En 2012, Michael Kiwanuka avait fait son petit effet avec son premier album Home Again. Produit à l’époque par Paul Butler des The Bees, Home Again s’était classé à la quatrième place des charts britanniques et offrait un son somme toute assez singulier pour son époque. En 2016 Michael Kiwanuka reprend les mêmes ingrédients mais fournit un disque bien plus solide.

Michael Kiwanuka garde toujours les quatre mêmes points cardinaux (Bill Withers, Randy Newman, Terry Callier et Otis Redding) mais change de direction sur Love & Hate. Home Again avait un son très rétro et avait des accents quelque peu désuets. Son nouvel album offre tout le contraire. Michael Kiwanuka n’a plus le regard baissé comme sur la pochette d’Home Again et devient prophète dans son genre. Originaire de Muswell Hill, un quartier du Nord de Londres, Michael Kiwanuka redresse la tête et offre une profession de foi avec Love & Hate.

Michael Kiwanuka – Black Man In A White World

Michael Kiwanuka n’a pas reconduit Butler dans son rôle de producteur et a recruté Danger Mouse (The Shins, U2). Le son du Londonien n’a pas été endommagé par la lisseuse Mouse et Love & Hate dispose d’un son sensationnel au service de chansons extrêmement ambitieuses. Qui oserait entamer un disque en 2016 par un morceau de quasiment 10 minutes ? Michael Kiwanuka.

Michael Kiwanuka – Cold Little Heart (Live Session Video)

Une éternité semble s’être écoulée entre Home Again et Love & Hate. Cette éternité de quatre ans a permis à Kiwanuka d’engranger de grandes chansons. Car au delà du son et de toutes les considérations esthétiques, il faut se rendre à l’évidence : Love & Hate ne dispose d’aucun temps mort et est une renaissance pour son auteur.

Michael Kiwanuka - Love & Hate

Love & Hate de Michael Kiwanuka sera publié le 15 juillet via Polydor.

Michael Kiwanuka sera en tournée les :

  • 2 novembre 2016 à La Cigale (Paris)
  • 14 novembre 2016 au Rockstore (Montpellier)
  • 18 novembre 2016 à la Rock School Barbey (Bordeaux)
  • 20 novembre 2016 à L’Épicerie Moderne (Lyon)
  • 21 novembre 2016 à La Laiterie (Strasbourg)

Michael Kiwanuka - Love & Hate

Tracklist : Michael Kiwanuka - Love & Hate
  1. Cold Little Heart
  2. Black Man In A White World
  3. Falling
  4. Place I Belong
  5. Love & Hate
  6. One More Night
  7. I'll Never Love
  8. Rule The World
  9. Father's Child
  10. The Final Frame

Michael Kiwanuka – Love & Hate4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.
Michael Kiwanuka

Michael Kiwanuka est de retour

Michael Kiwanuka, tout comme Laura Gibson, vient de mettre fin à quatre ans de silence avec la publication de nouvelles chansons. Les At The Drive In viennent de donner un concert à Paris alors qu’ils s’étaient condamnés au silence depuis des années. 2016 ou l’année des retours improbables. On ne sera même pas étonné si…
Alabama Shakes

Festival Les Inrocks : 25 ans d’agitation

Alabama Shakes Pour fêter son quart de siècle, la team Inrocks/Alias Production préparent 9 jours de concerts à nous faire souhaiter l’arrivée de l’automne au plus vite. Rendez-vous à Paris, Lille, Lyon, Nantes, Toulouse, Marseille et Caen du 5 au 13 novembre pour reprendre un peu d’énergie avant d’affronter l’hiver !

Plus dans Chroniques d'albums

Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…
Régina Demina - Hystérie

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être,…