The Apartments – Initials PMW live at The Junk Bar

Peter Milton Walsh, chanteur. Ainsi pourrait-on résumer la vie de Milton Walsh. Il y a le Léon Morin, Prêtre de Melville, il y aura Peter Milton Walsh, chanteur. Et cela pour l'éternité.


Nés dans le sillage des Go-Betweens, Peter Milton Walsh et ses Apartments viennent aussi rapidement qu’ils disparaissent depuis bientôt trente ans. Quarante ans même. On fêtera, l’an prochain, le quarantenaire de The Return Of The Hypnotist, le premier single des Apartments. Au final tout était écrit dès le début. Même absent, il est toujours là avec ses chansons. Et nous, nous sommes totalement hypnotisés.

The Apartments
The Apartments au Petit Bain (octobre 2018)
© Louis Teyssedou

Et on remercie on ne sait pas qui de le voir jouer en France en 2018. Car il fallait avoir l’âge de raison ou être un lecteur assidu de la presse musicale pour ne pas passer à côté du sombre Drift (1993) ou du splendide A Life Full Of Farewells (1995).. Il fallait un peu moins de ténacité pour retomber sur Drift en 2011, année de sa première réédition par Talitres. Découvrir The Goodbye Train ou All His Stupid Friends, c’était à la fois réévaluer toute sa discothèque (et jeter une bonne partie de ses disques après avoir écouté Could I Hide Here? (A Little While)) et faire le deuil d’un hypothétique concert des Apartments. Milton Walsh n’avait pas donné de nouvelles depuis des années. Il serait, comme un personnage de roman, un être de papier sonore avec qui on broderait sa légende. Sauf qu’il est revenu, a écrit le disque de l’année 2015 (No Song No Spell No Madrigal) et a fait deux tournées… Comme quoi, il ne faut jamais jurer de rien.
En 2018, les Apartments sont toujours sur la route et donnent toujours des concerts magistraux. Toujours accompagné de Natasha Penot et d’Antoine Chaperon, Peter Milton Walsh a livré des versions impeccables d’All You Wanted ou de Mr. Somewhere. Et comme PMW prouve toujours tout, il sort un EP live dont les 4 chansons balisent malicieusement cette trajectoire artistique si singulière. Seul avec sa guitare, Peter Milton Walsh démontre que c’est lui le plus fort. Mais ça on le savait déjà.

The Apartments – Initials PMW live at The Junk Bar de The Apartments est disponible numériquement chez Riley Records/Microcultures.
The Apartments sera en concert le 18 novembre 2018 à Paris dans le cadre d’un concert privée Life is a minestrone.

Discographie

The Apartments - Initials PMW live at The Junk Bar

The Apartments - Initials PMW live at The Junk Bar

Tracklist : The Apartments - Initials PMW live at The Junk Bar
  1. Black Ribbons
  2. All You Wanted
  3. Please
  4. Don’t Say Remember
  5. Sunset Hotel

The Apartments – Initials PMW live at The Junk Bar
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

The Apartments

La beauté intacte des The Apartments

The Apartments passe à la vitesse supérieure pour défendre son nouvel album. Des dates de concert ont été annoncées. Peter Milton Walsh vient de lever le voile sur le clip de What’s Beauty To Do?.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
The Apartments

The Apartments : de l’ombre à la lumière

En 2015, Peter Milton Walsh mettait fin à des années de silence en publiant No Song, No Spell, No Madrigal chez Microcultures. Il sera de retour à la rentrée avec un nouvel album de 8 chansons publié chez Talitres.
The Apartments

The Apartments, rois de l’Ubu

Après avoir initié toute une génération à la musique de Peter Milton Walsh en rééditant Drift au début des années 2010, Talitres continue de prêcher la bonne parole en s’apprêtant à publier le premier live de The Apartments.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.