Le b.a.-ba de BC Camplight

BC Camplight
Louis - 20/04/2015

Brian Christinzio, alias BC Camplight, n’a pas la tête de ses chansons. On s’attend à un petit gars avec une coupe de cheveux bourgeoise et le polo Ralph Lauren adéquat. Tout sauf à ce bûcheron fragile venu de Philadelphie et aujourd’hui installé à Manchester en gros. Oui, BC Camplight a le physique pour être maître de forges, équarrisseur ou dresseur de loups. Au lieu de choisir cette destinée sympathique, Christinzio a décidé d’écrire des chansons. Et quelles chansons…

Auteur de deux albums (dont le très sympathique Blink of a Nihilist) lors de la décennie précédente, BC Camplight était passé sous les écrans radars des critiques européens. Une dépression et quelques cuites plus tard, le revoilà. Signé chez Bella Union, cet expatrié de luxe a sorti son meilleur album à ce jour. Sur How to Die in the North, notre bûcheron de l’extrême fait cracher son piano des mélodies sensationnelles et fait se crasher les héritages d’Elton John, de Billy Joel et d’un certain Brian Wilson. C’est soul, c’est pop, c’est frais… Parfois Camplight décompense, parfois BC danse. Et nous on rentre en transe.

A vous Cognacq-Jay.

BC Camplight

Qu’est-que tu as fait entre 2007 et aujourd’hui ?

BC Camplight : J’ai beaucoup bu. J’étais lassé de ma musique et de celle des autres accessoirement. C’est vraiment un milieu bizarre. Quand les choses n’ont pas de sens, c’est vraiment mauvais pour moi. Maintenant, je suis de retour et je pense que je suis là pour un moment.

Tu vis désormais à Manchester. Quel est ton quartier préféré ?

BC Camplight : J’aime beaucoup le Northern Quarter. C’est là où trainent tous les artistes. Je passe aussi pas mal de temps au bar du Castle Hotel. C’est là où j’ai rencontré la plupart des membres de mon groupe.

Qu’est-ce que tu as trouvé dans cette ville que tu n’as jamais trouvé ailleurs ?

BC Camplight : J’adore son temps de merde. C’est un grand niveleur d’attitude. Tout le monde a l’air un peu triste et je trouve cela très intéressant. J’essaie de ne pas paraître prétentieux, mais je n’aime pas le beau temps. J’aime aussi le fait que cette ville ressemble beaucoup à Philadelphie…. sans ses habitants que j’ai réussi à fuir.

Ton second single s’appelle You Should’ve Gone to School. C’est quoi le rapport à l’école de BC Camplight? Tu étais un bon élève ?

BC Camplight : J’étais une vraie « merde » à l’école. Je suis dyslexique et j’ai pas mal de difficultés pour lire. Je suis aussi assez paresseux et je m’ennuie facilement. Une fois, j’ai obtenu un 8 en anglais. Un 8 ! Sur 100. Un 8.
La seule raison pour laquelle je suis passé par l’école est parce que j’étais le capitaine de l’équipe de football.

BC Camplight – You Should’ve Gone To School

Alors comment as-tu appris à jouer de la musique ?

BC Camplight : J’ai grandi avec un piano à queue dans le salon de mes parents. C’est quelque chose qui m’a parlé dès le début. J’ai commencé à en jouer quand j’avais quatre ans et c’est la seule chose que mon cerveau comprenne de manière pleine et entière. Je mérite un zéro pointé dans les autres domaines, donc j’estime avoir de la chance de pouvoir vivre grâce au piano. Si tu me retires la musique… Et bien je serais peut-être en train d’enlever des chewing-gums secs sur une piste de bowling… Le tout sans un sou.

BC Camplight – Love Isn’t Anybody’s Fault
BC Camplight – Love Isn’t Anybody’s Fault

Tu peux nous expliquer la pochette de How To Die in the North ?

BC Camplight: Je voulais quelque chose de simple et qui inspire confiance. Les pochettes de mes précédents disques ressemblaient à des couvertures de comics.

