49 Swimming Pools – How the Wild Calls to Me

49 Swimming Pools - How The Wild Calls To Me
Louis - 02/10/2017

« La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre » écrivait Yves Lacoste en 1976. On lui rétorquera qu’elle sert aussi à faire de bons disques voire d’excellents. La preuve en est avec le nouvel album des 49 Swimming Pools intitulé How the Wild Calls to Me qui nous emmène à la recherche d’Everett Ruess.

Emmanuel Tellier est un auteur géographique. Au cours des années 90, il a parcouru le monde et a interviewé la crème des membres de l’indie rock. A chaque fois, il a réussi à nous plonger dans l’univers des artistes tout en nous décrivant à la perfection leurs espaces et leurs territoires. Lisez son interview de Lawrence Hayward pour la sortie du premier Denim et vous vous retrouverez projeté dans un quartier sombre de Londres, coincé entre un dealer de fish and chips et deux mods. Dévorez son papier sur R.E.M. pour la tournée de Monster et vous aurez le nez collé à la porte de la loge de Peter Buck. Découvrez les lignes de son voyage en Écosse pour rencontrer les Trash Can Sinatras et vous humerez la bonne odeur des Highlands. Évidemment, la rencontre avec Everett Ruess, poète disparu dans l’état de l’Utah en 1934, ne pouvait donner que du bon après la fictive biographie de Tim Lester Limbo. Tellier a son cadre géographique et surtout sa muse.


49 Swimming Pools – Have You Seen Our Son

Sur How the Wild Calls to Me, il chante peut-être comme jamais il n’a chanté. Conter l’histoire de Ruess le bouleverse au plus profond de lui-même… Et nous aussi. La production de ce nouveau chapitre est impeccable et propulse les 49 Swimming Pools sur le toit de l’Utah. Fruit d’un énorme travail, How the Wild Calls to Me se savoure aussi bien dans un siège du théâtre du 104 sous la forme d’une pièce de théâtre que dans un siège d’une 205 sous la forme d’un album qui vous fait quitter les embouteillages pour un rêve américain éveillé mis en valeur par l’artwork de l’ami Blua. Projet syncrétique, Everett Ruess révèle les 49SwP sous leur meilleur angle.

https://vimeo.com/200477930

How The Wild Calls To Me des 49 Swimming Pools sera disponible le 27 octobre 2017.
Les 49 Swimming Pools seront en concert les 31 octobre et 2 novembre 2017 au théâtre du 104.
L’artwork est signé Pascal Blua.

49 Swimming Pools - How The Wild Calls To Me

Tracklist : 49 Swimming Pools - How The Wild Calls To Me
  1. Song For Waldo
  2. When I Go I Will No Trace
  3. Wandering Boy
  4. How The Wild Calls To Me
  5. The Thousand Year Long Road
  6. Stella Alone With The Sky
  7. Walking Walking Walking
  8. Escalante (Tell The World)
  9. Have You Seen Or Son?
  10. Juniper
  11. Sundown
  12. The Letters;1934
  13. Risk And Danger (A Celebration)
  14. It’s A Long Way Home

49 Swimming Pools – How the Wild Calls to Me
4.5
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.