49 Swimming Pools – How the Wild Calls to Me

"La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre" écrivait Yves Lacoste en 1976. On lui rétorquera qu'elle sert aussi à faire de bons disques voire d'excellents. La preuve en est avec le nouvel album des 49 Swimming Pools intitulé How the Wild Calls to Me qui nous emmène à la recherche d'Everett Ruess.

Emmanuel Tellier est un auteur géographique. Au cours des années 90, il a parcouru le monde et a interviewé la crème des membres de l’indie rock. A chaque fois, il a réussi à nous plonger dans l’univers des artistes tout en nous décrivant à la perfection leurs espaces et leurs territoires. Lisez son interview de Lawrence Hayward pour la sortie du premier Denim et vous vous retrouverez projeté dans un quartier sombre de Londres, coincé entre un dealer de fish and chips et deux mods. Dévorez son papier sur R.E.M. pour la tournée de Monster et vous aurez le nez collé à la porte de la loge de Peter Buck. Découvrez les lignes de son voyage en Écosse pour rencontrer les Trash Can Sinatras et vous humerez la bonne odeur des Highlands. Évidemment, la rencontre avec Everett Ruess, poète disparu dans l’état de l’Utah en 1934, ne pouvait donner que du bon après la fictive biographie de Tim Lester Limbo. Tellier a son cadre géographique et surtout sa muse.

49 Swimming Pools – Have You Seen Our Son

Discographie

Sur How the Wild Calls to Me, il chante peut-être comme jamais il n’a chanté. Conter l’histoire de Ruess le bouleverse au plus profond de lui-même… Et nous aussi. La production de ce nouveau chapitre est impeccable et propulse les 49 Swimming Pools sur le toit de l’Utah. Fruit d’un énorme travail, How the Wild Calls to Me se savoure aussi bien dans un siège du théâtre du 104 sous la forme d’une pièce de théâtre que dans un siège d’une 205 sous la forme d’un album qui vous fait quitter les embouteillages pour un rêve américain éveillé mis en valeur par l’artwork de l’ami Blua. Projet syncrétique, Everett Ruess révèle les 49SwP sous leur meilleur angle.

49 Swimming Pools – How The Wild Calls To Me

How The Wild Calls To Me des 49 Swimming Pools sera disponible le 27 octobre 2017.
Les 49 Swimming Pools seront en concert les 31 octobre et 2 novembre 2017 au théâtre du 104.
L’artwork est signé Pascal Blua.

49 Swimming Pools - How The Wild Calls To Me

Tracklist : 49 Swimming Pools - How The Wild Calls To Me
  1. Song For Waldo
  2. When I Go I Will No Trace
  3. Wandering Boy
  4. How The Wild Calls To Me
  5. The Thousand Year Long Road
  6. Stella Alone With The Sky
  7. Walking Walking Walking
  8. Escalante (Tell The World)
  9. Have You Seen Or Son?
  10. Juniper
  11. Sundown
  12. The Letters;1934
  13. Risk And Danger (A Celebration)
  14. It’s A Long Way Home

49 Swimming Pools – How the Wild Calls to Me
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Le spleen de From Your Balcony

Nicolas Swierczek et ses From Your Balcony viennent de publier un grand disque. Avec pour allié le temps, cet élément que l’on préfère dérouler à tout-va plutôt que de le laisser travailler, ce groupe lillois laisse libre cours à sa mélancolie et poursuit un idéal pop qu’il arrive à atteindre.
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.

Vibrer avec Mel Bowen !

Mel Bowen donne enfin une suite à son EP Everyday’s A Holiday ! L’ex Mercury 13 revient avec un nouvel EP qui devrait adoucir l’été et nous faire rêver de la Mersey.

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn – Optimism

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.