silencieux.

Discographie

Blondino – Sauvage, amoureuse

Alors si tout ici est traversé de lumière, tout est aussi forcément sombre, un peu ou carrément. Blondino sait faire, et les chansons se font désarmantes ou désespérées, quelques fois vénéneuses. On galope, même, dans des fuites à rebours. Les mots créent des césures, des abstractions, des labyrinthes. Angoissants. Effrayants. Saturés de peur. Peuplés de monstres et de bêtes fantastiques, belles ou carnivores ; la différence est tenue, comme à chaque fois avec Blondino. Méandres fabuleux ou louvoiements chronophages. Ceux du temps perdu à éplucher ses doutes, à se fabriquer des prisons. A rentrer dans celles de l’époque, d’un consumérisme en fin de course, moribond mais encore mortifère. A devoir s’en accommoder, y ressembler. A vouloir correspondre. L’époque est lisse, et puis elle polit, rien ne dépasse. A l’unisson, et d’un même élan. On réclame, on applaudit, un courant d’air après l’autre. Le tir groupé cache mal la masse informe. Où est l’individu, singulier ? L’époque est à la compote. Lourde, inoffensive. Parce que c’est pratique la compote, ça s’accommode à tout, surtout à l’étau. Ça se meut toujours, même lorsqu’on la serre. Blondino, elle, est au-dessus. Elle l’a toujours été, mais elle le revendique encore, et frontalement. Ce n’est pas un défi, ni une bravade. C’est un refus.

Pourtant, de cette femme qui se livre, il ne pourrait rester que des morceaux. Cassée, concassée, défoncée. Offensée. Ce n’est pas impossible, et plus forcément si grave. Ces morceaux, Un Paradis pour moi les raconte, les disperse, ou plus souvent les recolle. Il aurait fallu commencer par ça, car Blondino l’assume, ouvre l’album sans faux-fuyants, l’explication est en introduction : se défaire et puis se refaire. Finalement se faire. Son paradis est à venir, son paradis sera cette femme. Celle qu’elle est, et qu’elle préservera.

Alors au milieu du désarroi, dans des moments de grâce infinie, dans des envolées sans parole, dans ces mélancolies planantes, on devine des corps à corps, et leurs doux mouvements. Là-bas, dans d’autres nappes enveloppantes se cachent d’autres endroits, d’autres volutes, d’autres lames. Aiguisées ou de fond, qui rappelleraient des douleurs ou des envies. D’autres fuites encore. D’autres beautés.

Un Paradis pour moi est une balafre vive. C’est aussi une forteresse ouverte. C’est une confession. Peut-être un pardon. C’est une certitude, le début d’une offensive. C’est une suite. Amoureuse.

Blondino – La foudre

Blondino – Les Madrilènes

Un Paradis pour moi, le deuxième album de Blondino, est disponible en version vinyle ou CD sur Diggers Factory. Toute sa musique, toutes ses vidéos se trouvent aussi sur son site.
Blondino sera en concert à La Boule Noire, le 18 novembre 2021.

Blondino - Un paradis pour moi

Tracklist : Blondino - Un paradis pour moi
  1. Faire
  2. Mes indépendances et ma révolte
  3. Un paradis pour moi
  4. Les Madrilènes
  5. Sauvage amoureuse
  6. Monde caché
  7. La foudre
  8. Liza pourquoi aimer
  9. Centaure
  10. Les reines du désarroi
  11. Troisième planète

Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Blondino - Sauvage amoureuse

Blondino, un paradis plus loin

On pourrait bien écrire sur Sauvage, amoureuse. La prendre à part, et au fond simplement la décrire. On pourrait. Cela aurait-il du sens ? Peut-être. Pas sûr. Tant les chansons de Blondino rentrent dans des espaces plus grands, plus vastes.

Blondino, ligne d’espoir

La cosmonaute Blondino a atterri. Au milieu d’un no man’s land pas très chouette, cerné entre un avant que l’on fuit et un vague plus tard dont on aimerait deviner les contours. Blondino a atterri là, au milieu de ceux perdus entre les lignes. Au milieu de ceux qui n’y croient plus. Parce qu’entre les […]

Les petits kits inutiles #3 – Blondino

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon. Alors prends tes plus beaux ciseaux et découpe-les ! Dans ce troisième […]
SIDE DƟƟR © Alex Bulli

Derrière la porte

On ne sait pas grand chose de SIDE DƟƟR. Un EP cet été, le bien nommé, Organized Mess et un amour compréhensible pour les duos féminins.

Plus dans Chroniques d'albums

Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.