4AD ressort une énième fois en vinyle, sans tambour ni trompette, le premier disque des Breeders. Sorti il y a 30 ans, Pod n'a pris aucune ride et nous file un coup de vieux.


Le premier disque des Breeders ne cassa pas la baraque comme Last Splash mais donna beaucoup d’idées à toute une scène rock en manque d’idées. L’affaire est connue. En 1992, Kurt Cobain déclarait au Melody Maker que Pod était un de ses disques préférés. Ou comment avoir de la publicité gratuitement.
Produit et enregistré par Steve Albini dans les studios Palladium d’Édimbourg, Pod est tout d’abord une histoire d’amitié entre Kim Deal des Pixies et Tanya Donelly des Throwing Muses. La première a des tonnes de chose à dire et à chanter. Mais elle doit affronter le règne sans partage d’un Frank Black qui n’a, malheureusement pour elle, que des bonnes idées depuis le début des Pixies. Il en va de même pour Tanya Donelly qui doit faire avec une Kristin Hersh.

The Breeders – Oh !

Débutée en 1988, l’aventure des Breeders connut donc sa première étape en 1990 avec ce disque. Deal eut la bonne idée de recruter Josephine Wiggs et Albini suggéra le nom de Britt Walford (aka Shannon Doughton). Sur Pod, Deal gueule sur une musique asséchée du trop-plein ambiant et redoutablement efficace. En 1990, la musique des Breeders était rêche comme du papier de verre et réussissait l’exploit d’attirer les êtres les plus sensibles de la planète. Car derrière cette production protestante, derrière ces chansons qui déboulaient dans notre salon toutes sirènes hurlantes, il y avait l’écriture de Deal. La main qui avait écrit Gigantic ne pouvait qu’écrire des choses parfaites. Ce fut le cas avec ce disque. Et les autres.

Discographie

Breeders - Pod

Pod des Breeders est disponible chez 4AD/Beggars.

The Breeders - Pod

Tracklist : The Breeders - Pod
  1. Glorious
  2. Doe
  3. Happiness Is A Warm Gun
  4. Oh!
  5. Hellbound
  6. When I Was A Painter
  7. Fortunately Gone
  8. Iris
  9. Opened
  10. Only In 3's
  11. Limehouse
  12. Metal Man

The Breeders – Pod
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Thebreedersgomango

Vidéo : The Breeders – Go Man Go

Putain, 30 ans ! Last Spash de The Breeders est sorti en 1993 avec son hymne Cannonball qui nous éclabousse encore aujourd’hui avec la réédition de ce disque important des années 90′ avec deux titres bonus Go Man Go et Divine Mascis
Dusty Trails

[2000 – 2020] Est-ce que tu… connais les Dusty Trails ?

En 2000, on attendait qu’une chose : un nouveau disque des Breeders. Il aura fallu attendre encore deux ans pour découvrir Title K, un album sous-estimé par la presse et surtout le public. Pour patienter, le triumvirat Deal-Wiggs-Deal nous offrit des disques solos aussi solides que le refrain de Divine Hammer. On était encore sous […]
The Breeders 06-07-2018

[Main Square 2018] Cool as The Breeders

Avant de revenir cet automne le temps de deux concerts (un à Lyon, l’autre à Paris), les soeurs Deal étaient en villégiature à Arras le temps d’un concert au Main Square Festival.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.