Under Electric Light – Waiting For The Rain To Fall

Un ami a moi sur Facebook a publié un jour une vidéo de Human League je crois en la commentant ainsi : « Je ne suis pas nostalgique, je suis resté new-wave ». J’aimerai pouvoir dire que je n’ai jamais écouté autre chose que du shoegaze dans ma vie mais ce serait faux. L’écoute prolongée et en boucle ces derniers jours de Under Electric Light m’a donc irrémédiablement plongé dans une nostalgie sans fond, qui finalement m’a fait un bien fou.

La musique de Under Electric Light ressemble à ma jeunesse passée à me complaire dans une tristesse abyssale bercé par la musique de Jesus and Mary Chain, My Bloody Valentine, Lush, Bauhaus et ce genre de joyeusetés. La musique de Danny Provencher a suffisamment de personnalité et de puissance pour ne ressembler à aucune autre. Ceux qui lisent mes chroniques régulièrement savent que je ne suis pas spécialiste de rock et pop, parfois vous recevez un mail d’un jeune gars, touchant dans sa démarche de vouloir dépasser le cercle des initiés, vous vous dites « Pourquoi pas ? » et vous commencez à écouter distrait par les trois millions d’autres choses que vous faites en même temps. Quasiment jamais en ce qui concerne le rock et mes oreilles, la musique vous intrigue, vous séduit et là vous dressez l’oreille en remettant le titre, puis celui d’avant, puis celui d’avant. C’est exactement ce qui s »est passé à l’audition de « Waiting For The Rain To Fall ». Cette musique toute en tension retenue, comme noyée dans un brouillard sonore digne de faire passer n’importe quel shoegazer pour un joyeux drille risque de réveiller bon nombre de souvenirs enfouis pour la plupart d’entre vous qui me lirez. Le dernier objet sonore en provenance de la Belle Province a m’avoir autant séduit avait pour nom Godspeed You ! Black Emperor, j’espère que Danny Provencher appréciera la référence.

Biographie

Après une enfance passée à faire du « lipsync » en secret sur ses chansons préférés dans son Victoriaville natal, Danny Provencher commence à jouer de la basse au secondaire. Il déménage ensuite à Montréal et se met à composer et à produire de la musique électronique sous le nom de Under Electric Light. Après la sortie de son premier E.P. (éponyme 2002) Danny décide de chanter sur ses propres chansons qui prennent alors une tournure plus pop. Entre 2005 et 2007,trois E.P.’s verront le jour : Never See The Light, Blue et After The Blue.

À travers sa musique, Danny essaie d’incorporer ses différentes influences qui vont de New Order aux Beach Boys, en passant par My Bloody Valentine et Slowdive pour créer un son personnel qui privilégie les mélodies et les arrangements bien ficelés.

Waiting For The Rain To Fall, le premier album d’Under Electric Light, est paru en Févier au Japon sous l’étiquette Fastcut Records et a reçu d’excellentes critiques dans deux des magazines musicaux les plus influents soit, le Rockin’On et le magazine Cross Beat.

Under Electric Light – Take Me Away

Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Faubourg

5 questions à … Faubourg

Se perdre pour mieux se retrouver. Faubourg avec Lost réalise un rêve en invitant Roya Arab qui prêtait sa voix au Londinium d’Archive. Ce morceau aux volutes enivrantes, aux sentiments stroboscopé est extrait d’un mini-ep avec un remix de Kooltrasher. On découvre un artiste qui risque d’être au centre du jeu rapidement.
Spitzer

Spitzer traque Chevalrex

Après avoir dynamité Thousand, remué Aquaserge et secoué Sure, Spitzer enténèbre le déjà angoissant Tant de fois sans doute le morceau le plus sombre de Chevalrex extrait de son quatrième album, Providence.
VAPA

5 questions de plus à … VAPA

En répondant à nouveau à nos questions, vous aurez votre propre avis sur VAPA. Avec son nouveau clip, Viscéral, on a envie de dire vas-y VAPA. Viscéral, qui se rapporte aux viscères, qui les contient : cavité viscérale. Qui vient des profondeurs de l’être : une haine viscérale. Avec VAPA, c’est la poésie qui sort […]
E-Riser

5 questions à … E-Riser

E-Riser répond à nos cinq questions et c’est un champion. Il nous offre en avant-première Corentin Crew extrait de son futur album, Electronica Cinematic. C’est un vol au dessus d’un nid de coucou auquel Benjamin « Jiben » Sire nous convie, son hôpital est peuplé de fantômes en quête de liberté kaléidoscopée et la musique permet cette […]

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.