Oasis – (What’s the Story) Morning Glory?

Oasis - (What's the Story) Morning Glory ?
Louis 01/10/2014

Oasis - (What's the Story) Morning Glory ?
Oasis – (What’s the Story) Morning Glory ?

Deuxième et avant-dernier chapitre des rééditions du sacro-saint triptyque d’Oasis, (What’s the Story) Morning Glory ? débarque cette semaine chez les disquaires.
Et pour une fois, Noel Gallagher se montre généreux en offrant deux démos inédites. C’est sûr qu’à coté des Thee Oh Sees, cela fait un peu pingre. Mais quand on connait bien le numéro et son bon sens prolétarien de l’économie et des fins de mois difficiles.

Il y a quelques années, Oasis et son label avaient réussi l’exploit de publier deux compilations (Time Flies et Stop The Clocks) sans le moindre inédit. Cette fois-ci, le vieux s’est forcé la main.

Oasis

Inutile de revenir sur les qualités intrinsèques de (What’s the Story) Morning Glory?.
Nous sommes à l’automne 1995 et Oasis s’apprête à doubler la mise avec une quinte flush royale. Quelques années plus tôt, les très distingués Suede ont ouvert la porte de la Brit pop mais ils se voient voler rapidement dans les plumes par les péquenots du Nord. Oasis est un coup de semonce qui va durer de 1994 à 1997. Et en 1995, c’est le meilleur groupe du monde.
Avec (What’s the Story) Morning Glory?, Blur peut ramasser ses dents et Pulp peut attendre encore quelques semaines avant d’entrevoir le succès et devra patienter encore quelques années avant de fermer la porte de ces quelques années de gaudriole so british.
Pour l’instant, c’est Oasis qui mène la danse. Et de quelle manière… Alan McGee, patron de Creation Records, n’en revient toujours pas : écouler plus de vingt millions d’exemplaires d’un disque lui semblait inenvisageable. Et pourtant.
Après le faux départ qu’est Roll With It, le plan marketing a fonctionné à merveille et les chansons de Noel Gallagher ont fini le boulot toutes seules.
Les effets ressentis en 1995 sont toujours les mêmes en 2014 :
Wonderwall et Some Might Say sont toujours des perfusions de speed gratos pour tous les gamins de Manchester et tous les ados du monde. Les romantiques et les doucereux mods vont toujours se réfugier dans les jupons de She’s Electric et les orphelins des Stone Roses dansent toujours un slow sur Champagne Supernova.
(What’s the Story) Morning Glory? offre à chacun son petit coin de paradis.

Et les bonus dans cette affaire ?
Le deuxième disque offre les faces B des singles tirés de cet album. Les Christophe Colomb de 2014 qui découvriront l’Amérique avec les joyaux que sont Rockin Chair ou The Masterplan et qui se feront dessus à l’écoute du monstrueux Headshrinker auront la même réaction que les fanatiques de l’Oasismania de 1995 : comment peut-on être assez con pour mettre de tels morceaux en face B ? Le privilège des grands. Liam Gallagher y chante comme jamais (la version studio de Rockin Chair est imbattable) et Noel Gallagher est impérial sur Talk Tonight.
Le tout étant remarquablement remastérisé.

Oasis – Some Might Say (Demo)

Quant au troisième disque, quelques lives croisent des démos inédites. Avec toujours ce constat accablant : les chansons de Noel sont des petits modèles de syncrétisme pop mais des grands morceaux avec la voix de Liam. La démo de Some Might Say en est le parfait modèle.
Pour les lives, on repassera. Et on soufflera gentiment dans l’oreille des responsables du catalogue d’Oasis que deux trois cacahuètes comme la version live de The Masterplan à Knebworth, c’est sympathique mais diablement éculé.
Cela fait des années que les fans attendent une édition complète de certains grands concerts du groupe. Alors un morceau perdu au milieu de deux démos…
Plus inquiétant : c’était le moment parfait pour sortir de vrais inédits et ce n’est pas le cas. Les fonds de tiroir seraient-ils vides ? En même temps, faire enregistrer dix chansons à Liam Gallagher en 1995 relève de l’exploit alors on ne va pas se plaindre.

Oasis - (What's the Story) Morning Glory?
Oasis – (What’s the Story) Morning Glory?
4.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

Life - A Picture Of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…