Suede – Bloodsports

Suede – Bloodsports
En 2002, Brett Anderson décrocha sa boucle d'oreille et son groupe chuta lourdement du podium des charts anglais. A New Morning n'était arrivé que vingt quatrième et Brett eut la réaction d'un enfant gâté: il jeta son jouet. Sans le casser. Pas idiot le Lord de la Brit Pop.


Quelques (discrets) albums solos plus tard, revoilà le coton tige géant et son groupe.
Alors que le dernier album du groupe avait vu John Leckie et surtout Stephen Stree au chevet de la production, Bloodsports sonne le rappel des valeurs sûres: retour d’Ed Buller et références aux trois premiers albums du groupe.
Ce disque est réalisé pour faire plier les charts et donner une leçon d’élégance aux fans des Foals et autres nullités.

Suede

Anderson court depuis quelques années derrière son faste des années 1992-1994. Il avait tenté de renouer avec l’intensité des premiers instants de Suede en 2004 en se rabibochant avec le père Butler. Défaite dans les charts et échec artistique. La doublette tenait le pavé le temps de deux chansons.
Ce n’est pas le cas ici. Il faut dire que l’équipe n’est pas la même. La pochette de Bloodsports évoque l’époque de Coming Up et la surprise Oakes. Tout le monde se souvient du divorce: Butler ayant claqué la porte, Anderson recruta un jeune dandy et décrocha le gros lot avec le troisième album de Suede.
Bloodsports tient le temps de ses dix chansons. Ed Buller, Richard Oakes et le fidèle Matt Osman: le Lord est en confiance et chante comme jamais. Oui, on oublie volontairement le ficus et le batteur.

Suede – It Starts And Ends With You

Discographie

Si les premiers extraits du disque s’étaient relevés laborieux,
Suede a gardé quelques réserves. Et pas des moindres.
What Are You Not Telling Me? nous projette dans les heures bénies de Dog Man Star et le chant du cygne qu’est Faultlines clôture à merveille ce disque.
Entre temps, Oakes règne en régent implacable: Hit Me réunit tous les ingrédients de la petite bombe nucléaire: cette guitare… Et le phrasé de Brett Anderson… Ce « young », ce « hit me ». Déjà que l’équipe londonienne nous avait fusillé avec Sabotage.

Les chansons de Bloodsports sont donc assez fortes pour se passer d’histoire et tromper la mémoire des fans du groupe. Quelques moments de grâce absolue qu’on ne pensait pas possible.

Un disque qui vient donc s’intercaler entre les trois premiers albums du groupe. Et qui oublie les excès du boursouflé Head Music et du très léger A New Morning.

Chapeau la Mèche.

Suede – Bloodsports
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
2 réponses sur « Suede – Bloodsports »

Merci!

Tout à fait. A égalité avec Oakes.
Mais c’est la première qu’il écrit autant je crois.

Et visiblement il a joué un rôle important dans la reformation.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Suede

Suede rechaussé !

Se raconter à nouveau. Quatre ans après The Blue Hour, Suede revient avec Autofiction et c’est une très bonne surprise.

Bilbao festival 2019 : une année grandiose

Le Bilbao Festival (Espagne) qui se tiendra du 4 au 13 juillet prochain présente cette année dans sa programmation toutes les meilleures têtes d’affiches de la musique Pop Rock électro anglo-saxone actuelle. Un escale indispensable pendant vos vacances (si vous passez par là !) DiscographiesIdles ★ John Grant ★ Laurent Garnier ★ Liam Gallagher ★ […]
Suede - The Blue Hour

Suede – The Blue Hour

Revenus de nulle part en 2013 avec le très bon Bloodsports, Suede n’en finit plus de surprendre. Après un double album en 2016 (Night Thoughts), Brett Anderson et son groupe publient un nouveau disque qui nous rappelle Dog Man Star et la gloire d’antan.
Suede - Dog Man Star

Suede, la vie, la pop… s’il faut qu’on s’adopte.

Il existe différentes façons d’entrer. Certains frappent, et attendent. Plus impatients, plus pressés, d’autres contournent, et enjambent. Une fenêtre ouverte, la première, les voilà dans la maison. Et puis il y a Suede. Apparu directement dans le salon, sans même être passé par la cheminée. Comme ça. Sans nuage de fumée. Sans rien. D’un coup. […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.