Flo Morrissey and Matthew E White – Gentlewoman, Ruby Man

Au premier abord, l'idée de marier la douce voix de Flo Morrissey aux grooves volubiles de Matthew E. White pouvait paraître saugrenue. Après l'écoute minutieuse des dix reprises qui composent l'album Gentlewoman, Ruby Man, cette alliance se révèle délicieuse et surtout totalement évidente.

A ma gauche, Flo Morrissey, jeune anglaise de vingt et un ans qui publie des chansons délicates comme Pages Of Gold avec un pouvoir de séduction assez impressionnant.

A ma droite, l’américain Matthew E. White, auteur du très sympathique Fresh Blood et producteur à ses heures perdues (Natalie Prass et du dernier Cocoon).

Et au milieu un album de reprises, Gentlewoman, Ruby Man, qui reprend James Blake, Nino Ferrer, les Bee Gees ou encore Leonard Cohen. Ces She & Him de 2017 réalisent donc un sans-faute assez incroyable. Sur le dernier exercice du genre (Introducing Karl Blau – 2016), on pouvait trouver quelques faiblesses et se lasser quelque peu. Ici c’est tout le contraire. Gentlewoman, Ruby Man se boit comme du petit lait et s’écoute d’une traite.

Flo Morrissey and Matthew E. White – Grease

La production de Matthew E. White met dans un écrin de coton ce disque et propulse la muse Morrissey à un niveau qu’elle même ne pensait pas atteindre.
On espère que ces deux-là ont pris comme résolution pour cette année 2017 d’écrire des chansons.

Gentlewoman, Ruby Man de Flo Morrissey and Matthew E White sera publié le 13 janvier via Glassnote Records.

Tracklist : Flo Morrissey and Matthew E White - Gentlewoman, Ruby Man
  1. Look At What The Light Did Now
  2. Thinking Bout You
  3. Looking For You
  4. The Colour In Anything
  5. Everybody Loves The Sunshine
  6. Grease
  7. Suzanne
  8. Sunday Morning
  9. Heaven Can Wait
  10. Govindam

Flo Morrissey and Matthew E White – Gentlewoman, Ruby Man
8.5/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Themagiclantern-noonesfault

Non coupable

De l’étreinte musicale. Avec une économie de mots et une douceur infinie, The Magic Lantern éclaire notre nuit sentimentale.
Black Lilys @ Club Transbo, Lyon | 24.11.2022 © Stéphane THABOURET

Photos : Black Lilys @ Club Transbo, Lyon | 24.11.2022

Les Black Lilys ont rugi de plaisir de retour sur leurs terres lyonnaises après des concerts à Londres ou à Budapest. Ils viennent de sortir leur deuxième album, New Era sur le label La Ruche et Stéphane Thabouret était présent pour saisir les soubresauts de Störm ou la caresse de Gymnopédie.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.