Catégories
Chroniques d'albums

Local Natives – Gorilla Manor

Local Natives : Gorilla Manor

Après quelques titres déjà très prometteurs, les cinq californiens sortent enfin la version longue. Attention, très fort potentiel addictif. Numéro un (sur un) de mon top 2010.


Essayons d’être objectifs : Gorilla Manor est une merveille.

Bannissez d’entrée les comparaisons hâtives avec Animal Collective ; je ne me souviens plus très bien d’où j’ai pu lire ça, mais c’est une pure connerie.
Non, Local Natives n’est pas un énième groupe de l’année à valeur ajoutée douteuse, suscitant un engouement journalistique suspect (cf : 2009, The Xx ; 2009, Charlotte Gainsbourg ; 2009, Julian Casablancas).

Tranquillement planqués dans le quartier de Silver Lake (si vous cherchez sur Google Maps, entrez bien « Silver Lake, Los Angeles, CA », sinon vous risquez, comme moi, de vous retrouver au milieu du Yosemite, poétique oui, mais sans vérification plus poussée vous auriez eu droit à des comparaisons lyriques avec des castors et des pissenlits), ces cinq potes de fac (pensez American Pie mais avec des chemises de bucheron canadien) se sont gorgés de soleil, ont appris à se connaître musicalement sur le bout des doigts, et se sont laissés le temps de mûrir.

Local Natives - Sun Hands

Ils réalisent ainsi l’alliance subtile de la simplicité d’une vie au volant d’un vieux van fonçant sur la Pacific Highway 1, et de la complexité inhérente à un son à étages.

Toute l’intelligence des douze compositions de cet album naît de l’interaction de ces cinq bonhommes : les voix s’entremêlent, tour à tour éthérées, poignantes, planantes, taquines, jouant des harmoniques, la section rythmique avance sans jamais se faire poussive, les guitares évoluent en arpège, soutenant une ascension progressive vers un Icare enfin réussi.

On se laisse guider, poussés par un vent sonore puissant mais d’une infinie douceur, comme un survol de Malibu en deltaplane (non, pas pour la contre-plongée sur Pamela Anderson).

Ces gars-là ont un sens de la mélodie imparable, qu’on ne sent pas venir mais qui paraît tellement évidente une fois là. C’est une musique qui rend heureux, qui réchauffe, qui se redécouvre à chaque écoute tellement la profondeur de champ est conséquente.

Si en plus j’vous dit qu’en live ça tabasse…la preuve ici.

Local Natives – Gorilla Manor4.0
8/10
Partager cet article
2 réponses sur « Local Natives – Gorilla Manor »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Locale Native

Local Natives à Paris

Les Local Natives prolongent l’été avec leur pop californienne ensoleillée, fontaine de jouvence.
Local Natives – Sunlit Youth

Local Natives – Sunlit Youth

Ils le décrivent eux-mêmes comme un aboutissement, et en même temps comme un profond retour à leur contrée natale californienne, Sunlit Youth des Local Natives est sorti le 9 septembre dernier, après plus d’un an et demi de travail pour le groupe.

Les Local Natives ensoleillent le canal

C’est dans cet endroit féerique qu’est le Pavillon des Canaux, dans le bassin de La Villette à Paris que SK* retrouve Taylor Rice, le chanteur principal des Local Natives, encore mouillé après un plongeon mémorable guitare à la main quelques heures auparavant dans le canal, qu’il a fait pour un live sur les réseaux sociaux.
photos : Local Natives @ la Boule Noire, Paris, 24/08/2016

Local Natives @ La Boule Noire, quand L.A déboule à Paname

Hier soir j’ai pris une claque. Je les savais bons, les Local Natives, mais à vrai dire je m’attendais à ce que ce soit un peu mou sur scène, le genre de show planant où tu agites tranquillement la tête, et à la limite ton briquet, dans une jolie vague d’émotion.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…