BC Camplight – Love Isn’t Anybody’s Fault

How to Die in the North est une sorte de renaissance pour toi. Tu écoutes tes propres disques ?

BC Camplight : J’écoute beaucoup ce disque car j’aime bien me taper dans le dos quand je suis fier de ce que j’ai fait. Les deux premiers me rappellent un peu trop la période de leur création.

Just because I love you est diablement sexy. Peux-tu me raconter l’histoire de cette chanson ?

BC Camplight : Je n’ai pas pour habitude de parler du sens de mes chansons. Just because I love you fait du bien aux gens qui l’écoutent et chacun lui donne le sens qu’il veut. On va en rester là.

BC Camplight – You Should’ve Gone To School

Tu es sensible aux critiques ?

BC Camplight : Quoi? Qu’est ce que j’entends? Tu n’aimes pas mon disque??? Je t’attends dehors!!

TOP10

Le meilleur album de 2014 ?

BC Camplight : La réédition du best of de 10 CC.

Ton plaisir coupable en musique ?

BC Camplight : Phil Collins.

Le producteur de tes rêves ?

BC Camplight : Jeff Lynne sans doute.

La meilleure salle de concert pour jouer un concert ?

BC Camplight : Le Gorilla à Manchester.

La meilleure salle de concert pour regarder un concert ?

BC Camplight : Le Kazimer à Liverpool.

Si BC Camplight était une bande originale de film ?

BC Camplight : J’ai toujours pensé que ma musique se marierait très bien avec Poltergeist.

Manchester City ou Manchester United ?

BC Camplight : Je ne connais rien au football. Je suis américain. Je sais juste ne pas aller dans des pubs remplis de types obèses ayant le crâne rasé.

Si tu pouvais créer un festival…

BC Camplight : Il s’appellerait le Dissapointmentalooza et Paloma Faith jouerait trente-six heures d’affilée. Et aucun remboursement possible!

Joy Division ou New Order ?

BC Camplight : Ça c’est vraiment pas mon truc.
Si on fait dans le mancunien, je prends The Fall.

Ton artiste français préféré ?

BC Camplight : Django Reindhart.

BC Camplight - How To Die In The North

BC Camplight sera en concert le 29 avril 2015 à La Flèche d’Or (Paris) avec Other Lives.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Interviews

À mon W. Hamon

Dans le Hamon tout est bon écrivait il y a quelques mois le collègue Guimauve. Son disque, Soleil, Soleil Bleu, se bonifie comme un Chablis Grand Cru et prend une jolie patine au fil des écoutes.

Octave_Noire_presse2019_credit_Fabien_Tijou_2

5 questions à … Octave Noire

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Octave Noire qui de retour de Los Angeles s’apprête à sortir une nouvelle galette, non un monolithe pop le 14 février 2020…

Mélodie Lauret © Sarah Balhadere

5 questions à … Mélodie Lauret

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Mélodie Lauret, jeune artiste de 19 ans sur qui on mise une pièce sans trop de risques tant son naturel et…

Yannick-Owen

5 questions à … Yannick Owen

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Yannick Owen, jeune artiste lyonnais fervent adepte de la six cordes et des mélodies ouvragées. Mais quand en plus on aime…

Le Punk voit la vie en rose !

Punk is not dead, Lexique franco-punk est un ouvrage collectif dirigé par Luc Robène et Solveig Serre qui regroupe 178 entrées/définitions élaborées par 50 contributeurs du monde universitaire et de la scène punk.

[1989 – 2019] Rire (et chanter) avec les Mighty Lemon Drops

En 1989, les Mighty Lemon Drops sont à la croisée des chemins. En 1988, World Without End a fait une percée conséquente dans les charts anglais et américains. Originaires de Wolverhampton, les hommes en noir avaient ce qu’il fallait pour faire la nique à Manchester et Liverpool.

Miossec

Miossec – Discuter

10 avril 1995. Il y a bientôt 25 ans, celui qui est tombé nez à nez avec Non non non non (je ne suis plus saoul) a toujours Le Cul par Terre. Miossec s’en est relevé. En 2019, le Brestois a sorti onze albums et est toujours aussi passionnant sur disque comme sur scène.

