Catégories
Chroniques d'albums

VedeTT – Tuer Les Gens

Il faut être culotté pour s’appeler VedeTT quand on débute un projet, encore plus quand on sort en octobre 2015 un premier album intitulé « Tuer les gens ».

Avec un titre pareil on aurait pu penser à du Bruit Noir ou du Michel Cloup, mais Florent Vincelot alias VedeTT officie davantage dans une pop en noir et blanc, majoritairement en anglais. L’angevin multiplie les projets, batteur pour Sheraf qui vient de sortir un deuxième EP, Bloody Town, bassiste pour San Carol dont l’album Humain Trop Humain a décapé 2015, mais c’est seul qu’il compose les onze titres de ce premier disque soutenu par le Chabada d’Angers et le label lyonnais Echo Orange.

« J’enseigne l’art de tourner l’angoisse en délice » arguait Bataille. VedeTT nous essore avec une cold wave qui allie spleen et idéal. Tous les modes défilent, synthétique, couleurs sombres, blanc aveuglant, cycles délicats. Le disque forme une demi-heure de concentré d’apesanteur, où l’on a l’impression de s’élever, de flotter au-dessus de notre corps, de se voir en train d’écouter, d’onduler, d’ondoyer dans son salon une chopine à la main, façon The Dude du Maine-et-Loire.

Aidé par Romain Lejeune (les Blind Suns ont joué cette année au SXSW), Florent Vincelot excelle dans la basse métronomique addictive qui sculpte chacun des morceaux et rappelle parfois les premiers Cure (Friday morning). Avec Fade Away c’est au Goodbye horses de Q Lazzarus qu’il rend un bel hommage mais au final ces influences n’en sont pas vraiment, VedeTT crée son propre style qui fait mouche avec notamment ce Tuer les gens sautillant et glaçant, « Si ça va pas, on fait des enfants ». Et en concert c’est encore plus passionnant, plus électrique avec les effets de guitare de Stw, et la dextérité de Simon à la batterie qui a bousculé le Marché Gare lors de la soirée Pop Spleen Wave à Lyon.

VedeTT – Tuer Les Gens

VedeTT - Tuer les gens

VedeTT – Tuer Les Gens5.0
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

VedeTT - It Seems To Be Natural

Vidéo : VedeTT – It Seems To Be Natural

Si l’on devait désigner un EP de l’année, cela serait assurément ces quatre titres fulgurants des angevins de VedeTT qui ont tout à gagner avec ce Losing All à la terrible beauté. On est ensuqué de bonheur avec le plantureux It seems to be natural entre spleen et idéal.

Vidéo : VedeTT – Get Off The Road

Rasoir VedeTT ? sûrement pas. Get Off The Road est extrait de leur nouvel EP, Losing All qui sort le 8 décembre chez Echo Orange et met une bonne claque à la concurrence avec leur new wave 3.0
VedeTT © Paul Liaigre

5 questions à … VedeTT

SK* a demandé à une vingtaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de VedeTT, auteur fin 2015 de l’excellent programmatique Tuer les gens et en concert à Paris (Petit Bain) ce samedi 18 février…
VedeTT - Free Chicken & Fried

Déjà VedeTT !

On vous a déjà dit tout le bien que l’on pense de VedeTT, trio angevin emmené par son bassiste Nerlov au spleen crépusculaire mais sacrément jouissif en concert.
VedeTT - Tuer les gens

VedeTT – Tuer les gens

Sur le marché très encombré de la cold-wave, l’ingénieux angevin VedeTT débarque sans coup férir et publie un album qui tire son épingle du jeu en durant aussi longtemps qu’un disque de Weezer et en braconnant sur les terres de Motorama.
VedeTT - Tuer Les Gens

VedeTT lave plus noir !

VedeTT, c’est le père Florent Vincelot qui fait dans la spleen pop et dans la machine à laver les émotions.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…