Programmation Nuits de Fourvière 2011
C’est l’été depuis longtemps à Lyon selon le thermomètre et l’on attend avec impatience les douces nuits câlines de Fourvière pour participer dans une torpeur toute romaine à une orgie de mélopées éclectiques et de coussins volants.

Qui égalera cette année en intensité le retour sur scène de Blur en 2009 ou l’explosive nuit Brooklyn en 2010 dans le théâtre antique et magique posé sur la colline qui prie Bacchus et Apollon ? Petite revue partiale de la cohorte d’artistes qui fera se métamorphoser les vieilles pierres en lectus orgiaque aux Nuits de Fourvière 2011.

Au menu de ces agapes musicales, un vinum mulsum avec Agnès Obel (le 27 juin),de retour après son annulation à l’Epicerie Moderne en début d’année, un pâté de hure de sanglier avec l’hommage à Nougaro (le 1er juillet) comprenant les popeux lyriques italiens de Musica Nuda, Maurane, le batteur français André Ceccarelli et le chanteur belge David Lynx, du Canada Dry anachronique avec une soirée hommage le 10 juillet à Tom Waits (que l’on attend toujours à Lyon) où sous la spatule de David Coulter, l’album Rain Dogs sera revisité par Arthur H, The Tiger Lillies, Camille O’Sullivan, Stef Kamil Carlens, Erika Stucky ou encore St Vincent.

Un peu plus âpre, accompagné de garum (sauce à base de viscères de poisson, voire d’huitres, ayant fermenté longtemps dans une forte quantité de sel), les Arctic Monkeys viendront exsuder leur pop flamboyante ou niaise (rayer la mention inutile) avec les antilopes psychédéliques australiennes de Tame Impala le 11 juillet. Jack Johnson et Charles Pasi (le 13 juillet) feront glisser l’indigeste pain de Farro alias Catherine Ringer heureusement supportée par Bumcello le 14 juillet. La baleine Cocoon proposera une nouvelle fois un assortiment de fruits confits avec le plus argentin des suédois, José González aka Junip le 15 juillet pendant que le 18 juillet sera proposé un menu rafiné avec en entrée le surdoué Conor J. O’Brien venu de son Villagers, en plat Rosemary et ses babies de Moriarty et en dessert, la pêche melba d’émotions Beirut de retour en grâce. Par la suite, les convives risquent une indigestion de mets lourds (Zazie le 20 juin, Texas le 19 juillet, Bryan Ferry & Keren Ann le 25 juillet, le vieux Lou Reed de mer le 26 juillet, Paolo Conte le 17 juillet, Erykah Badu le 29 juillet) ou carrément avariés avec la mode des artistes servis avec un orchestre Sym-pho-nique (Calogéro le 20 juillet, Sting le 21 juillet.

On pourra peut être si l’on est pas encore repu se laisser tenter par quelques cerises sur le kouglof avec le 22 juillet l’inoffensive Yael Naim, les publicitaires Angus & Julia Stone et l’elfette lituanienne Alina Orlova ou encore le 23 juillet par les gentils scouts de Two Door Cinema Club, par les grandes oreilles d’un King Charles et les mâchoires désormais béantes de The Do.

La programmation complète des Nuits de Fourvière à retrouver sur le site officiel

Date : du 7 juin au 30 juillet 2011
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article
1 réponse sur « Nuits romaines à Fourvière »

Entre les concerts complets en moins de 2 (AaROn et Agnès Obel, par exemple) et mes vacances en juillet, je ne vais quasiment pas y aller cette année, ce sera bien la première fois depuis longtemps…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Interpol @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

photos : Interpol et Idles @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

L’orage sur Fourvière a galvanisé les déjà très remuants Idles jusqu’à improviser Thunderstruck d’AC/DC. Mais une fois les grondements du tonnerre et les vociférations brutalisantes de Joe Talbot passés, ce sont les classieux Interpol en maraude qui ont interpellé le public des nuits de Fourvière enfin apaisées.
Affiche Nuits de Fourviere 2019

Nuits roses à Fourvière

« 60 jours, 5 créations, 8 coproductions, 9 premières françaises. Ainsi s’annonce l’édition 2019 des Nuits de Fourvière, avec 53 spectacles de théâtre, danse, musique, opéra, cirque et 131 représentations du 1er juin au 30 juillet. » Voilà pour la première phrase du communiqué de presse de ce 12 mars pour présenter cette nouvelle édition de ce…

Plus dans News

Tindersticks-Press-Photo-2021-1280x720-1

Can’t stop the Tindersticks

Se réinventer. Comment ne pas se répéter quand on a une discographie impeccable. En balançant un titre de 11 minutes totalement addictif à écouter lors de vos siestes crapuleuses ou lové à l’arrière des taxis.
Spain

Love in Spain

Josh croit encore en l’amour, il en faut. Love in vain, in pain, in Spain. Ce nouveau titre est dédié à la mémoire de ses grands parents George et Trudy David.
Lachinos - America Lachina

Les Lachinos se lâchent !

On pourrait croire que les Lachinos rendent hommage à notre grognon national, notre Jean Pierre, notre ami Bacri avec ces deux titres enlevés, Fêtes de Mes Morts et Cáncer del Colon lui qui avait le sens de la fête et que le crabe nous a ravi.
Nino

Oh Nino !

Nino nous manque car on partage son blues des rues désertes et ses questions existentielles.
Piers ©Julien Mignot

S’en sortir

La beauté a un nom est c’est Piers Faccini. Fall or to be reborn nous questionne t-il. On cherche tous un peu cette porte de sortie pour éviter la routine, les emmerdes, les échecs.
Crimi - Julien Lesuisse Marion Bornaz

La chaleur Crimi !

On aurait dû voir Julien Lesuisse avec son nouveau projet Crimi à Jazz à Vienne ou aux Trans Musicales de Rennes. On attend donc en mars sur le label Airfono un premier album Luci e guai avec ses acolytes Cyril Moulas (guitare), Brice Berrerd (basse) et Bruno Duval (batterie).
Didier Super - Rire Une Dernière Fois Avant La Fin Du Monde

Didier vous souhaite une bonne année

On devait passer un Super moment avec Didier au théâtre Comédie Odéon à Lyon car il est bien plus marrant que tous ces comiques de merde et puis la peste cholérique s’est abattue sur la France sans chars et ligne Maginot.