L’heure de vérité de Jim Yamouridis

Jim Yamouridis sera de retour en juin 2018 avec The Other Side. Empruntant les codes du rembetiko, un style de musique grecque issue des migrations des années 20, Jim Yamouridis assombrit magnifiquement l'atmosphère dans laquelle nous avait plongé The True Blue Skies.

On laisse donc la parole à Jim pour présenter l’A.D.N. de son nouvel album :

« Dès le départ, j’ai voulu faire un album qui rétablisse ma foi dans la musique et ma foi dans le monde. C’est un exercice que je devais faire seul et pour lequel j’ai choisi une forme de musique qui me touche depuis toujours : le rembetiko. Celui que je connais est une musique de vérité. Toutes les chansons de l’album obéissent à cette loi. J’ai commencé par écrire la musique, essentiellement modale, sans suite d’accords. J’ai ensuite développé une technique de guitare qui donne le rythme et la mélodie. J’ai utilisé les anciens modes musicaux et les mesures spécifiques pour créer le Son avant le Verbe. Puis les paroles sont venues – et elles sont venues des Ombres, de l’au-delà : The Other Side. Dans cet album, le chanteur est un personnage des Enfers qui ressent le besoin de nous parler. C’est la prémisse de cet album. Je l’ai enregistré dans mon studio : une guitare, un micro et une voix en prise directe – sans traitement du son. Ce que vous entendez est ce moment de vérité brute. C’est ma contribution à la forme du chant Rembetiko. Sans intention de ‘revival’, sans nostalgie. Plutôt un poème moderne issu de poussières ancestrales. Une chair nouvelle couvrant de vieux os. »

Discographie

Le premier est disponible depuis quelques jours.

https://soundcloud.com/microcultures/09-jim-yamouridis-the-river

The Other Side de Jim Yamouridis sera disponible le 28 septembre 2018 chez Microcultures / Differ-Ant.

La pochette est signée Pascal Blua.

Jim Yamouridis - The Other Side

Tracklist : Jim Yamouridis - The Other Side
  1. Mercy
  2. My Love Goodbye
  3. Some Weep
  4. The Angel
  5. The Golden light
  6. The Lake Laments
  7. The Open Road
  8. The Other Night
  9. The River
  10. You'll Go Alone

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Le spleen de From Your Balcony

Nicolas Swierczek et ses From Your Balcony viennent de publier un grand disque. Avec pour allié le temps, cet élément que l’on préfère dérouler à tout-va plutôt que de le laisser travailler, ce groupe lillois laisse libre cours à sa mélancolie et poursuit un idéal pop qu’il arrive à atteindre.
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.

Vibrer avec Mel Bowen !

Mel Bowen donne enfin une suite à son EP Everyday’s A Holiday ! L’ex Mercury 13 revient avec un nouvel EP qui devrait adoucir l’été et nous faire rêver de la Mersey.

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.

Plus dans News

Jeanfelzine-fanfiction

Jean qui rit

De la dérision. Jean Felzine serait-il le fabuliste de son temps à l’instar d’un autre Jean du 17ème ? Avec Fanfiction, sa causticité peint l’absurdité glacée de notre société du paraître et de la futilité.
Crmefrench1-tombird

Sabayon musical

Le duo magique Lucas Roullet-Marchand et Matthias Bouffay se reforme non pas pour un never ending tour autour de Jean Jacques G, mais pour présenter un dimanche sur deux à 10h un podcast revigorant centré sur la crème de la crème french de la scène musicale lyonnaise.
Richarddawson

Dawson freak

Le morne mois de novembre touche à sa fin après le débilitant vendredi noir, bientôt Noël et sa frénésie de bénévolence. Alors pourquoi ne pas se cloîtrer dans une bulle en écoutant The Hermit, la première plage de 41 minutes du nouvel album de Richard Dawson, The Ruby Cord.
Themagiclantern-noonesfault

Non coupable

De l’étreinte musicale. Avec une économie de mots et une douceur infinie, The Magic Lantern éclaire notre nuit sentimentale.