« La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre » écrivait Yves Lacoste en 1976. On lui rétorquera qu’elle sert aussi à faire de bons disques voire d’excellents. La preuve en est avec le nouvel album des 49 Swimming Pools intitulé How the Wild Calls to Me qui nous emmène à la recherche d’Everett Ruess.

Emmanuel Tellier est un auteur géographique. Au cours des années 90, il a parcouru le monde et a interviewé la crème des membres de l’indie rock. A chaque fois, il a réussi à nous plonger dans l’univers des artistes tout en nous décrivant à la perfection leurs espaces et leurs territoires. Lisez son interview de Lawrence Hayward pour la sortie du premier Denim et vous vous retrouverez projeté dans un quartier sombre de Londres, coincé entre un dealer de fish and chips et deux mods. Dévorez son papier sur R.E.M. pour la tournée de Monster et vous aurez le nez collé à la porte de la loge de Peter Buck. Découvrez les lignes de son voyage en Écosse pour rencontrer les Trash Can Sinatras et vous humerez la bonne odeur des Highlands. Évidemment, la rencontre avec Everett Ruess, poète disparu dans l’état de l’Utah en 1934, ne pouvait donner que du bon après la fictive biographie de Tim Lester Limbo. Tellier a son cadre géographique et surtout sa muse.

49 Swimming Pools – Have You Seen Our Son

Sur How the Wild Calls to Me, il chante peut-être comme jamais il n’a chanté. Conter l’histoire de Ruess le bouleverse au plus profond de lui-même… Et nous aussi. La production de ce nouveau chapitre est impeccable et propulse les 49 Swimming Pools sur le toit de l’Utah. Fruit d’un énorme travail, How the Wild Calls to Me se savoure aussi bien dans un siège du théâtre du 104 sous la forme d’une pièce de théâtre que dans un siège d’une 205 sous la forme d’un album qui vous fait quitter les embouteillages pour un rêve américain éveillé mis en valeur par l’artwork de l’ami Blua. Projet syncrétique, Everett Ruess révèle les 49SwP sous leur meilleur angle.

https://vimeo.com/200477930

How The Wild Calls To Me des 49 Swimming Pools sera disponible le 27 octobre 2017.
Les 49 Swimming Pools seront en concert les 31 octobre et 2 novembre 2017 au théâtre du 104.
L’artwork est signé Pascal Blua.

49 Swimming Pools - How The Wild Calls To Me

Tracklist : 49 Swimming Pools - How The Wild Calls To Me
  1. Song For Waldo
  2. When I Go I Will No Trace
  3. Wandering Boy
  4. How The Wild Calls To Me
  5. The Thousand Year Long Road
  6. Stella Alone With The Sky
  7. Walking Walking Walking
  8. Escalante (Tell The World)
  9. Have You Seen Or Son?
  10. Juniper
  11. Sundown
  12. The Letters;1934
  13. Risk And Danger (A Celebration)
  14. It’s A Long Way Home

49 Swimming Pools – How the Wild Calls to Me4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Vibrer avec Mel Bowen !

Mel Bowen donne enfin une suite à son EP Everyday’s A Holiday ! L’ex Mercury 13 revient avec un nouvel EP qui devrait adoucir l’été et nous faire rêver de la Mersey.

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal

Et Pascal Blua exposa

Pascal Blua exposera du 3 au 22 février dans le cadre du festival Hibernarock à Aurillac une sélection de ses travaux graphiques pour la musique.
Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.
Nesles © Thomas Salva

Nesles Île en mer

Nesles fait sa rentrée avec un clip et un festival. On ne s’ennuie jamais avec Nesles.
Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…