Catégories
Chroniques d'albums

Blur – The Magic Whip

Blur - The Magic Whip

The Magic Whip va t-il surpasser en cette belle année 2015 le meilleur album du groupe à savoir Blur : The Best of paru en 2000 ?
Mystère et boule de gomme.

Blur - The Magic Whip
Blur – The Magic Whip


Premier album depuis Think Tank, The Magic Whip arrive donc après une campagne de promotion qui a dévoilé une première partie du disque. La seconde est du même acabit. Il n’y a pas de tromperie sur la marchandise. Blur fait du Blur comme si les types ne s’étaient pas quittés depuis le début des années 2000. A ceci près que les Londoniens retrouvent le mentor des premières heures à savoir Stephen Street comme si nous étions au début des années 90.
The Magic Whip est donc un voyage entre le XX ième siècle et le XXI ième siècle, entre l’Angleterre et l’Asie, entre bonnes chansons et moments ennuyeux.

Et pour la première fois, on n’ira pas chercher des métaphores hasardeuses avec Oasis. Allez une seule…

On reprend les mêmes et on recommence.
Et comme d’habitude avec un album de Blur, il faut sortir la machette, couper des têtes, élaguer et faire un tri sévère des chansons proposées par le groupe. Au moins quand ceux de Manchester se plantent, on est rapidement au courant.
Avec Blur et ses roublardises, il faut prêcher le faux pour avoir le vrai. Ou vice versa.
Il y a donc sur The Magic Whip d’excellentes choses. Comme de moins bonnes et c’est un euphémisme.
On commence par quoi? Les bonnes.

Blur – There Are Too Many of Us

L’ami Graham Coxon est en forme. The Magic Whip l’aide à guérir et il semblerait que le guitariste se soit jeté à corps perdu dans la bataille. Cela s’entend et on ne peut que s’en féciliter.
Et puis comme les pigistes anglais, on tapera du pied sur Ice Cream Man ou Ong Ong, pâtisseries garanties pur Blur.
On savourera aussi There Are Too Many of Us et son final qui se perd dans les rues d’une ville asiatique anonyme. Cette chanson séduira tous les nostalgiques: le moment clef du disque au final.
Car après… Pas grand chose.
On en arrive même à se demander comment ce filou d’Albarn a pu laisser passer des choses comme Go Out ou My Terracotta Heart. C’est quand même pas bien folichon cette affaire.
Autre moment douteux: I Broadcast . Treize ans d’absence pour récupérer un titre de ce calibre, merci mais non merci.

Alors on nous fait le coup de « regardez, ils se sont réunis, ils ont souffert, ils ont enregistré un album et cela a été difficile.. ». Sûrement, mais cela ne s’entend pas. On se récupère donc une pincée de chansons plus que sympathiques et une louche d’autres choses… qui ne nous rendent pas sympathiques du tout.

Tracklist : Blur - The Magic Whip
  1. Lonesome Street
  2. New World Towers
  3. Go Out
  4. Ice Cream Man
  5. Thought I Was a Spaceman
  6. I Broadcast
  7. My Terracotta Heart
  8. There Are Too Many of Us
  9. Ghost Ship
  10. Pyongyang
  11. Ong Ong
  12. Mirrorball

The Magic Whip sera publié le 27 avril et est écoute en avant première sur Itunes à l’heure actuelle.
Blur sera en concert au Zéntih de Paris le 15 juin 2015.

Blur – The Magic Whip3.0
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Suede - Dog Man Star

Suede, la vie, la pop… s’il faut qu’on s’adopte.

Il existe différentes façons d’entrer. Certains frappent, et attendent. Plus impatients, plus pressés, d’autres contournent, et enjambent. Une fenêtre ouverte, la première, les voilà dans la maison. Et puis il y a Suede. Apparu directement dans le salon, sans même être passé par la cheminée. Comme ça. Sans nuage de fumée. Sans rien. D’un coup.…
Declan McKenna

Declan McKenna a la baraka

Declan McKenna et ses 16 ans vont envoyer Jake Bugg et ses morceaux à la maison de retraite. L’anglais McKenna a gagné le concours du meilleur jeune talent lors du festival de Glastonbury 2015 et s’apprête à publier un EP gorgé de chansons typiquement… anglaises. De festival, il en est encore question en 2016 puisque…
La Maison Tellier (Richard Schroeder)

Numéro 5 de La Maison Tellier !

La Maison Tellier est de retour en cette fin du mois de janvier 2016 pour son cinquième album. Et le changement, c’est maintenant. Accompagnée du dompteur Yann Arnaud, La Maison Tellier a lâché les fauves. A l’écoute d’Avalanche, l’auditeur retrouvera les fondations solides de cette Maison. Mais le décor a changé. L’ouragan Arnaud est passé…
Photos concert : Paléo Festival, Nyon | 23-28.07.2013

photos : Paléo Festival, 23-28.07.2013

Retrouvez une très courte sélection de chacun de mes concerts et quelques photos d’ambiances, du Paléo 2013. La totalité de mes photos arriveront dans les jours à venir..!

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.