VedeTT – Tuer Les Gens

Il faut être culotté pour s’appeler VedeTT quand on débute un projet, encore plus quand on sort en octobre 2015 un premier album intitulé « Tuer les gens ».

Avec un titre pareil on aurait pu penser à du Bruit Noir ou du Michel Cloup, mais Florent Vincelot alias VedeTT officie davantage dans une pop en noir et blanc, majoritairement en anglais. L’angevin multiplie les projets, batteur pour Sheraf qui vient de sortir un deuxième EP, Bloody Town, bassiste pour San Carol dont l’album Humain Trop Humain a décapé 2015, mais c’est seul qu’il compose les onze titres de ce premier disque soutenu par le Chabada d’Angers et le label lyonnais Echo Orange.

« J’enseigne l’art de tourner l’angoisse en délice » arguait Bataille. VedeTT nous essore avec une cold wave qui allie spleen et idéal. Tous les modes défilent, synthétique, couleurs sombres, blanc aveuglant, cycles délicats. Le disque forme une demi-heure de concentré d’apesanteur, où l’on a l’impression de s’élever, de flotter au-dessus de notre corps, de se voir en train d’écouter, d’onduler, d’ondoyer dans son salon une chopine à la main, façon The Dude du Maine-et-Loire.

Discographie

Aidé par Romain Lejeune (les Blind Suns ont joué cette année au SXSW), Florent Vincelot excelle dans la basse métronomique addictive qui sculpte chacun des morceaux et rappelle parfois les premiers Cure (Friday morning). Avec Fade Away c’est au Goodbye horses de Q Lazzarus qu’il rend un bel hommage mais au final ces influences n’en sont pas vraiment, VedeTT crée son propre style qui fait mouche avec notamment ce Tuer les gens sautillant et glaçant, « Si ça va pas, on fait des enfants ». Et en concert c’est encore plus passionnant, plus électrique avec les effets de guitare de Stw, et la dextérité de Simon à la batterie qui a bousculé le Marché Gare lors de la soirée Pop Spleen Wave à Lyon.

VedeTT – Tuer Les Gens

VedeTT - Tuer les gens

VedeTT – Tuer Les Gens
10/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

VedeTT - It Seems To Be Natural

Vidéo : VedeTT – It Seems To Be Natural

Si l’on devait désigner un EP de l’année, cela serait assurément ces quatre titres fulgurants des angevins de VedeTT qui ont tout à gagner avec ce Losing All à la terrible beauté. On est ensuqué de bonheur avec le plantureux It seems to be natural entre spleen et idéal.

Vidéo : VedeTT – Get Off The Road

Rasoir VedeTT ? sûrement pas. Get Off The Road est extrait de leur nouvel EP, Losing All qui sort le 8 décembre chez Echo Orange et met une bonne claque à la concurrence avec leur new wave 3.0
VedeTT © Paul Liaigre

5 questions à … VedeTT

SK* a demandé à une vingtaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de VedeTT, auteur fin 2015 de l’excellent programmatique Tuer les gens et en concert à Paris (Petit Bain) ce samedi 18 février […]
VedeTT - Free Chicken & Fried

Déjà VedeTT !

On vous a déjà dit tout le bien que l’on pense de VedeTT, trio angevin emmené par son bassiste Nerlov au spleen crépusculaire mais sacrément jouissif en concert.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.