Reformés le temps d’un concert à Rennes en septembre 2017, Marquis de Sade s’apprête à revenir dans les bacs des disquaires avec un album live et sur scène avec une dizaine dates en 2018.

Les Marquis sont donc de retour. Caroline, le label qui publie ce live, nous a donc envoyé ce disque. Pendant que les premières notes de Set in motion memories lézardent les enceintes et font vibrer les enceintes, on découvre dans l’enveloppe une feuille pliée en quatre. Pour accompagner la sortie de ce disque, Dominique A a écrit un texte. L’auteur de La Fossette est aussi un grand chroniqueur (la preuve en est avec le chouette recueil de Tomber Sous Le Charme) et a évidemment tout dit sur ce disque.
Recevoir un exemplaire d’un disque à chroniquer avec un texte de Dominique A, c’est comme recevoir une paire de baskets avec Michael Jordan dedans ou avoir Thierry Marx dans sa nouvelle cuisine flambant neuve. On se trouve mal à l’idée de devoir rajouter quelques chose. Le temps d’écrire ses lignes et Conrad veidt vient de donner le coup fatal à nos enceintes.

Marquis de Sade – Final Fog (Brouillard Définitif)

On ne résiste pas au plaisir de ?partager ici le texte de Monsieur A.

« C’est l’histoire d’un geste suspendu. Un geste qui n’attendait pas forcément de résolution, et qui aurait pu rester en l’état, dans un entre-deux. 36 ans après avoir été coupé dans son élan, il a toutefois repris sa trajectoire, sans avoir perdu de sa grâce, ni de sa nécessité. La chose est rare. En musique, on connaît surtout des enchanteurs d’hier qui reviennent nous annoncer que la fête est finie. Il semblerait qu’on en veuille souvent à nos souvenirs. Et ceux qui nous ont jadis nourris, transportés, sont parfois les premiers fossoyeurs de la magie d’antan. Étrangement, je n’ai pas craint une seconde que ce soit le cas avec Marquis de Sade. Je n’ai pas éprouvé le scepticisme habituel à chaque annonce de reformation. Quand j’ai appris qu’ils revenaient aux affaires le temps d’un concert, mon premier réflexe a été le bon : j’ai pris ma place. Pas tant pour faire les yeux doux à ma jeunesse enfuie que pour savoir enfin ce que « ça » faisait de recevoir frontalement ce son là, ces chansons là, en direct. Marquis de Sade a toujours été un groupe intimidant. Il était finalement plus simple de se raccrocher aux émanations de celui-ci après sa dissolution, Marc Seberg dès leur second album ou Octobre : leurs répertoires respectifs étaient moins âpres, plus aimables pourrait-on dire. Mais la trace laissée était indélébile. On en parlait comme de notre Velvet à nous. On regardait d’un autre œil ceux qui nous disaient les avoir vus sur scène. La ferveur était intacte.

Je me souviens d’une chronique de Philippe Manoeuvre parlant de gens qui avaient acheté les disques de Marquis de Sade rien que pour le nom du groupe. On en était là, oui. Absent, le Marquis ? Ce n’est pas ce que nous disaient nos oreilles quand on tombait sur une vidéo du groupe, qu’on entendait un de leurs morceaux ; il était d’une époque, évidemment, mais jamais on ne pensait qu’il fût « daté ». L’intensité n’a pas d’âge. Alors le 16 septembre 2017 à Rennes, on eût finalement moins le sentiment de retrouvailles impromptues ou trop longtemps différées, que d’une évidence : le geste méritait une suite, depuis toujours. Et que ce fût un nouveau départ ou une fin en soi n’importait pas. L’essentiel était que ça se produise, et que l’attente ne soit pas déçue. Tous ceux qui étaient là vous le diront : nous avons ce soir-là été emmenés par Marquis de Sade bien au-delà des attentes. D’abord du fait de la grâce des chansons elles-mêmes, tant celles de Dantzig Twist que celles de Rue de Siam, qui ont conservé leur pertinence et leur tranchant. Tant dans les moments de tension (Henry, Conrad Veidt…), que dans les passages plus atmosphériques (« Silent world », Rue de Siam, une veine qu’on rêverait de voir le groupe creuser, si d’aventure…), la qualité et la modernité de leur écriture frappaient à nouveau les esprits. Le groupe n’a pas été en reste, d’une cohésion étonnante, convoquant comme hier Television, Père Ubu ou les Talking Heads ; les guitares de Franck Darcel avec Tox Géronimi en renfort, la section rythmique d’Eric Morinière et Thierry Alexandre, et le sax de Daniel Pabeuf ont dialogué avec le même à propos, la même absence de complaisance qu’avant. Et puis, bien sûr, il y a Philippe Pascal. A la voix et au magnétisme inaltérés. Dire de lui qu’il est habité serait peu : pour paraphraser Bashung, il est « noir de monde ». Empli de cette humanité sensible jusque dans l’émouvante et sobre dédicace aux amis disparus. Avec cette pudeur que les imbéciles, accoutumés à la démagogie scénique lambda, ont toujours confondu avec de la froideur.

