Mais à quoi rêver alors ? A quoi rêver alors, lorsque ne restent que la nuit, et Beaubourg derrière nous ? A quoi rêver alors lorsque l’Hôtel de Ville n’est plus qu’une masse silencieuse, et La Seine, une amante paresseuse pour quelques quais immobiles ? Oui, à quoi rêver ?

À ces minutes d’après concert peut-être, à ces sourires dans une loge, ou bien à ces frites improvisées, aussitôt avalées, plus tard rue Saint-Martin. Mais peut-être aussi, à ces mots d’écorchées, récités un peu plus tôt. Des mots de révolte, de cathédrales, et de nuit infinie. De honte, injuste, de beauté interdite, de sperme ou de mépris.

Discographie

Alors, il faudrait savoir raconter un soir à Paris. Un soir comme ça. Il faudrait savoir raconter Blondino, un soir de novembre à la Maison de la Poésie. Il faudrait savoir la raconter chanter ses mots et lire ceux de Lydie Dattas dans Sa Nuit Spirituelle. Des mots de colère, ou d’une insondable résignation. Là, dans cette minuscule salle voutée, devant une nébuleuse de couleurs, de noir et de blanc, jetée crânement sur le mur en pierre, Blondino faisait siens les mots brutaux d’une femme méprisée du simple fait de son sexe, et les apaisait alors de ses propres chansons comme on soufflerait sur une brûlure. Il faudrait savoir raconter l’émotion, la sensibilité immense de cette jeune femme parée d’un kimono or, les yeux fermés, vivant infiniment ses chansons.

Blondino – Jamais Sans La Nuit

Ces chansons, il faudrait savoir les raconter. Toujours si directes, toujours si précises, si pures, ces trop-pleins qui pourraient déborder qu’ils ne dégoulineraient jamais. Il faudrait savoir raconter Les Lumières de la ville, Nouveau départ, Jamais sans la nuit. Oslo. Et Les Filles d’aujourd’hui. Icône, et cette inédite, sur son prochain album, qu’elle nous offre, habitée d’une mélancolie qui saisit… Il faudrait savoir raconter ce qui peut-être se fait de plus vrai, de plus juste en France, pendant que d’autres enregistrent leur grossièreté, leur vide et leurs mensonges. Il faudrait raconter cet amour shaker, quand il agitait mon cœur. Ce rappel majestueux, Bleu, sur ce piano sublime.

Et puis si nous rêvons, il faudrait savoir aussi raconter les heures d’avant, cette répétition, ce pianiste silencieux, mais si fin, et ses notes dans leur coin qui ne se lassèrent jamais d’être perpétuellement rejouées. Il faudrait raconter ce guitariste, parlant de Jean Fauque, Bergman, et des Clash, puis décrochant soudain un riff nerveux des Kinks. All Day and all of the night. Une nuit, encore. Ou quand Gisèle clape dehors, les premières notes en boucle, de Vertige de l’Amour. Et Blondino, libre, dans un sourire, improvisant les premières paroles. « J’ai crevé l’oreiller, j’ai dû rêver trop fort, ça me prend les jours fériés »… Et puis cette pellicule alors, que l’on enclenche enfin dans ce vieil argentique Diana bien usé… Et puis, et puis… Et puis ce fut beau.

Quand il ne restera que la nuit, nous repenserons à ça. Oui, Blondino est une révolte. Blondino est une riposte. Tant qu’il y aura des cons. Et qu’ils parleront. Toujours un peu trop fort. Blondino est un sanctuaire. Une poésie. La beauté d’un soupir, étouffé une nuit. La beauté d’une pluie dans un matin trop gris. Blondino est le bruit d’un ruisseau, des rires, d’un papa, un jour, et des ronds dans l’eau. Blondino est une simplicité sublime. La tendresse des instants imparfaits qu’elle saurait rassurer. Blondino est le bruit des moments fragiles, un cri, un battement de cœur sans domicile. Un merci, une nuit, au milieu d’une vie.

Alors, il faudrait savoir raconter Blondino. Il faudrait savoir raconter tout ça. Il faudrait, il faudrait… Tellement.

Car à quoi rêver alors ?

