La vague Limiñanas s’apprête à submerger la France. Avec un nouvel album du tonnerre, le duo infernal formé par Marie et Lionel devrait rafler la mise et faire sauter la banque.


I comme Irradiant. C’est l’effet que fait ce disque. Court et compact, Shadow People se boit comme du petit lait. Le groupe s’y réinvente. On oublie les Standells et les Warlocks et on file vers une Amérique sombre et suffocante.

S comme Suzy : Bertrand Belin sonne et dit la messe le temps d’un Dimanche ensorcelant. Entre Suzy et Vicky, notre cœur balance…

T comme Tournée : Lionel déclarait récemment dans Le Figaro : « Désormais, on peut jouer dans toute la France devant des publics honorables.» Le groupe s’apprête à faire un monumental tour de France pour défendre son disque. La taille des salles a donc considérablement augmenté… Le groupe s’arrêtera notamment le 24 mars 2018 à L’Épicerie Moderne (Feyzin) et le 29 mars 2018 au Trianon (Paris).

A comme Anthologie. On ne remerciera jamais assez Because d’avoir publié Down Underground, anthologie qui compile les premiers albums du groupe, en 2015. Grâce à celle-ci, la presse française a enfin compris qu’elle passait à côté de quelque chose. A l’étranger, le groupe faisait salle comble et boxait en tête d’affiche du Liverpool Psych Fest. En France, les The Limiñanas peinaient à rameuter du monde en dehors de Perpignan.

N comme Anton Newcombe< qui est à la production sur ce disque. Le leader des The Brian Jonestown Massacre a pris les rênes du bolide catalan et a permis au groupe de remonter son plafond de verre. Les The Limiñanas font toujours du The Limiñanas mais en mieux. On croit toujours que la formule est arrivée à sa fin et à chaque disque les catalans se réinventent.

B comme Richard Bellia. Le photographe lyonnais signe la photographie utilisée pour la pochette du disque.

U comme Underground. Down… Underground, c’est fini. Up… Underground, c’est maintenant. Il se pourrait bien que le groupe décroche le jackpot avec ce disque.

L comme Lionel Liminana : Bonjour Lionel !

I comme Ikea. Le clip de Shadow People montre les étagères du salon de Lionel et Marie. Il s’agit donc d’une étagère Kallax de chez IKEA. Pour 99 euros, cette étagère peut être « posée à même le sol, fixée au mur ou mobile en version séparateur de pièce, la série KALLAX s’adapte aussi bien à vos goûts qu’à votre budget ou votre espace. N’hésitez pas à la compléter par des portes, des tiroirs, des accessoires… » dixit le site du dealer suédois.

The Limiñanas – Shadow People (feat. Emmanuelle Seigner)

S comme Son : Vinyle ou CD, peu importe le contenant, le contenu a un son d’enfer.

S comme Shadow People : le sixième album (on tient compte du Traité De Guitarres Triolectiques (À L’usage Des Portugaises Ensablées) enregistré avec Pascal Comelade) nous emmène sur les traces de Lionel et des musiciens qui ont plus ou moins compté pour lui.

L comme Liminana Marie : Bonjour Marie !

E comme Emmanuelle Seigner : Quand elle ne chante pas avec Brett Anderson, Emmanuelle Seigner s’invite chez nos monomaniaques de la pédale fuzz. Elle les a découverts sur le tard… Mais l’ex Ultra Orange a enregistré sa chanson quelques jours après leur rencontre.

E comme Echo & The Bunnymen. Les Liminanas ont enregistré leurs nouvelles chansons avec Andre Wright, une ingénieure son de Liverpool qui a travaillé avec les Pale Fountains et Ian McCulloch. La reprise de la chanson Angels & Devils est la cerise sur le gâteau de l’EP Istanbul is Sleepy. Avec cette superbe reprise, on s’aperçoit que les Bunnymen sont rarement repris. Peu de groupes anglais osent s’aventurer dans leur répertoire… Il en fallait plus pour impressionner les Perpignanais.

P comme Peter Hook. Quand il ne fait pas une tournée des librairies françaises pour promouvoir son autobiographie, excellemment traduite par Suzy Borello des The Wendy Darlings, Hooky squatte le salon de Lionel et Marie. Déjà présent sur Malamore, Hook revient taquiner de la corde sur le morceau le plus bandant du disque. Rien que ça.

Y comme Y’a plus qu’à, Y’a plus qu’à aller acheter ce disque.

En attendant la sortie de Shadow People, on peut toujours se réécouter Istanbul Is Sleepy !

The Limiñanas - Istanbul Is Sleepy

Shadow People des The Limiñanas sera publié le 19 janvier 2016 chez Because Music.

The Limiñanas - Istanbul is Sleepy

Tracklist : The Limiñanas - Shadow People
  1. Ouverture
  2. Le Premier Jour
  3. Istanbul Is Sleepy
  4. Shadow People (feat. Emmanuelle Seigner)
  5. Dimanche (feat. Bertrand Belin)
  6. The Gift (feat. Peter Hook)
  7. Motorizatti Marie
  8. Pink Flamingos
  9. Trois Bancs
  10. De la part des copains

The Limiñanas – Shadow People5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

BB percu_bis

Belin percute !

Après un concert en apesanteur un vendredi 3 juillet sur France Inter et au studio 104 de la maison de la radio avec Dominique A et Thibault Frisoni, Bertrand Belin reprend la route avec une série de concerts exceptionnels avec l’ensemble des Percussions Claviers de Lyon.
The Limiñanas - Calentita (feat. Nuria)

Vidéo : The Limiñanas – Calentita (feat. Nuria)

Vous reprendrez bien une tranche de Calentica ? Pas bon pour votre ligne ? Pourtant ce titre ce dansant des Limiñanas vous fera conserver votre musculature moyenne pour frimer sur la plage et draguer l’âme sœur, chaud comme après une orgie de Pimientos de Padrón.
Bertrand Belin - Nuits bleues

Vidéo : Bertrand Belin – Nuits bleues

Ces Nuits bleues de Bertrand Belin sont peut être les plus bashunguiennes de ce bijou qu’est Persona. Mais Bertrand Belin est unique chez les grands carnivores de la chanson en français.

Initials BB

Sur le cul. Le nouveau disque de Bertrand Belin nous laisse sur le cul. On suit ce type depuis une dizaine d’années et il ne nous a jamais déçus. On l’a lu, filmé, écouté, vu et dévoré. Mais rien ne laisser prévoir une telle mue et un tel scénario. Avec Persona, cet étrange dandy quitte…
BERTRAND BELIN (c) BASTIEN BURGER

Bertrand Belin nous laisse sur le cul

Bertrand Belin continue d’enchaîner les bonnes nouvelles. Avant de se faire entendre dans les salles de cinéma (avec la bande originale du film Ma Vie Avec James Dean), Bertrand Belin nous fait passer les fêtes au chaud avec trois extraits de son prochain album.

Plus dans Chroniques d'albums

The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.