Songs: Ohia – Love & Work: The Lioness Sessions

Songs: Ohia - Love & Work: The Lioness Sessions
Louis 22/11/2018

Secretly Canadian réédite le quatrième disque de feu Jason Molina, l’homme qui se cachait derrière Songs: Ohia. Mort brutalement en 2013, Molina laisse derrière lui un héritage impressionnant et surtout extrêmement présent. Alors que des membres de son groupe tournent actuellement en Europe pour consoler ses orphelins, son label historique ressort son le diamant noir de sa discographie, The Lioness.

Publié à peine un an après Axxess & Ace dont on fêtera les vingt ans l’année prochaine (on en reparlera bientôt), The Lioness voit son auteur quitter les rivages du Do It Yourself pour un semblant d’organisation. Pour se faire, il quitte son Ohio natal pour partir enregistrer des titres à Glasgow sous la houlette d’Andy Miller (Mogwai, Arab Strap, The Delgados et Scout Niblett) avec des membres d’Arab Strap et le fidèle Geof Comings.

The Lioness garde toujours son impact car Molina était le plus fort. Avec une guitare et un mellotron en guise de camarade d’infortune, il écrivait des chansons aussi déchirantes et qu’efficaces. Roi de l’épure, il ne s’embarrassait pas encore d’un groupe comme plus tard avec les Magnolia Electric. Non, au début des années 2000, il casse tous les codes de l’Americana et nous plonge dans une nuit de poix. Dans le sillage de Will Oldham et dans l’ombre de Bill Callahan, Jason Molina a écrit des disques qui ne nous ont jamais quittés. La réédition est évidement impeccable.

L’intérêt de Love & Work: The Lioness Sessions réside aussi dans ses bonus. Molina travaillait vite. La plupart de ses albums ont été enregistrés en une prise et n’ont pas bénéficié d’un budget dantesque (du moins au début). On récupère donc des inédits enregistrés pendant les sessions de The Lioness à Glasgow et quatre morceaux enregistrés à Londres avec James Tugwell. Cette petite dizaine de titres laisse là encore pantois. Comment peut-on avec si peu faire autant ? Quelques touches de clavier, quelques cordes frappées et le décor est planté. Il change rarement d’ailleurs. Cette voix, encore un peu aiguë, déchire toujours le cours des choses et vise toujours juste. “I will be gone but not forever”, chantera quelques années plus tard Jason Molina sur le morceau Farewell Transmission. Il n’est en effet jamais parti.

Songs: Ohia - Love & Work: The Lioness Sessions

Love & Work: The Lioness Sessions de Songs: Ohia est disponible chez Secretly Canadian.

Songs: Ohia - Love & Work: The Lioness Sessions

Tracklist : Songs : Ohia - Love & Work: The Lioness Sessions
  1. The Black Crow
  2. Tigress
  3. Nervous Bride
  4. Being In Love
  5. Lioness
  6. Coxcomb Red
  7. Back On Top
  8. Baby Take A Look
  9. Just A Spark
  10. On My Way Home (Lioness Sessions outtake)
  11. Never Fake It (Lioness Sessions outtake)
  12. From The Heart (Lioness Sessions outtake)
  13. It Gets Harder Over Time (Lioness Sessions outtake)
  14. I Promise Not To Quit (Lioness Sessions outtake)
  15. Neighbors Of Our Age (Lioness Sessions outtake)
  16. Pyrate II (Even Now) (Lioness Sessions outtake)
  17. Velvet Marching Band (Lissy’s Sessions)
  18. Raw (Lissy’s Sessions)
  19. Already Through (Lissy’s Sessions)
  20. Wonderous Love (Lissy’s Sessions)

Songs: Ohia – Love & Work: The Lioness Sessions
5.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

Life - A Picture Of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.