On attendait le nouveau disque d’Andrew Bird comme on attend le printemps. On sait qu’il va arriver et on s’en réjouit d’avance. On avait oubliait le dérèglement climatique actuel… Andrew Bird sort, et c’est annoncé sur la pochette de l’album, son meilleur album. Et le meilleur disque de l’année.

En 2005, Andrew Bird frappait un grand cou avec The Mysterious Production Of Eggs, un album qui fit se tomber en pâmoison la presse et le public. Avec une facilité déconcertante, Bird avait écrit les plus belles chansons du monde et les chantait et les sifflait à merveille. Mais comme personne n’est parfait, on peut avoir oublié de prendre des nouvelles de cet américain depuis quelques années. Car l’affaire ne s’est pas arrêtée en 2005. Bird n’a eu de cesse de publier des disques élégants dont le nombre donne aujourd’hui le tournis. En 2002, ce fut Armchair Apocrypha, en 2012 Break It Yourself
Notre oiseau revient avec le printemps et surtout avec un disque totalement dingue. Enregistré par Paul Butler (Michael Kiwanuka, Devendra Banhart…), à Los Angeles, My Finest Work Yet est un disque résolument pop qui fait un bien fou quand la journée s’annonce ensoleillée… ou pluvieuse. L’écoute de ce disque, que ce soit la première ou la centième (car oui, écouter une chanson comme Sisyphus, c’est se condamner à l’écouter cent fois dans la journée), nous met dans la même posture que Marat dans son bain après la visite de courtoisie de Charlotte Corday. Ce disque nous tue par sa beauté.

Andrew Bird – Sisyphus

Toujours aussi surréaliste dans ses paroles et commentant la marche du monde, qui est elle aussi surréaliste, Andrew Bird vient de mettre tout le monde d’accord. Le grand disque de l’année, c’est le sien.

My finest Work Yet d’Andrew Bird sera disponible le 22 mars 2019 chez EMI Records.

Andrew Bird sera en concert les :

  • 14 juin 2019 au Trianon (Paris)
  • 21/22/23 juin 2019 au festival Minuit Avant La Nuit (Amiens)

Andrew Bird - My Finest Work Yet

Andrew Bird - My Finest Work Yet

Tracklist : Andrew Bird - My Finest Work Yet
  1. Sisyphus
  2. Bloodless
  3. Olympians
  4. Cracking Codes
  5. Fallorun
  6. Archipelago
  7. Proxy War
  8. Manifest
  9. Don The Struggle
  10. Bellevue Bridge Club

Andrew Bird – My Finest Work Yet5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »

[MALN 2019] Merveilleux Andrew Bird

Revenu avec My finest Work Yet l’un des albums de l’année, Andrew Bird a fait des merveilles pour le premier soir de Minuit Avant La Nuit.

[MALN 2019] Fondants Foxwarren !

Deux ans après sa venue à Amiens pour défendre et surtout jouer l’album The Party, Andy Shauf était de retour hier soir à La Lune des Pirates. Et avec Shauf, le changement c’est maintenant.
Andrew Bird

Andrew Bird, c’est Manifest(ement très beau)

I’m coming to the edge of the widest canyon My companion’s dear I’m starting to question my manifest destiny My claim to this frontier I’m coming to the brink of a great disaster End just has to be near On ne peut, comme Andrew Bird s’empêcher de siffler en regardant le clip de Manifest.
Andrew Bird

Andrew Bird can sing !

Chicago – Illinois. Andrew Bird s’apprête à faire son grand retour avec, peut-être, son plus beau disque depuis Break It Yourself. Il sera en concert au Trianon (Paris) et au festival Minuit Avant La Nuit (Amiens) au mois de juin prochain.

Plus dans Chroniques d'albums

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.