Catégories
Chroniques d'albums

Richard Hawley – Hollow Meadows

Richard Hawley - Hollow Meadows

Richard Hawley revient donc le 11 septembre 2015 avec Hollow Meadows, son huitième et meilleur album.
Le natif de Sheffield arrête les bêtises psychédéliques qui donnent le tournis (Standing At The Sky’s Edge) et les sottises pop dignes d’un disque des autres neuneus de Sheffield (Lady’s Bridge).

Car si nous faisons dans la métaphore filée, on pourrait comparer ce nouveau disque à un beau meuble d’ébéniste, Standing At The Sky’s Edge à l’armoire brinquebalante de Tonton Raymond et Lady’s Bridge à une armoire IKEA de seconde main. On vous laisse le meuble de votre choix pour Coles Corner et Late Night Final.

Hawley les mains, Richard nous tient en joue avec un vieux colt doté d’un chargeur de onze chansons. En bon crooner, il va le dégainer et faire mouche à chaque tir.

Ce vieux pirate de Richard Hawley utilise plus ou moins la même formule depuis des années mais arrive à se piéger lui même comme un débutant à chaque fois. En bon gardien du temple, il ne sort pas de son pré-carré de la chanson 50’s et foire plus ou moins chaque disque. On attend à chaque fois un chef d’œuvre et on se fait rapidement une raison au bout de la cinquième chanson.
Et depuis quelques temps, la part des bonnes chansons était réduite à sa portion congrue. En effet, pas besoin d’attendre le cinquième morceau de Standing At The Sky’s Edge pour se rendre compte que l’affaire ne tournait pas rond.
Pour ce nouvel album, on se fera une raison lors de l’ultime morceau (What love means) : il s’agit bien du meilleur disque de l’ex Longpigs.

Sentant plus ou moins l’impasse, Richard Hawley a changé sa manière de travailler. Co-produit avec le fidèle Shez Sheridan et Colin Elliot, Hollow Meadows est un disque varié dont les chansons ont été écrites et enregistrées avant d’être finalisées au studio Yellow Arch (Sheffield). Une révolution pour le garçon parait-il. Pour nous aussi !

Richard Hawley – Heart Of Oak

Brisant la glace au sens propre comme au sens figuré, Richard Hawley s’offre sous un angle plus romantique et plus intime. Évidemment Hollow Meadows évoque Sheffield. A son âge, on ne le changera plus. Mais en 2015, l’introspection est de mise.
Hollow Meadows est un quartier de cette grande cité du Yorkshire où les ancêtres de Richard Hawley ont vécu (Hollow, Auley, Hawley). La thématique familiale en découle logiquement.

Et au delà des lubies géographiques de ce type, il y a ses chansons. Et elles sont formidables; même les plus faciles (dont le dernier single en date Heart of Oak) séduisent.
Richard Hawley est magistral sur Welcome The Sun et sur Long Time Down.
Ayant eu la bonne idée de s’entourer de pointures du folk anglais, Hawley produit un disque au son tout simplement hallucinant. La preuve avec Which Way:

Richard Hawley – Which Way

Ce grand monsieur tient enfin son grand disque.

Hollow Meadows de Richard Hawley sera publié le 11 septembre 2015 (Warner).
Richard Hawley sera en concert le 25 novembre 2015 à L’Alhambra (Paris).

Tracklist : Richard Hawley - Hollow Meadows
  1. I Still Want You
  2. The World Looks Down
  3. Which Way
  4. Serenade Of Blue
  5. Long Time Down
  6. Nothing Like A Friend
  7. Sometimes I Feel
  8. Tuesday pm
  9. Welcome The Sun
  10. Heart Of Oak
  11. What Love Means
Richard Hawley – Hollow Meadows4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Richard Hawley – Hollow Meadows »

Truelove’s gutter est son meilleur album.

Le dernier est tout de même relativement monotone mélodiquement et rythmiquement. J’entends qu’on a déjà entendu plus ou moins les mêmes motifs musicaux dispersés sur ses précédents albums. A noter que le batteur de RIchard Hawley est définitivement plus chiant que l’ennui..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Richard Hawley

Hawley mains !

Échappé des inoffensifs Longpips et pensant enfin à lui, Richard Hawley publia de beaux disques solo dès le printemps 2001. Son label historique, Setanta, les réédite cet automne en vinyle.
Richard Hawley - Heart of Oak

Hawley coeur à vif !

Dick a le truc pour remuer le cœur et notre « jeunesse revit en cette ardeur si prompte. »
Richard Hawley - Hollow Meadows

Richard Hawley défend son pré carré

C’est confirmé par les autorités compétentes : le huitième album de Richard Hawley sera publié le 11 septembre 2015. Hollow Meadows annonce un retour en forme de l’esthète de Sheffield. Oui, car ces derniers temps, Hawley avait un petit coup de pompe…
clip : Richard Hawley - Leave Your Body Behind You

clip : Richard Hawley – Leave Your Body Behind You

Richard Hawley – Leave Your Body Behind You Virage pysché pour le crooner et ex Pulp Richard Hawley avec ce luxuriant et hypnotique Leave Your Body Behind You qui se veut plus accessible et catchy : l’influence des Arctic Monkeys ? on attend donc impatiemment l’album Standing at the Sky’s Edge qui paraîtra le 7…
Programme du festival Europavox 2010

Europavox 2010, demandez le programme !

L’édition 2010 du festival Europavox de Clermont-Ferrand approche à grand pas. 60 groupes vont jouer dans quatre lieux dont la fameuse Coopérative de Mai qui a soutenu nombre d’artistes locaux à l’instar de Cocoon ou Zak Laughed.

Plus dans Chroniques d'albums

Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.