Il m’est arrivé à plusieurs reprises de croiser Philippe, et je ne pouvais à chaque fois m’empêcher de lui demander quand il comptait « revenir ». Il me répondait immanquablement avec une fermeté pleine de courtoisie que la musique réclame qu’on lui accorde toute la place et que pour l’heure, la place était prise. C’est une idée de l’engagement, qui est celle du groupe dans son ensemble. L’enregistrement du concert du Rennes en rend bien compte : on ne joue pas « ça » comme ça, avec cette force et ce soin porté au visuel, projections vidéo et lumières de haute volée à l’appui, sans être pleinement investi, sans que le don soit total. A mille encablures de la dictature contemporaine du « cool », d’un détachement prétendument de bon aloi. En même temps qu’une certaine idée de l’élégance. Cette élégance que Marquis de Sade injecta un jour dans le rock en France, à une époque où celui-ci en était si peu pourvu. Et qu’il réinjecte aujourd’hui encore via son concert, et cet enregistrement live, réactivant un répertoire dont l’éclat a sans doute, avec le recul, galvanisé ses propres créateurs. On se plaira à penser qu’ils en ont été les premiers surpris, voire troublés, et que ce trouble a sa part dans la fraîcheur de la revisitation. Etre dépassé par ce qu’on a écrit, joué : il n’est pas de meilleur ressenti pour un artiste, ni de preuve plus tangible d’une nécessité. »

16-09-2017 de Marquis de Sade sera disponible le 15 décembre 2017.
Marquis de Sade sera en concert au festival Villette Sonique en mai 2018. D’autres dates vont être annoncées.

Marquis de Sade - 16-09-2017

Tracklist : Marquis de Sade - 16-09-2017
  1. Set in motion memories
  2. Henry
  3. Final fog (brouillard définitif)
  4. Air tight cell
  5. Rue de siam
  6. Nacht und nebel
  7. Silent world
  8. Skin disease
  9. Walls
  10. Conrad veidt

Marquis de Sade – 16-09-20175.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Pourquoi il faut aimer Snail Mail

Coincée entre Mogwai et les Midnight Sister, Snail Mail a réussi à retourner l’édition du Villette Sonique à elle toute seule. Car s’il fallait n’en retenir qu’une, c’est elle. Elle n’a pas encore l’âge de s’acheter un paquet de cigarettes dans son pays mais elle vient tout de même de fumer toute la concurrence.
Snail Mail

Snail Mail prend la vague

Elle est devenue la pote de Kim Deal, Angel Olsen l’a invitée à la rejoindre sur scène. Tout va bien pour Lindsey Jordan aka Snail Mail. Matador, son label, vient de publier un clip pour faire monter doucement la pression.
Midnight Sister

Midnight Sister : Shimmy Shimmy Ya !

Le duo californien formé par la chanteuse Juliana Giraffe et par le producteur Ari Balouzian sera de passage à Paris le 29 mai 2018 le temps d’un concert au Cabaret Sauvage (Paris).
Snail Mail - Lush

Vaillante Snail Mail

Elle a tout pour elle. Un joli charisme, des jolies chansons. Avant même de sortir son premier album Lindsey Jordan a toute la presse anglo-saxonne à ses pieds. Et si pour une fois tous les pigistes de Londres avaient raison ?

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.