Les femmes et les enfants d’abord! Le naufrage continue pour les Editors et ce nouveau disque repousse les limites déjà bien mises à mal par le précédent.
Les Editors continuent donc le sabordage en règle de leur propre navire. Tels les pirates d’Astérix et Obélix, la vigie s’alerte dès qu’elle voit le bon goût s’approcher.

Après le départ de l’amiral Chris Urbanowicz, la croisière ne s’amuse plus. Tom Smith tente donc de trouver des subterfuges en mettant la poussière sous le tapis et en invitant Rachel Goswell des très compliqués Slowdive à venir pousser la chansonnette.
Le résultat est surprenant.

C’était sympathique les Editors en 2005. L’Angleterre tenait sa réponse à Interpol et pouvait se trémousser sur All Sparks ou Munich.
En 2015, l’Angleterre tient une bonne cuite et est à la peine pour danser sur les singles des Editors.
Ne reculant devant rien, Tom Smith et les deux pénibles de service (Justin Lockey et Elliott Williams) vont là où même le Surmoi de Bono s’est refusé à s’aventurer.
Non parce que pondre un morceau du calibre d’Our Love… Il faut oser faire dépenser de l’argent à son label pour l’enregistrer.

Editors – Marching Orders

Le seul point positif dans cette affaire? Le mix d’Alan Moulder qui sauve les meubles. Sans ce sorcier du son, les Editors ne pourraient pas mettre en musique toutes leurs mauvaises idées.
In Dream possède donc dix morceaux qui nous emmènent dans une boîte de nuit du Lot et Garonne (Our Love) ou dans une soirée gothique pour jeunes gens en mal de sensations (The Law).
Pillant sans vergogne la démarche des Damned, les Editors se prennent pour des divas d’opéra et des seigneurs au grand cœur. Personne n’y croit évidemment.

Reste les fans qui sont les plus à plaindre dans ce genre de scénario. Les plus courageux d’entre eux iront jusqu’au dernier morceau (Marching Orders) et assisteront à la rencontre de Queen et de Van Halen. Les bienheureux…

Editors – Life is a fear

In Dream des Editors sera publié le 02 octobre 2015 (Play It Again Sam/PIAS)

Les Editors seront en concert les :

  • 28 octobre 2015 au Trianon (Paris)
  • 29 octobre 2015 au Spendid (Lille)
  • 13 novembre 2015 à La Laiterie (Strasbourg)
  • 15 novembre 2015 au Radiant (Caluire)
  • 14 décembre 2015 à L’Espace Julien (Marseille)
  • 15 décembre 21015 au Rocher de Palmer (Cenon)
Tracklist : Editors - IN DREAM
  1. No Harm
  2. Ocean of Night
  3. Forgiveness
  4. Salvation
  5. Life Is a Fear
  6. The Law
  7. Our Love
  8. All the Kings
  9. At All Costs
  10. Marching Orders
Editors – In Dream1.5
3/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
2 réponses sur « Editors – In Dream »

Avez-vous vraiment pris le temps d’écouter l’album ?

Critiquer c’est facile surtout quand on fait avance rapide…

Cet album est un revival des années 80 et 90 avec le son et le mixage d’aujourd’hui…

J’attends avec impatience de les voir en concert Mardi à Londres pour vivre une nouvelle expérience ! C’est clairement un album de scène et vous n’êtes même pas capable de le voir (ou de l’entendre)

C’est sur que The Back room et An End Has A Start resteront des références, que le virage électro/pop/experimental assumé pris depuis In This Light and This Evening, ne peut plaire à tout le monde mais un groupe a besoin de réinventer continuellement pour avancer et toucher un plus large public…

Vous n’avez qu’à écouter la « Phase Two » avec les versions alternatives de No Harm, Forgiveness ou Our Love…

Sur ce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…