Catégories
Chroniques d'albums

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.

Attention. Disque raté. Totalement raté même. Le trio australien, mené par Tommy O’Dell, a recruté Stuart Price (Madonna, Dua Lipa, The Killers, New Order, Kylie Minogue et des dizaines d’autres) pour enregistrer le successeur de For Now, leur précédent album.

On aurait pu penser que Stuart Price, qui est loin d’être un manchot, aurait apporté du vent dans les voiles de la musique des DMA’S. Cette dernière ne demande qu’à monter en puissance et a une capacité assez folle à faire danser. Le résultat est consternant : les chansons de The Glow sont inaudibles et ne pourraient pas satisfaire le public de la foire permanente de Blackpool ou les piliers de bar de Manchester. Les DMA’S ont beau avoir des casquettes Lacoste et des joggings de collégiens, plus personne ne croit en leur discours.

DMA’S – Strangers

Il faut donc trouver une solution de secours à cet enfer musical. On recommandera donc à tous les déçus de filer écouter les deux premiers disques de Cast. En 1995, John Power laissait Lee Mavers à ses délires opiacés et filer doucement vers le succès avec All Change et Mother Nature Calls. Chant clair, basse scintillante et mélodies à tomber à la renverse, les Cast avaient tout bon. Détestés par la presse française, la greffe ne prit jamais sous nos latitudes. Ces deux premiers disques sont donc disponibles pour quelques centimes dans toute bonne solderie qui se respecte. Si vous êtes au firmament de la fortune, investissez dans les premiers albums des Killers. Avec une pièce de deux euros, vous aurez peut-être Hot Fuss et Day & Age. Quatre disques à un prix dérisoire pour éviter ce disque totalement loupé.

The Glow des DMA’S est disponible chez Infectious Music.
DMA'S - The Glow

Tracklist : DMA'S - The Glow
  1. Never Before
  2. The Glow
  3. Silver
  4. Life Is A Game Of Changing
  5. Criminals
  6. Strangers
  7. Learning Alive
  8. Hello Girlfriend
  9. Appointment
  10. Round & Round
  11. Cobracaine

DMA’S – The Glow0.5
1/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
3 réponses sur « DMA’S – The Glow »

Avec ce type de raisonnement, on peut étudier le classement des disques de Jul…

Je ne sais pas si on peut dire que le disque est raté mais pour ceux qui comme moi voyait en eux une sorte de renouveau de la britpop après Hill’s End, c’est un peu une déception.
Bon, ils ont pris une autre voix et tant mieux pour eux si ça marche mais moi j’ai pas accroché à cet album.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

DMA'S

Les DMA’S n’ont pas les boules

Nos lads préférés revissent leurs casquettes Lacoste, crachent par terre et font de nouveau leur baluchon pour une nouvelle tournée européenne. Et bonne nouvelle pour nous : ils ont appris leur géographie et arrivent en France pour une seule date.
DMA'S

DMA’S, Chevaliers des Arts et Delete

Ils ont le physique des supporters de Manchester City et portent la casquette Ellesse comme personne. Il s’agit des DMA’S, des drôles d’australiens qui se croient en 1995 en pleine Oasismania. Et le pire dans tout cela ? Le résultat est bluffant.
DMA'S - Hill’s End

L’ADN des DMA’S

Les Australiens de DMA’S (qui ressemblent plus à des lads de Manchester) sortiront leur premier album au mois de février 2016. Jouant de la guitare comme Lee Mavers et portant la casquette comme personne, Johnny Took a fait plier l’Angleterre cet été lors d’une tournée à guichets fermés. Le reste de l’Europe devrait tomber dans…
DMA'S - DMA'S EP

DMA’S – DMA’S EP

Mais qu’est-ce que c’est que ce foutoir ? Après les Drums qui se sont appropriés le temps de quelques chansons l’âme de la pop écossaise des années 80, voilà que trois australiens boutonneux récupèrent l’intégralité de l’héritage de la Brit Pop sans passer chez le notaire avec un EP de cinq chansons.

Plus dans Chroniques d'albums

Jason Molina - Eight Gates

Jason Molina – Eight Gates

Secretly Canadian publie à titre posthume les ultimes enregistrements de Jason Molina. Les chansons d’Eight Gates ont été enregistrées en 2013, quelques mois avant la mort de son auteur. Sur ces neuf pistes, Molina oublie les guitares de Magnolia Electric et se projette dans les nuits sombres de The Lioness.

The Bathers – Kelvingrove Baby

Tout le monde se pâme sur la réédition en vinyle des disques de Lloyd Cole & The Commotions (Lloyd Cole & The Commotions – Collected Recordings 1983-1989 chez Tapete Records)… Et tout le monde oublie la réédition en cd et vinyle de la trilogie des disques des Bathers chez Marina Records, l’autre label teuton qui…

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.