Pearl Jam – Live on Ten Legs

Pearl Jam – Live on Ten Legs
Louis 17/01/2011

2011. Pearl Jam sort un nouveau live. La belle affaire…

Pearl Jam - Live on Ten Legs

C’est vrai qu’on ne les attendait peut être pas en 2011 ceux là. Gentiment à coté de la plaque, Pearl Jam avait déboulé sans crier gare au début des années 90 avec des albums un peu surchargés avant de balancer deux disques costauds, les bien nommés Vitalogy et No Code.

Pearl Jam

Et puis la routine s’est installée. Non pas qu’ils soient devenus mauvais. Mais on achète un album de Pearl Jam presque machinalement. Malgré quelques bonnes surprises, l’ennui s’est quelque peu emparé de ce groupe. Pour preuve leur dernière livraison. Pas franchement excitante, on a vite viré le disque et remis Vitalogy. Des réactionnaires on vous dit. Faut dire que Vedder a eu la mauvaise idée de rester en vie et de ne pas rejoindre Staley et Cobain. Et quand on scrute leurs amis, que les médias de l’époque avaient mis dans le même sac, on se dit qu’ils sont relativement talentueux… Soundgarden and co ont carrément tourné au vinaigre.

Donc des morceaux tirés des tournées qui ont eu lieu entre 2003 et 2010. Parce qu’ils tournent les pépères. Et ils n’ont pas attendu la crise du disque. Des réactionnaires ont vous dit.

On débute les hostilités avec Arms Aloft. Pas la meilleure reprise du groupe. Enfin bon. Comme les gaziers enchaînent sur Word Wide Suicide, peut être le dernier single bien burné des types aux cheveux gras, on pardonne l’erreur de casting.
Évidemment, on ne coupe pas aux traditionnels morceaux de la sacrosainte trilogie que constitue les premières livraisons du groupe. Jeremy, en mode sniper. Qui déboule. Évidemment, l’un des intérêts des concerts de Pearl Jam, c’est d’entendre ce morceau débarrassé de son horrible production. Si Vedder n’envoie plus le refrain comme autrefois, on se retrouve face un hymne nineties bien vivant. Animal, Alive, Spin The Black Circle sont aussi de la partie. Comme d’habitude….

Les meilleurs moments de cet énième live du groupe ne sont pas les grosses cylindrées. Got Some, échappée belle d’Ament sur Backspacer et son héritière Nothing As It Seems offrent une vraie valeur à ce disque. Dehors les grosses cylindrées. Place au très discret bassiste.
Les Pearl Jam ont mis le paquet sur les morceaux de Backspacer. Ce dernier s’était bu comme un cru déclassé. Ces nouvelles versions replacent ces compositions à leur juste valeur.
La conclusion, Yellow Ledbetter, trop prévisible, lasse. Malgré quelques erreurs de casting, les Pearl Jam mettent une branlée à pas mal de monde en ce qui concerne les prestations scéniques. Pourtant ce n’était pas gagné. En effet,  ils ont un handicap de première catégorie: les goûts vestimentaires de Stone Gossard…

Il en faut pour tous les goûts… Reste à savoir qui va acheter ce disque ? La horde de fans qui collecte religieusement le moindre live du groupe. Sûrement.Une place de moins dans le grenier. Un aller retour chez Ikea. Après ? Qui ? Peut être quelques réactionnaires…

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses
  1. Je rebondis sur ton « évidemment, l’un des intérêts des concerts de Pearl Jam, c’est d’entendre ce morceau débarrassé de son horrible production. ». As-tu jeté une oreille à la version redux de Ten sortie en 2009 ? Te la conseille, l’album est nettoyé de cette horrible production ― horrible, oui, suis d’accord avec toi ― et l’on peut enfin l’apprécier.

    Pour ce qui est de leurs enregistrements live, je les ai toujours trouvé vides et secs ― pourtant j’en achète plein. Les disquaires d’occase débordent de ces bootlegs qui sortent depuis 2000, au prix où on les trouve, on les engrange presque par réflexe ―, pour moi ils ne restituent en rien ce qu’on voit en vrai. Je sais pas pourquoi. Impression générale. Qui ne m’empêchera pas de choper celui-là à sa sortie, comme j’ai chopé les autres. On ne se refait pas :)

  2. Dans l’ère ou Justin Bieber, Lady Gaga et tous ces autres artistes sans talent font des ravages, je pense qu’on ne peut pas passer à côté d’un album (que ce soit live ou non) de Pearl Jam. J’étais à la porte barrée d’un HMV ce matin, attendant impatiemment qu’on ouvre les porte pour être le premier à me procurer le coffret de Live on Ten legs. Je viens de terminer la 1ere écoute, et comme toujours, Pearl jam livre la marchandise.
    Je vous invite tous à aller voir ce groupe mythique en concert pour comprendre et apprécier le talent et la puissance de Pearl Jam.
    Un album live vous ramène et vous rappelle les spectacles mémorables de Pearl Jam, leurs  »Jam » justement en concert. Des musiciens pleins de talents (du vrai).
    Procurez-vous cet album et vous serez grandement satisfait….

  3. J’ai juste lu le début de votre cronique et vraiment g pas pu finir « gentillement a coté de la plaque » , mais d’ou tu sors mec ? Pearl Jam a coté de la plaque ? L’un des plus grand groupe de l’histoire du rock , l’un des groupe les plus populaire au monde , on compte plus leur fans , c un phénoméne ! Pearl Jam c’est plus qu’un groupe c’est une religion ! vraiment faut que tu te fasse un lavage d’oreilles , je sais pas comment on peu publier des choses pareil sur le net ! trop decu !

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

Life - A Picture Of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…