4AD ressort une énième fois en vinyle, sans tambour ni trompette, le premier disque des Breeders. Sorti il y a 30 ans, Pod n’a pris aucune ride et nous file un coup de vieux.

Le premier disque des Breeders ne cassa pas la baraque comme Last Splash mais donna beaucoup d’idées à toute une scène rock en manque d’idées. L’affaire est connue. En 1992, Kurt Cobain déclarait au Melody Maker que Pod était un de ses disques préférés. Ou comment avoir de la publicité gratuitement.
Produit et enregistré par Steve Albini dans les studios Palladium d’Édimbourg, Pod est tout d’abord une histoire d’amitié entre Kim Deal des Pixies et Tanya Donelly des Throwing Muses. La première a des tonnes de chose à dire et à chanter. Mais elle doit affronter le règne sans partage d’un Frank Black qui n’a, malheureusement pour elle, que des bonnes idées depuis le début des Pixies. Il en va de même pour Tanya Donelly qui doit faire avec une Kristin Hersh.

The Breeders – Oh !

Débutée en 1988, l’aventure des Breeders connut donc sa première étape en 1990 avec ce disque. Deal eut la bonne idée de recruter Josephine Wiggs et Albini suggéra le nom de Britt Walford (aka Shannon Doughton). Sur Pod, Deal gueule sur une musique asséchée du trop-plein ambiant et redoutablement efficace. En 1990, la musique des Breeders était rêche comme du papier de verre et réussissait l’exploit d’attirer les êtres les plus sensibles de la planète. Car derrière cette production protestante, derrière ces chansons qui déboulaient dans notre salon toutes sirènes hurlantes, il y avait l’écriture de Deal. La main qui avait écrit Gigantic ne pouvait qu’écrire des choses parfaites. Ce fut le cas avec ce disque. Et les autres.

Breeders - Pod

Pod des Breeders est disponible chez 4AD/Beggars.

The Breeders - Pod

Tracklist : The Breeders - Pod
  1. Glorious
  2. Doe
  3. Happiness Is A Warm Gun
  4. Oh!
  5. Hellbound
  6. When I Was A Painter
  7. Fortunately Gone
  8. Iris
  9. Opened
  10. Only In 3's
  11. Limehouse
  12. Metal Man

The Breeders – Pod5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Dusty Trails

[2000 – 2020] Est-ce que tu… connais les Dusty Trails ?

En 2000, on attendait qu’une chose : un nouveau disque des Breeders. Il aura fallu attendre encore deux ans pour découvrir Title K, un album sous-estimé par la presse et surtout le public. Pour patienter, le triumvirat Deal-Wiggs-Deal nous offrit des disques solos aussi solides que le refrain de Divine Hammer. On était encore sous…
The Breeders 06-07-2018

[Main Square 2018] Cool as The Breeders

Avant de revenir cet automne le temps de deux concerts (un à Lyon, l’autre à Paris), les soeurs Deal étaient en villégiature à Arras le temps d’un concert au Main Square Festival.

Le Main Square, c’est déjà demain !

Les 6, 7 et 8 juillet prochains, la citadelle d’Arras verra défiler Dave Gahan, Liam Gallagher et dansera sur les boucles de Justice et de Jungle pour l’incontournable Main Square festival. En 2018, le Main Square réunit le temps d’un week-end le hip-hop et le rock dans un cadre historique classé. Entretien avec Armel Campagna,…
TINALS 2017 © Fabrice Buffart

Convivial TINALS 2018 !

SK* a déjà évoqué la phénoménale programmation du TINALS 2018 qui aura lieu du 1er au 3 juins 2018 à laquelle se sont rajoutés The queen of Bounce, Big Freedia et les cataclysmiques Idles pour clore le festival.
The Breeders

Les Breeders s’énervent

Après Wait in the Car, 4AD vient de mettre en ligne un deuxième extrait du nouvel album des Breeders qui est le groupe le plus cool du monde.
The Breeders - Lsxx

Les Breeders sur la rampe

20 ans pour le Last Plash des soeurs Deal. Les soeurs Deal sortent donc de la maison de retraite et 4AD ressort le disque en avril.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…