Songs: Ohia – Love & Work: The Lioness Sessions

Secretly Canadian réédite le quatrième disque de feu Jason Molina, l'homme qui se cachait derrière Songs: Ohia. Mort brutalement en 2013, Molina laisse derrière lui un héritage impressionnant et surtout extrêmement présent. Alors que des membres de son groupe tournent actuellement en Europe pour consoler ses orphelins, son label historique ressort son le diamant noir de sa discographie, The Lioness.

Publié à peine un an après Axxess & Ace dont on fêtera les vingt ans l’année prochaine (on en reparlera bientôt), The Lioness voit son auteur quitter les rivages du Do It Yourself pour un semblant d’organisation. Pour se faire, il quitte son Ohio natal pour partir enregistrer des titres à Glasgow sous la houlette d’Andy Miller (Mogwai, Arab Strap, The Delgados et Scout Niblett) avec des membres d’Arab Strap et le fidèle Geof Comings.

The Lioness garde toujours son impact car Molina était le plus fort. Avec une guitare et un mellotron en guise de camarade d’infortune, il écrivait des chansons aussi déchirantes et qu’efficaces. Roi de l’épure, il ne s’embarrassait pas encore d’un groupe comme plus tard avec les Magnolia Electric. Non, au début des années 2000, il casse tous les codes de l’Americana et nous plonge dans une nuit de poix. Dans le sillage de Will Oldham et dans l’ombre de Bill Callahan, Jason Molina a écrit des disques qui ne nous ont jamais quittés. La réédition est évidement impeccable.

Discographie

L’intérêt de Love & Work: The Lioness Sessions réside aussi dans ses bonus. Molina travaillait vite. La plupart de ses albums ont été enregistrés en une prise et n’ont pas bénéficié d’un budget dantesque (du moins au début). On récupère donc des inédits enregistrés pendant les sessions de The Lioness à Glasgow et quatre morceaux enregistrés à Londres avec James Tugwell. Cette petite dizaine de titres laisse là encore pantois. Comment peut-on avec si peu faire autant ? Quelques touches de clavier, quelques cordes frappées et le décor est planté. Il change rarement d’ailleurs. Cette voix, encore un peu aiguë, déchire toujours le cours des choses et vise toujours juste. “I will be gone but not forever”, chantera quelques années plus tard Jason Molina sur le morceau Farewell Transmission. Il n’est en effet jamais parti.

Songs: Ohia - Love & Work: The Lioness Sessions

Love & Work: The Lioness Sessions de Songs: Ohia est disponible chez Secretly Canadian.

Songs: Ohia - Love & Work: The Lioness Sessions

Tracklist : Songs : Ohia - Love & Work: The Lioness Sessions
  1. The Black Crow
  2. Tigress
  3. Nervous Bride
  4. Being In Love
  5. Lioness
  6. Coxcomb Red
  7. Back On Top
  8. Baby Take A Look
  9. Just A Spark
  10. On My Way Home (Lioness Sessions outtake)
  11. Never Fake It (Lioness Sessions outtake)
  12. From The Heart (Lioness Sessions outtake)
  13. It Gets Harder Over Time (Lioness Sessions outtake)
  14. I Promise Not To Quit (Lioness Sessions outtake)
  15. Neighbors Of Our Age (Lioness Sessions outtake)
  16. Pyrate II (Even Now) (Lioness Sessions outtake)
  17. Velvet Marching Band (Lissy’s Sessions)
  18. Raw (Lissy’s Sessions)
  19. Already Through (Lissy’s Sessions)
  20. Wonderous Love (Lissy’s Sessions)

Songs: Ohia – Love & Work: The Lioness Sessions
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Jason Molina - Eight Gates

Jason Molina – Eight Gates

Secretly Canadian publie à titre posthume les ultimes enregistrements de Jason Molina. Les chansons d’Eight Gates ont été enregistrées en 2013, quelques mois avant la mort de son auteur. Sur ces neuf pistes, Molina oublie les guitares de Magnolia Electric et se projette dans les nuits sombres de The Lioness.
Jason Molina © Steve Gullick

Le testament à l’anglaise de Jason Molina

Tragiquement disparu à l’âge de 39 ans en 2013, Jason Molina (Songs: Ohia et Magnolia Electric Co) a laisse derrière lui quelques secrets dont ce disque, Eight Gates, enregistré à Londres entre 2007 et 2008 que Secretly Canadian publiera cet été.
Jason Molina © Steve Gullick

[1999 – 2019] Come Back To Songs: Ohia

Prélude des sombres et sensibles The Lioness (récemment réédité) et Ghost Tropic, Axxess & Ace est le disque trop souvent oublié de Jason Molina. Avant d’enrichir son propos avec Magnolia Electric Co., Molina se soigne en chantant. Sur Axxess & Ace, il est question de manière brutale d’amour. Enregistrées par Michael Krassner (Califone, Simon Joyner, […]
Jason Molina © Steve Gullick

[1998 – 2018] Jason Molina, The Rules Of Absence

Jason Molina n’est plus depuis maintenant 5 années mais ses chansons seront avec nous pour l’éternité. Avant d’atteindre un public « assez large » avec des grands disques de rock rugueux comme The Magnolia Electric Co, Jason Molina et sa chimère Songs; Ohia écrivaient des chansons totalement singulières.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.