Catégories
Chroniques d'albums

Death Cab for Cutie – Kintsugi

Death Cab for Cutie - Kintsugi

Et si les gens de Death Cab for Cutie avaient décidé de devenir vraiment intéressants ? Il se pourrait bien que Kintsugi, album placé sous le signe rupture, soit leur premier chef-d’œuvre.


Attention, des chefs-d’œuvre, ils en ont une palanquée pour deux types de personnes. Pour les étudiants et les hipsters américains, chaque sortie d’un disque de D.C.f.C est l’équivalent d’un nouveau miracle, le moment d’une messe onirique. Et pour quelques types européens, louches et fans de Belle and Sebastian, un disque comme Plans est un petit miracle pourvu de singles bienvenues.
Ce qui ne résout pas le problème fondamental des gens normaux quant à leur relation avec ce groupe de l’état de Washington. En effet, la bande de Benjamin Gibbard peut s’avérer passionnante comme extrêmement ennuyeuse.
Kintsugi, huitième disque du groupe, semble résoudre l’équation impossible. Le miracle s’est produit… Onze chansons, onze moments de bonheur pour les fans de pop élégante.

On souhaite d’emblée bon courage à Ben Gibbard et à ses copains pour donner une suite à ce disque. Chris Walla, qui a claqué la porte du groupe, a donné un ultime coup de main pour produire ce disque. Kintsugi a donc été chapoté par l’ami Walla et par Rich Costey (Foster the People & Muse, un type aux goûts suspects donc). C’est la première fois que les Death Cab for Cutie font intervenir un producteur. On se demande pourquoi ils n’ont pas eu l’idée plus tôt. Cela nous aurait évité des disques comme Codes and Keys (2011)…

Death Cab For Cutie – Black Sun

Au final Kintsugi est un album très classique. Rien de révolutionnaire à l’horizon, juste des chansons. Mais quelles chansons !
No Room In Frame, Little Wanderer et Black Sun sont les conséquences logiques d’un type obnubilé par l’écriture des refrains. Les cordes de Little Wanderer sont d’une simplicité déconcertante mais sont catapultées par la diction si étrange de Gibbard.

Death Cab For Cutie – Little Wanderer

Gentleman, Gibbard nous fait traverser à toute allure une ville anonyme des États- Unis (Hold No Guns) et remet le couvert dans la deuxième partie du disque avec El Dorado et Ingenue. Ne tombant pas dans des excès trop américains, Death Cab for Cutie atteint des sommets. A chaque chanson, on craint une chute à la Cuomo. Il n’en sera rien. Kintsugi se faufile à travers les mailles du filet et nous enchante.

Kintsugi sera publié le 30 mars 2015.

Les Death Cab For Cutie seront en concert au Bataclan de Paris le 25 juin 2015.

Death Cab for Cutie – Kintsugi4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Death Cab for Cutie – Kintsugi »

Tu es très sévère avec le groupe. Quand même, ‘Plans’, dans le genre « album pop parfait » il se pose là.
Par contre, bien de ton avis sur ‘Codes and Keys’, inutile et tournant à vide (je crois que même le groupe avait déclaré après coup qu’il était pas terrible).
Les premiers extraits donnaient foi à nouveau dans Gibbard et ses potes. Je croise les doigts même si ta chronique va dans le bon sens ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Death Cab For Cutie

Death Cab For Cutie : Walla c’est parti pour le huitième album

2015 ou l’année de tous les dangers pour le groupe de Bellingam. En effet, Death Cab For Cutie a perdu en chemin un de ses membres et pas des moindres, le très prolifique Chris Walla. Ce dernier est parti voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Soit. Sachant que ces jeunes gens ont un certain…
L'Epicerie Moderne - Feyzin

Epicerie fine

C’est le feu d’artifice final d’une saison déjà formidable à l’Epicerie Moderne de Feyzin qui propose en trois semaines ce qui se fait de mieux dans les musiques dites actuelles.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…