Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.


Laura Veirs transforme les mauvaises nouvelles en belles choses. On s’explique. Ce onzième disque est le disque de la rupture. Laura Veirs a quitté son mari (Tucker Martine) et a bouleversé tout son processus d’écriture. De plus, ce disque est le reflet du confinement et de cette année terrible qu’est 2020. On aurait donc pu s’attendre, en toute logique, à un disque sombre et d’une tristesse infinie. Perdu. My Echo est un disque très classique dans la forme et doté d’une étrange lumière. Une excellente occasion pour découvrir l’égal féminin de Damien Jurado.

« Mon esprit conscient faisait tout ce qu’il pouvait pour garder ma famille ensemble, mais mon subconscient travaillait sur les difficultés difficiles de ma vie conjugale. J’ai fait partie d’un Secret Poetry Group qui s’est réuni et a écrit des poèmes chaque mois pendant un an pendant l’écriture de ce disque. Beaucoup de mes poèmes se sont transformés en chansons. Au moment du mixage de l’album l’automne dernier, mon ex-mari et producteur Tucker Martine et moi avions décidé de nous séparer. Nous étions une grande équipe musicale pendant de nombreuses années mais nous avons eu du mal à être compatibles dans notre vie conjugale et familiale et cette lutte se reflète dans cet album. Dans cette collection de chansons, j’imagine m’échapper d’une sorte de prison ou de cage. L’âge avancé, les limites de la domesticité, notre gouvernement oppressif et la menace de l’apocalypse imprègnent ces chansons. Dans ces chansons, mon cœur aspire à la certitude et à la permanence, mais il n’y en a pas. C’est un album sur la désintégration. Cela révèle mon intuition en tant qu’artiste au travail.

Bien que ces chansons aient été écrites avant le confinement, elles sont étrangement pertinentes pour les temps dans lesquels nous nous trouvons actuellement. Vous me trouverez en train de regarder les murs (Turquoise Walls). Vous me trouverez reconnaissante d’être en vie (Memaloose Island). Vous me trouverez en train d’accepter la nature éphémère de la vie (Vapour Trails, All the Things). Vous me trouverez en quête de liberté personnelle tout en me sentant piégé (Freedom Feeling). Vous me trouverez en train d’accepter que parfois la meilleure chose à faire est de rester immobile et de ne rien faire du tout (Another Space and Time). »

My Echo de Laura Veirs est disponible chez Bella Union / Pias.

Laura Veirs – Another Space and Time

When I thought that I might lose you
Oh I trembled like a leaf
Tattered by the wind
And torn by the September storm
I tossed and turned and threw
The blankets off, oh I could not sleep
Thinking you were keeping
Someone else’s pillow warm

Oh and the hours dragged by
And I heard that whistle call
I didn’t know what to do
I just stared at the turquoise walls

The warmth the beauty of your eyes
It crushes me to think
That you could give that love
To someone else
Dr. Jekyll Mr. Hyde
Oh I felt so crazy inside
Brewing on the bed
The worst version of myself

Oh and the hours dragged by
And I heard that whistle call
I didn’t know what to do
I just stared at the turquoise walls

I texted you some cryptic shit
And was soon consumed with regret
The horse on the Lurie
Painting came alive
And it told me to stop worrying:
“Girl, girl don’t lose your head
Have you considered that
Maybe his phone just died?”

Oh and the hours dragged by
And I heard that distant call
I didn’t know what to do
I just stared at the turquoise walls…

Laura Veirs - My Echo

Laura Veir - My Echo

Tracklist : Laura Veirs - My Echo
  1. Freedom Feeling
  2. Another Space And Time
  3. Turquoise Walls
  4. Memaloose Island
  5. End Times
  6. Burn Too Bright
  7. Brick Layer
  8. All The Things
  9. I Sing To The Tall Man
  10. Vapor Trails

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Laura Veirs

Vidéo : Laura Veirs – Turquoise Walls

Vous ne connaissez pas Laura Veirs ? Elle sort pourtant son onzième album (!), My Echo le 23 octobre chez Bella Union / Pias avec la participation de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau, Matt Ward et d’autres.
Laura Veirs - The Lokout

Laura Veirs – The Lookout

Un peu plus et on passait à coté du nouveau Laura Veirs. Heureusement que François Gorin a fait le boulot chez qui on sait pour nous rappeler d’écouter The Lookout !
Karl Blau - Introducing Karl Blau

Karl Blau – Introducing Karl Blau

Mais comment le label Bella Union a-t-il dégoté ce cabot de Karl Blau ? Parce que dans le genre O.V.N.I, ce type est un modèle du genre !
Karl Blau © Jason Quigley

Le beau cas de Karl Blau

Qu’il est cabot ce Karl Blau ! Il possède une discographie large comme les bords d’un chapeau de Texan moyen et il n’a pas osé franchir l’Atlantique. Le label anglais Bella Union se charge de prendre en charge le billet d’avion de Blau et va importer son nouveau disque, le bien nommé Introducing Karl Blau.

Plus dans Chroniques d'albums

The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.
Maxwell Farrington & Le SuperHomard - Once

Maxwell Farrington & Le SuperHomard – Once

Ceci sera une chronique basique d’un disque né grâce à une rencontre autour d’une reprise a cappella de Burt Bacharach et qui doit autant à Scott Walker qu’à Lee Hazelwood.
Belfour - Si la rivière coule

Belfour – Si la rivière coule

Belfour, duo composé des magnétiques Lucie Mena et Michael Sacchetti, prend des chemins de traverse pour atteindre des cimes des arbres centenaires du Colorado.
Dinosaur Jr - Sweep

Dinosaur Jr. – Sweep It Into Space

Né avant la chute du Mur de Berlin, Dinosaur Jr. n’est pas touché par les années qui passent. Et ce n’est pas une pandémie qui va calmer les velléités sonores de ce trio américain… Enregistré en partie en 2020, ce douzième album fait des merveilles et nous propulse dans le monde d’avant tout en espérant…
The Coral - Coral Island

The Coral – Coral Island

Nés dans le sillage des effluves de la Brit pop, les Coral ont cassé la baraque en 2002 avec le premier disque et Dreaming Of You, leur unique tube. Depuis ? Une dizaine d’albums, confinés à un succès anglo-saxon, tous excellents. Maintes fois dépassés dans les classements par la jeune garde, les Coral n’ont jamais…
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.