A*Song – You’re not there

chronique : A*Song – You’re not there Troisième album pour cinq lads Parisiano-lyonnais qui auraient sans doute aimé naître à Liverpool sur les bords de la Mersey, même s'il ont déjà joué au Cavern Club.

A*Song

« A*Song n’est pas un winner, ne veut pas devenir maître du monde, gagner des millions ni être célèbre mais simplement partager de la musique avec des gens qui l’écoute. C’est peut être en cela et cela seulement que A*Song est anachronique. » affirme le dossier de presse.

Cette philosophie a conduit le groupe à écumer les bars, les salles de concerts, les premières parties pour peaufiner riffs, mélodies et harmonies. Difficile alors de saisir sur disque l’énergie déployée par Tibo et sa bande mais ce You’re not there est malgré tout une bonne suprise pop, où le sucre fait souvent place au gingembre le plus amer. Le disque s’ouvre et se ferme sur un morceau élégiaque en deux parties, avec un clavier de cathédrale, qui donne son titre à l’album. Tout de suite derrière surgit You’ve got the money, hymne imparable et orgasmique sur scène mais qui retrouve ici cette chaleur, cette fièvre et cette voix sur le fil, au bord de la rupture à la manière d’un Macca sur I’ve got a feeling ou de Wild life sur le premier Wings. La pop de A*Song est ciselée, raffinée, pleine de détails comme sur la nature morte de leur pochette empruntée à un peintre flamand du 16ème siècle. L’Hammond alterne avec le Fender Rhodes, la guitare électrique se fait plus acérée sur Getting Tired, les sonorités plus eighties sur What you say. La voix de Tibo est tantot onctueuse tel un crooner, tantot rugueuse et soul mais sous ce vernis pop sucré et joyeux se cachent des idées noires, désabusées, l’amour, la déception, la solitude, le manque. Hi! There Dear John, pourrait s’entendre au font d’un pub à la fermeture, le piano se plaint et s’éteint, on est seul après sa énième et dernière pinte avec cet instrumental déchirant. La fin du disque est plus nerveuse avec Bitches, One more buttons où la guitare prend le dessus ou avec un Blue Cherry moon sautillant.

A*Song sera en concert gratuit le 18 février au Transbordeur de Lyon dans le cadre de la soirée Pop Superheroes ! avec Mr Day et The Invaders, le 16 avril au Clacson avec les Hushpuppies et en concert acoustique dans l’IDTGV Lyon Paris les 18 et 20 février.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
2 réponses sur « A*Song – You’re not there »

Superbe artwork ! J’adore précisément ce type de tableaux ;-)

Mais dis, Guimauve, c’est pas parce que l’influence est XVI° siècle, que ta chronique doit obligatoirement valoir 16/20 !!! Bah oui, 2 fautes à ton actif : sur le peintre flamand justement, et la guitare acérée… ;-)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Trumpets of Consciousness

Sonnez Trumpets !

On souhaite que les trompettes de la renommée sonnent pour Trumpets of Consciousness et son premier album chatoyant.
Echo Orange Festival

Le Clacson passe à l’Orange !

Un festival pour 30 euros avec une programmation pop de qualité et un accueil chaleureux, c’est possible, c’est au Clacson à Oullins du 14 au 16 avril.
Agenda concert avril 2011 - Lyon

C’est le printemps à Lyon !

En avril il faut se découvrir, goûter au soleil enivrant et aux terrasses bienveillantes mais aussi découvrir tous les chouettes concerts qui fleurissent dans les petites salles lyonnaises. Sélection subjective et donc forcément rigoureuse et indispensable…
L'Epicerie Moderne (Lyon)

Lyon n’est pas mort

Bien sûr, Lyon possède de formidables petites structures qui font bouger chaque semaine la ville comme le Sonic, le Trokson, le Clacson, La Boulangerie du Prado, le kraspek myzik, le Toi Toi le Zinc ou encore le Grrrnd Zero souvent réservées aux pointillistes pointilleux de la musique ou aux aventuriers des sons perdus. A l’autre […]

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.