Photo Presse - Leon Newars

[EXCLU] 5 questions à … Leon Newars

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Leon Newars , anagramme de New-Orleans, ce qui veut tout dire de la nature du projet du Bordelais Vincent Pollet-Villard et…

L’art d’être Camilla Sparksss

Échappée de Peter Kernel, Barbara Lehnhoff aka Camilla Sparksss a publié cette année Brutal, suite sans concession de For You The Wild (2014).

Bandit Bandit

5 questions à … Bandit Bandit

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Bandit Bandit qui a déjà fait du chemin avec un premier EP et quelques concerts crasseux et torrides. Leur playlist est…

Juan Wauters

5 questions à … Juan Wauters

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Juan Wauters en provenance de Montevideo, Uruguay mais citoyen de la République libre de Jackson Heights, NY, quartier cosmopolite par excellence…

Les photographies sonores de Delphine Ghosarossian

Delphine Ghosarossian réunit ses beaux clichés dans un livre élégant et conséquent. Faces of Sound réunit les bouilles de Thurston Moore (Sonic Youth) ou d’Irak Kaplan (Yo La Tengo) de Brett Anderson (Suede). Et en plus de photographier Sir Brett, Ghosarossian fait parler Bernard Butler (et d’autres) sur leur relation à leur image et au…

© Clara Ozem

[EXCLU] 5 questions à … Johnnie Carwash

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Johnnie Carwash dont le nom réveille nos sens et nos tuyaux d’arrosage. Normal, leur mère est punk et vivante ! Le…

Jim Jones

Jim Jones toujours au top !

Jim Jones avait fait exploser la maison avec son premier groupe, The Jim Jones Revue. Et alors qu’on ne s’était pas tout à fait remis de Burning Your House Down, Jim Jones a mis au placard sa Revue et est revenu encore plus fort avec Jim Jones And The Righteous Mind. Jim Jones, Gavin Jay,…

The Fat Badgers © Bartosch Salmanski

5 questions à … The Fat Badgers

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de The Fat Badgers, le groupe qui fait danser l’Alsace et bientôt le monde avec leur premier album Soul Train le 29…

Paul Et Mickey - Mortel

5 questions à … Paul Et Mickey

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. On connaissait Paul & Nany, Paul une Tourtel, faire pleurer paupaul, ou Gainsbourg qui avait un « mickey maousse, un gourdin dans sa housse et quand…

Crime & The City Solution

[1989 – 2019] Crime And The City Solution à bride abattue

Formés en 1977 par l’Australien Simon Bonney, Crime & The City Solution fut un groupe qui inventa des nouveaux mondes sonores grâce au soutien indéfectible par Mute Records. En 1989, le groupe poursuivit sa période berlinoise entamée un an plus tôt avec Shine et publia The Bride Ship. Adulés par Wim Wenders (qui les avait…

Stan Mathis

5 questions à … Stan Mathis

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Stan Mathis à découvrir de l’intérieur avec une playlist punchy et un nouvel album, Plexus solaire. Il sera en concert avec…

Robi

C’est dire le bonheur de revoir Robi

On ne meurt plus d’amour dit la chanson de Robi… Nous, on pourrait bien mourir d’amour pour ses chansons. On est même volontaire. Après cinq ans d’absence (qui ne sont pas synonymes d’inactivité), Robi fait son retour avec un disque pénétrant qui vous transperce et vous sublime. Comme les dernières chansons de Vincent Delerm, les…

La tornade Oiseaux-Tempête

A peine un an après la sortie du splendide طرب TARAB, Oiseaux-Tempête revient avec From Somewhere Invisible, un disque auquel participe Radwan Ghazi Moumneh (Jerusalem In My Heart), Jessica Moss de (Thee Silver Mt. Zion), Mondkopf, Jean-Michel Pirès ou encore G.W. Sok. Un disque hors-normes pour un groupe qui est hors-normes.

A ne pas rater dans Interviews !