Catégories
Chroniques d'albums

The Apartments – Initials PMW live at The Junk Bar

Peter Milton Walsh, chanteur. Ainsi pourrait-on résumer la vie de Milton Walsh. Il y a le Léon Morin, Prêtre de Melville, il y aura Peter Milton Walsh, chanteur. Et cela pour l’éternité.

Nés dans le sillage des Go-Betweens, Peter Milton Walsh et ses Apartments viennent aussi rapidement qu’ils disparaissent depuis bientôt trente ans. Quarante ans même. On fêtera, l’an prochain, le quarantenaire de The Return Of The Hypnotist, le premier single des Apartments. Au final tout était écrit dès le début. Même absent, il est toujours là avec ses chansons. Et nous, nous sommes totalement hypnotisés.

The Apartments au Petit Bain (octobre 2018)
© Louis Teyssedou

Et on remercie on ne sait pas qui de le voir jouer en France en 2018. Car il fallait avoir l’âge de raison ou être un lecteur assidu de la presse musicale pour ne pas passer à côté du sombre Drift (1993) ou du splendide A Life Full Of Farewells (1995).. Il fallait un peu moins de ténacité pour retomber sur Drift en 2011, année de sa première réédition par Talitres. Découvrir The Goodbye Train ou All His Stupid Friends, c’était à la fois réévaluer toute sa discothèque (et jeter une bonne partie de ses disques après avoir écouté Could I Hide Here? (A Little While)) et faire le deuil d’un hypothétique concert des Apartments. Milton Walsh n’avait pas donné de nouvelles depuis des années. Il serait, comme un personnage de roman, un être de papier sonore avec qui on broderait sa légende. Sauf qu’il est revenu, a écrit le disque de l’année 2015 (No Song No Spell No Madrigal) et a fait deux tournées… Comme quoi, il ne faut jamais jurer de rien.
En 2018, les Apartments sont toujours sur la route et donnent toujours des concerts magistraux. Toujours accompagné de Natasha Penot et d’Antoine Chaperon, Peter Milton Walsh a livré des versions impeccables d’All You Wanted ou de Mr. Somewhere. Et comme PMW prouve toujours tout, il sort un EP live dont les 4 chansons balisent malicieusement cette trajectoire artistique si singulière. Seul avec sa guitare, Peter Milton Walsh démontre que c’est lui le plus fort. Mais ça on le savait déjà.

The Apartments – Initials PMW live at The Junk Bar de The Apartments est disponible numériquement chez Riley Records/Microcultures.
The Apartments sera en concert le 18 novembre 2018 à Paris dans le cadre d’un concert privée Life is a minestrone.

The Apartments - Initials PMW live at The Junk Bar

The Apartments - Initials PMW live at The Junk Bar

Tracklist : The Apartments - Initials PMW live at The Junk Bar
  1. Black Ribbons
  2. All You Wanted
  3. Please
  4. Don’t Say Remember
  5. Sunset Hotel

The Apartments – Initials PMW live at The Junk Bar5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Apartments

The Apartments : de l’ombre à la lumière

En 2015, Peter Milton Walsh mettait fin à des années de silence en publiant No Song, No Spell, No Madrigal chez Microcultures. Il sera de retour à la rentrée avec un nouvel album de 8 chansons publié chez Talitres.
The Apartments

The Apartments, rois de l’Ubu

Après avoir initié toute une génération à la musique de Peter Milton Walsh en rééditant Drift au début des années 2010, Talitres continue de prêcher la bonne parole en s’apprêtant à publier le premier live de The Apartments.
The Apartments

Initials P.M.W.

En plus de revenir dans les salles françaises cet automne, Peter Milton Walsh sera aussi présent dans les bacs des disquaires avec Initials PMW, un EP live enregistré en Australie.
The Apartments

The Apartments, c’est reparti pour un tour

Après un retour gagnant sur le devant de la scène avec No Song, No Spell, No Madrigal en 2015, après avoir fait une tournée en 2016, après avoir réédité Drift et Fête Foraine en 2017, Peter Milton Walsh et ses Apartments seront de retour en 2018 pour une série de six concerts en France.
The Apartments © Bleddyn Butcher

Au coin avec The Apartments

C’est que ça se bouscule au portillon en terme d’actualité pour Peter Milton Walsh. Après avoir fait rééditer son album Drift (Talitres), l’australien passe la vitesse supérieure et réédite Fête Foraine.
The Apartments @ Bouffes du Nord

Les éclats de Drift de The Apartments

On n’arrête plus Peter Milton Walsh ! Après l’annonce de la réédition de Fête Foraine, c’est au tour de Drift d’être réédité. Et en vinyle s’il vous plaît !
The Apartments © Bleddyn Butcher

[Micro-Photos] De Londres à Sydney avec Bleddyn Butcher

Quel est le point commun entre Michael Head (The Pale Fountains, Shack) et The Apartments ? Le graphiste français Pascal Blua. Quel est le point commun entre The Apartments, The Go-Betweens et Nick Cave ? Le photographe anglais Bleddyn Butcher.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…