2019_11_13_blondino
2019_11_13_blondino
2019_11_13_blondino
2019_11_13_blondino
2019_11_13_blondino
2019_11_13_blondino
2019_11_13_blondino

Le 13 novembre 2019, dans le cadre du festival Paris en toutes lettres, la Maison de la Poésie avait donné carte blanche à Blondino pour un concert littéraire. Elle lut La Nuit Spirituelle de Lydie Dattas, entrecoupée de ses chansons. Elle était accompagnée de son complice Jean-Christophe Ortega à la guitare, et de Mathieu Geghre au piano.

Cet été, Soul Kitchen l’avait rencontrée. Elle avait ainsi composé sa playlist avec ses morceaux du moment.

Les photographies (© Julien Tixier) de cette chronique ont été improvisées à l’argentique (Diana F d’époque) le matin et l’après-midi des répétitions à la Maison de la Poésie.

Vous avez aimé ? Partagez !
1 réponse sur « Mais à quoi rêver alors ? »

Merci Julien,
Un très beau texte sur l’indicible et l’impossibilité pour les mots de dire les émotions d’un soir à Paris… Gaële

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Blondino - Sauvage amoureuse

Blondino, un paradis plus loin

On pourrait bien écrire sur Sauvage, amoureuse. La prendre à part, et au fond simplement la décrire. On pourrait. Cela aurait-il du sens ? Peut-être. Pas sûr. Tant les chansons de Blondino rentrent dans des espaces plus grands, plus vastes.

Blondino, ligne d’espoir

La cosmonaute Blondino a atterri. Au milieu d’un no man’s land pas très chouette, cerné entre un avant que l’on fuit et un vague plus tard dont on aimerait deviner les contours. Blondino a atterri là, au milieu de ceux perdus entre les lignes. Au milieu de ceux qui n’y croient plus. Parce qu’entre les […]

Les petits kits inutiles #3 – Blondino

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon. Alors prends tes plus beaux ciseaux et découpe-les ! Dans ce troisième […]
SIDE DƟƟR © Alex Bulli

Derrière la porte

On ne sait pas grand chose de SIDE DƟƟR. Un EP cet été, le bien nommé, Organized Mess et un amour compréhensible pour les duos féminins.
Blondino

Blondino – Et puis battra son cœur.

Et pourtant, il aurait peut-être fallu du silence. Un peu plus, au moins. Ou parler de tout, ou parler de rien… Pourtant, pour cette chronique, j’en avais imaginé des questions. J’en ai imaginé des débuts et des fins. J’en ai même écrit. Beaucoup. C’était même assez bien cadré. Peut-être même joli. Alors j’ai tout jeté. […]

5 questions à … Blondino

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes, appréciés par les membres de l’équipe, de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Blondino qui avait allumé nombre de nos jours avec son album Jamais sans la nuit, et deux EP tout aussi brûlants. […]

Plus dans Inclassables

L’escapade Comelade !

Vous en avez marre des groupes interchangeables ? des plans médias pour la sortie de disques oubliés dans six mois ? Suivez les conseils de PJ Harvey, plongez-vous dans la discographie du catalan extravagant Pascal Comelade, par exemple ce somptueux Love Too Soon trop méconnu issu de L’argot du bruit paru en 1998.

Nous nous embrassons.

J’ai cherché, pourtant. Et longtemps. Beaucoup. J’ai essayé, mais je n’ai pas trouvé. Pour éviter l’excès. Le mien et celui de l’époque. J’ai même hésité à écrire. Mais il faut bien lui répondre à cette époque. Une époque sans questions. Qui ne s’en pose plus. Une époque qui accepte, et qui accepterait tout, une époque […]

Les petits kits inutiles #5 – Fishbach

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon.

Les petits kits inutiles #4 – Marie-Flore

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon.

Les petits kits inutiles #3 – Blondino

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon. Alors prends tes plus beaux ciseaux et découpe-les ! Dans ce troisième […]

Les petits kits inutiles #2 – Clara Luciani

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon.

Les petits kits inutiles #1 – Juliette Armanet

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon. Alors prends tes plus beaux ciseaux et découpe-les ! Dans ce premier numéro, […]