Les Whitney nous sont arrivés de Chicago il y a quelques mois avec deux atouts majeurs dans leur jeu.


Premier atout, ils sont signés chez Secretly Canadian, label de qualité basé à Bloomington dans l’Indiana (États-Unis), qui a notamment hébergé feu Jason Molina (Songs : Ohia) et qui a permis à Adam Granduciel de sortir le meilleur disque de 2014 (Lost in the Dream des The War On Drugs). A cet argument on pourrait rétorquer que cette maison a aussi signé les très sur-estimés Suuns.

Second atout, les Whitney ont écrit un fantastique premier single. No Woman, c’est son nom, appartient au club très privé des chansons qui vous font oublier toutes les misères de vos journées et qui vous transporte au fin fond des États-Unis.
A cela on pourrait rétorquer que le premier disque de ce groupe ne contient qu’un titre de ce niveau. Et c’est tout là le problème de Light Upon The Lake. No Woman est le premier single des Whitney, le premier morceau de Light Upon The Lake et leur meilleur titre.

Whitney – No Woman

Formé par Max Kakacek (ex Smith Westerns) et Julien Ehrlich (ex Unknown Mortal Orchestra et ex Smith Westerns), Whitney est un groupe qui aurait fait fureur dans les années 90. Au bout de deux écoutes de No Woman, n’importe quel adolescent aurait filé dépenser son argent de poche du mois dans l’achat de ce disque. Après s’être énervé à cause de ce fichu emballage plastique, après avoir fait tombé deux fois le disque à cause du stress, notre adolescent aurait écouté enfin l’intégralité de Light Upon The Lake. Et c’est la déception. Aucun des neuf titres n’arrivent à la cheville de ce premier titre. Aujourd’hui, chacun pourra se faire une idée grâce aux différentes plateformes d’écoute et aller dans le sens contraire de cette chronique.

Pourtant les Whitney ne sont pas passés loin de l’exploit. D’autant plus que leur rigorisme seventies fait passer ce duo pour les Donald Fagen et Walter Becker de l’affaire. Après Pharaon de Winter, voilà deux nouveaux représentants de l’Amicale des Fans de Steely Dan.
Autrefois se revendiquer de Steely Dan était synonyme d’opprobre médiatique. Comment ? Vous aimez Aja ? Vous osez écouter The Royal Scam ? En 2016, c’est tout le contraire.

Pourtant l’influence du groupe d’Annandale-on-Hudson s’entend peu dans la musique des Whitney. Il faut aller plutôt aller regarder du côté de l’enregistrement de Light Upon The Lake. Aidés par Jonathan Rado (Foxygen), ces deux zigotos de l’Illinois ont tenté de reconstituer les conditions d’enregistrement des années 70. Totalement obnubilés par le Topanga Canyon du Loner et les Shangri-La Studios squattés par The Band, les Whitney ont utilisé des machines analogiques et se sont mis au régime sec.

On ira donc chercher du côté de No Matter Where We Go et du dernier morceau pour espérer atteindre les courbes délicates de No Woman.

Whitney – No Matter Where We Go

Light Upon The Lake des Whitney sera disponible le 3 juin 2016 via Secretly Canadian/PIAS.
Les Whitney seront en concert le 18 juin 2016 au Point Éphémère (Paris).

Whitney - Light Upon The Lake

Tracklist : Whitney - Light Upon The Lake
  1. No Woman
  2. The Falls
  3. Golden Days
  4. Dave’s Song
  5. Light Upon the Lake
  6. No Matter Where We Go
  7. On My Own
  8. Red Moon
  9. Polly
  10. Follow

Whitney – Light Upon The Lake3.3
6.6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.
TINALS 2016 © Fabrice Buffart

The TINALS countdown !

Une grande partie de la programmation du meilleur festival de la ‘non chanson d’amour’ est connue. Le festival TINALS aura lieu du 9 au 11 juin et les derniers noms seront dévoilés ce mercredi à la conférence de presse à Paloma à Nîmes.

Allo Houston, ici Whitney !

Ça se bouscule au portillon pour les ex Smith Westerns ! Le label Sub Pop a donné des signes concrets d’existence de vie de Cullen Omori la semaine dernière. C’est au tour de Max Kakacek de nous donner des signes de vie avec son nouveau projet intitulé Whitney.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.