En 2013, la frisette en chef James Bagshaw avait suscité quelques émois musicaux. La sortie du single Keep In The Dark avait montré un groupe capable de se faire tordre de plaisir les fans de Psyché et les fous de Brit Pop. On a donc attendu l’album. On a attendu… Sun Structures, premier disque des Temples, sort la semaine prochaine. Après des semaines d’attente. On a attendu… Pour pas grand chose au final.

On se demande bien ce qui est passé par la tête des types du label Heavenly Recordings. Sortir un disque aussi tard…. Des mois que Noel Gallagher et Johnny Marr font la promotion gratuitement, des mois que les Temples tournent au Royaume Uni. Le temps est passé et la poule aux oeufs d’or a perdu quelques plumes. Les Temples semblent plus doués pour le sprint que pour un marathon psychédélique.
L’idée de départ était pourtant futée. Personne ne s’occupe de l’héritage foisonnant de Marc Bolan ? On va gérer l’affaire.
Sun Structures comporte donc les quelques chansons qui ont marqué l’année précédente. Keep In The Dark fait toujours son grand effet, Shelter Song son petit. Et après ? Pas grand chose.
Dépassés sur leur droite par les Coral et sur leur gauche par Jacco Gardner, les Temples ont du mal à tenir la longueur.

Temples – Mesmerise

La première partie de l’album, truffée de singles déjà parus, sauve l’affaire. Pour la suite, c’est plus compliqué.
A Question Isn’t Answered aurait pu faire patienter des fans d’Oasis avant l’entrée en scène des frères Gallagher en 2002. En 2014 ? Non. Evidemment. Quant à Sand Dance ou à The guesser, on a du mal à cacher son ennui.

En conclusion : tout ça pour ça.

Temples - Sun Structures
2.5Note finale
Avis des lecteurs 3 Avis