Catégories
Chroniques d'albums

Paul Weller ‎– True Meanings

C’est bien connu, c’est dans dans les vieux Paul qu’on fait la meilleure confiture. Après un retour en fanfare de McCartney, le Modfather revient rappeler qui est le patron avec True Meanings, un album aussi riche que fin.

Pour une surprise, c’est en une. Et une belle. Après nous avoir fichu les plus belles raclées qui sont allées crescendo de 2002 (Illumination) à 2010 (Wake Up The Nation), Paul Weller est tombé en panne sèche. Depuis quelque années, Weller enchaînait les disques poussifs et fort peu inspirés. C’est bien simple, on ne se rappelle même plus de leurs noms. Saturn Pattern vous dîtes ? Ça patinait sec.
La sortie de True Meanings un an après A Kind Revolution (qui portait fichtrement mal son nom) n’est pas vraiment une surprise. On connait l’animal… Il est hyper-actif depuis les Jam. C’est l’écoute de ce disque qui est une vraie surprise.
C’est bien simple, on ne l’a jamais entendu sonner ainsi. La raison est à chercher du côté des invités de ce disque. On retrouve évidemment les éternels Steve Craddock (Ocean Colour Scene), Noel Gallagher et Barrie Cadogan (Little Barrie). On découvre surtout l’apport d’Erland Cooper et de Connor O’Brien (Villagers). Braconnant sur les terres du Loner et chassant l’électricité pour enregistrer des chansons aussi intimes que belles, Weller est définitivement de retour.

Paul Weller - True Meanings

True Meaning de Paul Weller est disponible chez Parlophone/Warner.

Paul Weller ‎– True Meanings

Tracklist : Paul Weller - True Meaning
  1. The Soul Searchers
  2. Glide
  3. Mayfly
  4. Gravity
  5. Old Castles
  6. What Would He Say?
  7. Aspects
  8. Bowie
  9. Wishing Well
  10. Come Along
  11. Books
  12. Movin On
  13. May Love Travel With You
  14. White Horses

Paul Weller ‎– True Meanings4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Le SuperHomard : qui s’y Crofts s’y pique

Confiné dans son aquarium, Le SuperHomard enregistre des morceaux. Quand il ne fait pas des reprises avec des australiens, il joue avec des anglais. Et c’est Andy Crofts (The Moons, Paul Weller) qui a décidé de jouer avec lui.

Paul Weller par Nicolas Sauvage

Passionnant depuis 1977, Paul Weller est toujours présent et ne compte pas prendre sa retraite comme le reste de la promo de la même année. En attendant le prochain disque de l’ex Jam, on peut lire la biographie que lui consacre Nicolas Sauvage. Ouvrage imposant et passionnant, Life From a Window, Paul Weller et L’Angleterre…
Paul Weller

Paul Weller patine

Paul Weller Le Modfather annonce son nouveau disque comme un de ses meilleurs. Il faut dire qu’il n’aura aucun mal à dépasser le dernier en date (Sonik Kicks) qui fait dans le gras et le peu digeste. Mais la barre est haute à franchir car depuis 2005, Weller n’a eu de cesse de sortir de…
Paul Weller – Around The Lake

Paul Weller – Around The Lake

Son abrasif, voix tranchante et urgence hurlante, le Vieux sort un nouvel album en 2012 et claque sur le comptoir un single agressif.

Musilac 2010, la cure musicale continue

Zak Laughed @ Musilac 2010 (© Yannick Perrin) Seconde journée à Musilac sur les bord du lac du Bourget cher à Lamartine. Après la canicule de la veille obligeant la brigade nautique des pompiers à vaporiser de l’eau salvatrice sur le public chauffé à blanc, la journée du samedi fut plus clémente côté météo mais…
Paul Weller - Wake up the nation

Paul Weller – Wake up the nation

Le Modfather est de retour dans les bacs. Avec un nouvel album. Il est utile de le préciser puisque le bougre (ou plutôt sa maison de disque) avait l’habitude depuis quelques mois de balancer compilations et lives quelque peu discutables.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…