Catégories
Chroniques d'albums

Death Cab for Cutie – Kintsugi

Death Cab for Cutie - Kintsugi

Et si les gens de Death Cab for Cutie avaient décidé de devenir vraiment intéressants ? Il se pourrait bien que Kintsugi, album placé sous le signe rupture, soit leur premier chef-d’œuvre.


Attention, des chefs-d’œuvre, ils en ont une palanquée pour deux types de personnes. Pour les étudiants et les hipsters américains, chaque sortie d’un disque de D.C.f.C est l’équivalent d’un nouveau miracle, le moment d’une messe onirique. Et pour quelques types européens, louches et fans de Belle and Sebastian, un disque comme Plans est un petit miracle pourvu de singles bienvenues.
Ce qui ne résout pas le problème fondamental des gens normaux quant à leur relation avec ce groupe de l’état de Washington. En effet, la bande de Benjamin Gibbard peut s’avérer passionnante comme extrêmement ennuyeuse.
Kintsugi, huitième disque du groupe, semble résoudre l’équation impossible. Le miracle s’est produit… Onze chansons, onze moments de bonheur pour les fans de pop élégante.

On souhaite d’emblée bon courage à Ben Gibbard et à ses copains pour donner une suite à ce disque. Chris Walla, qui a claqué la porte du groupe, a donné un ultime coup de main pour produire ce disque. Kintsugi a donc été chapoté par l’ami Walla et par Rich Costey (Foster the People & Muse, un type aux goûts suspects donc). C’est la première fois que les Death Cab for Cutie font intervenir un producteur. On se demande pourquoi ils n’ont pas eu l’idée plus tôt. Cela nous aurait évité des disques comme Codes and Keys (2011)…

Death Cab For Cutie – Black Sun

Au final Kintsugi est un album très classique. Rien de révolutionnaire à l’horizon, juste des chansons. Mais quelles chansons !
No Room In Frame, Little Wanderer et Black Sun sont les conséquences logiques d’un type obnubilé par l’écriture des refrains. Les cordes de Little Wanderer sont d’une simplicité déconcertante mais sont catapultées par la diction si étrange de Gibbard.

Death Cab For Cutie – Little Wanderer

Gentleman, Gibbard nous fait traverser à toute allure une ville anonyme des États- Unis (Hold No Guns) et remet le couvert dans la deuxième partie du disque avec El Dorado et Ingenue. Ne tombant pas dans des excès trop américains, Death Cab for Cutie atteint des sommets. A chaque chanson, on craint une chute à la Cuomo. Il n’en sera rien. Kintsugi se faufile à travers les mailles du filet et nous enchante.

Kintsugi sera publié le 30 mars 2015.

Les Death Cab For Cutie seront en concert au Bataclan de Paris le 25 juin 2015.

Death Cab for Cutie – Kintsugi4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Death Cab for Cutie – Kintsugi »

Tu es très sévère avec le groupe. Quand même, ‘Plans’, dans le genre « album pop parfait » il se pose là.
Par contre, bien de ton avis sur ‘Codes and Keys’, inutile et tournant à vide (je crois que même le groupe avait déclaré après coup qu’il était pas terrible).
Les premiers extraits donnaient foi à nouveau dans Gibbard et ses potes. Je croise les doigts même si ta chronique va dans le bon sens ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Death Cab For Cutie

Death Cab For Cutie : Walla c’est parti pour le huitième album

2015 ou l’année de tous les dangers pour le groupe de Bellingam. En effet, Death Cab For Cutie a perdu en chemin un de ses membres et pas des moindres, le très prolifique Chris Walla. Ce dernier est parti voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Soit. Sachant que ces jeunes gens ont un certain…
L'Epicerie Moderne - Feyzin

Epicerie fine

C’est le feu d’artifice final d’une saison déjà formidable à l’Epicerie Moderne de Feyzin qui propose en trois semaines ce qui se fait de mieux dans les musiques dites actuelles.

Plus dans Chroniques d'albums

Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.