Richard Hawley – Hollow Meadows

Richard Hawley - Hollow Meadows
Louis - 03/09/2015

Richard Hawley revient donc le 11 septembre 2015 avec Hollow Meadows, son huitième et meilleur album.
Le natif de Sheffield arrête les bêtises psychédéliques qui donnent le tournis (Standing At The Sky’s Edge) et les sottises pop dignes d’un disque des autres neuneus de Sheffield (Lady’s Bridge).

Car si nous faisons dans la métaphore filée, on pourrait comparer ce nouveau disque à un beau meuble d’ébéniste, Standing At The Sky’s Edge à l’armoire brinquebalante de Tonton Raymond et Lady’s Bridge à une armoire IKEA de seconde main. On vous laisse le meuble de votre choix pour Coles Corner et Late Night Final.

Hawley les mains, Richard nous tient en joue avec un vieux colt doté d’un chargeur de onze chansons. En bon crooner, il va le dégainer et faire mouche à chaque tir.

Ce vieux pirate de Richard Hawley utilise plus ou moins la même formule depuis des années mais arrive à se piéger lui même comme un débutant à chaque fois. En bon gardien du temple, il ne sort pas de son pré-carré de la chanson 50’s et foire plus ou moins chaque disque. On attend à chaque fois un chef d’œuvre et on se fait rapidement une raison au bout de la cinquième chanson.
Et depuis quelques temps, la part des bonnes chansons était réduite à sa portion congrue. En effet, pas besoin d’attendre le cinquième morceau de Standing At The Sky’s Edge pour se rendre compte que l’affaire ne tournait pas rond.
Pour ce nouvel album, on se fera une raison lors de l’ultime morceau (What love means) : il s’agit bien du meilleur disque de l’ex Longpigs.

Sentant plus ou moins l’impasse, Richard Hawley a changé sa manière de travailler. Co-produit avec le fidèle Shez Sheridan et Colin Elliot, Hollow Meadows est un disque varié dont les chansons ont été écrites et enregistrées avant d’être finalisées au studio Yellow Arch (Sheffield). Une révolution pour le garçon parait-il. Pour nous aussi !

Richard Hawley – Heart Of Oak

Brisant la glace au sens propre comme au sens figuré, Richard Hawley s’offre sous un angle plus romantique et plus intime. Évidemment Hollow Meadows évoque Sheffield. A son âge, on ne le changera plus. Mais en 2015, l’introspection est de mise.
Hollow Meadows est un quartier de cette grande cité du Yorkshire où les ancêtres de Richard Hawley ont vécu (Hollow, Auley, Hawley). La thématique familiale en découle logiquement.

Et au delà des lubies géographiques de ce type, il y a ses chansons. Et elles sont formidables; même les plus faciles (dont le dernier single en date Heart of Oak) séduisent.
Richard Hawley est magistral sur Welcome The Sun et sur Long Time Down.
Ayant eu la bonne idée de s’entourer de pointures du folk anglais, Hawley produit un disque au son tout simplement hallucinant. La preuve avec Which Way:

Richard Hawley – Which Way

Ce grand monsieur tient enfin son grand disque.

Hollow Meadows de Richard Hawley sera publié le 11 septembre 2015 (Warner).
Richard Hawley sera en concert le 25 novembre 2015 à L’Alhambra (Paris).

Tracklist : Richard Hawley - Hollow Meadows
  1. I Still Want You
  2. The World Looks Down
  3. Which Way
  4. Serenade Of Blue
  5. Long Time Down
  6. Nothing Like A Friend
  7. Sometimes I Feel
  8. Tuesday pm
  9. Welcome The Sun
  10. Heart Of Oak
  11. What Love Means
Richard Hawley – Hollow Meadows
4.5
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses
  1. Truelove’s gutter est son meilleur album.

    Le dernier est tout de même relativement monotone mélodiquement et rythmiquement. J’entends qu’on a déjà entendu plus ou moins les mêmes motifs musicaux dispersés sur ses précédents albums. A noter que le batteur de RIchard Hawley est définitivement plus chiant que l’ennui..

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.