Comment choisit-on d’écouter un disque parmi les centaines qui sortent dans tous les formats chaque mois ? Avec le nouvel album de DaYtona (le précèdent La Parenthèse date déjà de 2011 !), c’est un mot qui nous happe par sa joliesse et intrigue par son anachronisme.

L’allégresse est le titre éblouissant de ce disque, et dès que l’on prononce ce mot, avec ses deux L et ses deux S, on s’envole, on est transporté vers une utopia bienveillante. Le dictionnaire la définit comme une démonstration vive, bruyante et collective de la joie. Et cela correspond bien à la sensation d’écoute de ces onze titres tranchants, acérés, viscéraux. Il y a comme une urgence dans ces chansons aux sonorités qui fleurent bon la fin des années 90 (Dolly, Eiffel même Miossec). Pourtant comme l’écrit Victor Hugo dans La Légende des siècles « dans un écartement de nuages, qui laisse voir au-dessus des mers la céleste allégresse, un point vague et confus apparaît. » On coure après des chimères, les promesses qu’elles soient politiques, amicales ou amoureuses font souvent mal, on « emmerde l’insolence, les verbes qu’on balance, sans gêne, au lieu de se taire » dans cette société égotique où les valeurs humanistes ont disparu, où les injonctions sont plus fortes que la réflexion, « sois belle et consomme ». Mais tout n’est pas perdu, la poésie sauvera le monde, « j’ai toujours préféré l’ombre à la lumière, mais je porte des étoiles en bandoulière. » Le disque se clôt sur un instrumental fiévreux et ample avec la voix d’Anna Karina déclamant Eluard chez Godard, « Il suffit d’avancer pour vivre, d’aller droit devant soi vers tous ceux que l’on aime. » C’est finalement simple, L’allégresse avec DaYtona.

Plus d’infos sur la page facebook de Daytona qui répond à nos cinq questions ici.
L’allégresse de DaYtona est disponible chez Tekini Records / Absilone / Believe.
DaYtona sera en concert le 9 novembre à Moissy-Cramayel (Les 18 Marches), le 23 novembre à Bron (Jack Jack), le 24 novembre à Lys-Lez-Lannoy (Théâtre de l’Eden) et le 7 décembre à Belley (Le réservoir).

DaYtona - L'allégresse

DaYtona - L'allégresse

Tracklist : DaYTona - L'allégresse
  1. Courir
  2. Les promesses
  3. Morceaux de lune
  4. J'emmerde
  5. Malmö
  6. Par erreur
  7. Ma seule héroïne
  8. Sois belle
  9. Des étoiles en bandoulière
  10. Kasserine
  11. ...

DaYtona – L’allégresse4.5
9/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

DaYTona - Malmö

[EXCLU] Vidéo : DaYTona – Malmö

Petite visite de Malmö avec DaYTona façon film d’anticipation puisque l’on ne croise pas grand monde. Mais l’allant vient de cet instrumental plein d’Allégresse qui forcit comme grossit souvent la mer dans le détroit de l’Öresund.
DaYtona

5 questions à … DaYtona

SK* a demandé à une soixantaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de DaYtona dont l’alerte nouvel album, L’allégresse vient de sortir. Celui-ci tient toutes ses promesses et pourraient décrocher des morceaux de…
DaYtona - bandeau

Prometteur DaYTona

Qui n’a pas été trahi par des promesses non tenues ? On avait quitté DaYTona avec des Morceaux de lune, revoilà les lyonnais plein d’Allégresse, superbe titre d’un album à paraître le 12 octobre 2018.
DaYTona - Morceaux de Lune

Vidéo : DaYTona – Morceaux de Lune

Des surimpressions qui impressionnent la rétine, des mots rugueux qui percutent l’âme, des guitares rêches qui lacèrent le cœur, après Pagan PoEtry qui nous invitait à visiter la face noire de la lune, voilà DaYTona qui nous en offre un morceau. DaYTona – Morceaux de Lune
Clip : Daytona – 17 Septembre

clip : Daytona – 17 Septembre

Parenthèse enchantée que cette année 1981 où un président et un ministre ont eu le courage d’aller contre l’opinion publique en faisant voter l’abolition de la peine de mort en France. Le combat continue ailleurs, aux Etats-Unis, en Chine ou en Iran, les 3 pays les plus assassins légalement mais pas sûr que nous retrouvions…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.