Catégories
Chroniques d'albums

Lee Southall – Iron In The Fire

Dernier des membres de The Coral à se lancer en solo, Lee Southall publie un disque d’excellente tenue qui doit autant à Ryan Adams qu’à Bert Jansch. Et cerise sur le gâteau : la voix de notre héros d’aujourd’hui est exceptionnelle.

Mais qui est au final Lee Southall ? Caché derrière le duo formé par James Skelly et Nick Power, tapis dans l’ombre des arrangements de Ryder Jones, on pouvait légitimement se poser la question. Lee Southall s’est révélé sur Butterfly House, son dernier album avec ses amis d’enfance. En 2010, les Coral durent faire sans Bill Ryder-Jones qui venait de claquer définitivement la porte et trouvèrent un nouveau producteur en la personne de John Leckie. Grâce à ce disque et grâce aux concerts de la tournée, on découvrit enfin le plus discret des Coral (déjà que les autres sont discrets, c’est vous dire…) ! Southall faisait le boulot de deux guitaristes avec une facilité déconcertante et enchantait son monde avec les solos de Green Is The Colour ou Falling All Around You. Ce fut malheureusement le chant du cygne de ce chic type.

lee Southall – Teaser

On le retrouve donc sept ans plus tard avec ce premier album solo sobrement intitulé Iron In The Fire. Il confirme son statut d’excellent guitariste. Les cordes et les arrangements sont somptueux (Blue Skies, Yesterday Morning). On découvre médusé, le joli brin de voix de ce silencieux garçon. Il nous avait retourné comme des muffins avec le premier extrait de ce disque (Shade of Blue)… Attendez-vous à un petit choc avec Spread Your Wings et Sleep.

Lee Southall - Shade of Blue

Hébergé chez Wonderfulsound aux cotés de Nev Cottee (ex Proud Mary), Lee Southall ne nous ment pas sur la marchandise : c’est bien du Wonderful Sound qui ravira les fans des Jayhawks et d’une certaine vision de l’Amérique.

Retrouvez les articles relatifs à Lee Southall :
Lee Southall, Le Nord ou Rien !

Iron In The Fire de Lee Southall sera disponible le 21 avril via le label Wonderfulsound.

Lee Southall - Iron in the fire

Tracklist : Lee Southall - Iron In The Fire
  1. Iron In The Fire
  2. Misty Mae
  3. Shade Of Blue
  4. Sleep
  5. Under The Weather
  6. Blue Skies
  7. Nobody Wins
  8. Spread Your Wings
  9. Yesterday Morning
  10. Above The Storm
  11. In Accordance

Lee Southall – Iron In The Fire
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.
Nev Cottee

Hello Nev Cottee !

Le très séduisant Nev Cottee est déjà de retour. Et ça, c’est une superbe nouvelle.
Nev Cottee

Nev Cottee, le gars d’à côté

Hébergé chez Wonderful Sound, l’ex bassiste de Proud Mary revient aux affaires avec Broken Flowers, un album qui se situe à la confluence de Leonard Cohen et de Lee Hazelwood.

Lee Southall, le Nord ou rien !

Au cours des années 2000, les Coral réussirent plusieurs exploits. Le premier fut de sortir un petit chef-d’œuvre, Roots & Echoes en 2007. Le deuxième fut d’enchaîner les succès (donc les disques) à une vitesse prodigieuse. De 2002 à 2005, le groupe de Liverpool publia quatre albums qui arrivèrent dans le top 10 anglais. Et…

Plus dans Chroniques d'albums

The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.
Maxwell Farrington & Le SuperHomard - Once

Maxwell Farrington & Le SuperHomard – Once

Ceci sera une chronique basique d’un disque né grâce à une rencontre autour d’une reprise a cappella de Burt Bacharach et qui doit autant à Scott Walker qu’à Lee Hazelwood.
Belfour - Si la rivière coule

Belfour – Si la rivière coule

Belfour, duo composé des magnétiques Lucie Mena et Michael Sacchetti, prend des chemins de traverse pour atteindre des cimes des arbres centenaires du Colorado.
Dinosaur Jr - Sweep

Dinosaur Jr. – Sweep It Into Space

Né avant la chute du Mur de Berlin, Dinosaur Jr. n’est pas touché par les années qui passent. Et ce n’est pas une pandémie qui va calmer les velléités sonores de ce trio américain… Enregistré en partie en 2020, ce douzième album fait des merveilles et nous propulse dans le monde d’avant tout en espérant…
The Coral - Coral Island

The Coral – Coral Island

Nés dans le sillage des effluves de la Brit pop, les Coral ont cassé la baraque en 2002 avec le premier disque et Dreaming Of You, leur unique tube. Depuis ? Une dizaine d’albums, confinés à un succès anglo-saxon, tous excellents. Maintes fois dépassés dans les classements par la jeune garde, les Coral n’ont jamais…
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.