The Go-Betweens – G Stands For Go-Betweens Volume Two

The Go-Betweens
Louis - 08/12/2019

Droit de réponse. On peut ne pas avoir été devant sa télévision le 22 mai 1996 et avoir eu besoin de 40 0000 minutes pour changer sa vie.

Clément Chevrier a eu de la chance ce fameux 22 mai 1996. En allumant la télévision à la bonne heure et en mettant la bonne chaîne, il tombe nez à nez avec la silhouette longiligne de Robert Forster et la guitare de MacLennan. Les Go-Betweens n’ont rien sorti depuis l’été 1988 mais passent à la télévision française à une heure de grande écoute. Une chance inouïe donc.
Par contre, si tu n’a pas accès à Nulle Part Ailleurs en 1996, tu passes à côté des prestations de Diabologum, des Boo Radleys et de Sonic Youth.
La taille des arbres : c’était la seule explication rationnelle au fait que la télévision familiale ne reçoive pas Canal + en clair. Située derrière un parc, le logis familial était privé de la sacro-sainte émission de Canal +, ce qui fermait de facto l’accès à certaines prestations lives trépidantes. France 5, créée deux ans plus tôt, allait bientôt monter Ubik et permettre l’accès aux chansons de Miossec et de Vic Chesnutt.
En 1996, en étant le grand frère, tu essuies les plâtres et tu achètes des disques en éclaireur. Parfois tu te trompes en achetant un Red Hot Chili Peppers… Parfois tu découvres la lumière en achetant un disque d’Oasis. Des Inrocks, il n’en est nullement question. Tu as croisé furtivement les pages de ce mensuel à la maison de la presse vieillissante de ta sous-sous-sous préfecture natale. Mais au final, tu n’as jamais consenti à donner 15 francs à la caisse pour ce journal que tu soupçonnes d’élitisme et que tu ne te donnes pas la peine de comprendre. La seule grande aventure à cette époque se résume dans l’achat d’un numéro de Best… Un vrai saut dans le vide.

The Go-Betweens Anthology Vol 2
Pour découvrir les Go-Betweens, il faudra donc attendre 2005, la sortie d’Oceans Apart et surtout l’arrivée de l’ADSL et des téléchargements à outrance qui permettent de découvrir lors de la même journée Shack et les La’s. On ne refait pas l’histoire. Domino vient de publier G Stands For Go-Betweens Volume Two, un coffret qui couvre une période qui s’ouvre avec Liberty Belle And The Black Diamond Express et qui se termine avec 16 Lovers Lane. Les Australiens, après avoir enregistré Spring Hill Fair aux studios Miraval (France), ont désormais investi des studios anglais (ceux de Camden et de Berry Street) et entrent dans leur âge d’or. Avant de plier bagage et de retourner en Australie pour enregistrer leur plus beau disque (à savoir 16 Lovers Lane), Grant et Robert vont écrire en deux ans une quantité folle de morceaux. Le coffret contient une foultitude de bonus qui témoigne de la richesse de cette écriture.

Mais que font les Go-Betweens à Paris en 1996 ? Car c’est la question qui revient quand on lit le billet d’humeur de ce cher Chevrier. Leur dernier passage parisien remonte au 10 juillet 1994 avec un concert à l’Erotika. Leur dernier disque remonte à l’été 1988 et les ventes n’ont pas été faramineuses.
Les Betweens sont en France pour répondre à une demande des Inrockuptibes. En effet, les Australiens vont donner un concert pour les 10 ans du magazine après avoir répondu aux questions de Christian Fevret en extase. Pour se faire, Forster et McLennan ont embarqué avec eux Adele Pickvance à la basse et Glenn Thompson à la batterie. Retour sur ce moment avec les deux principaux intéressés qui ont fait basculer la vie (musicale) de Clément Chevrier.

Adele Pickvance

Comment as-tu rencontré Robert et Grant ?

Adele Pickvance : Mon ancien groupe The Natives Of Bedlam avait assuré les premières parties de Robert avant que je ne le rencontre. Tout comme mon autre ancien groupe Prodigal Leap qui avait ouvert pour lui à Brisbane…
Mais, pour répondre à ta question, j’ai reçu un appel de Robert au milieu des années 90 me demandant si je voulais venir à Red Zeds (le lieu où répète tous les groupes de Brisbane) et si je pouvais venir avec ma contrebasse pour jouer quelques chansons. Il fit la même chose avec Glenn Thompson. Je crois que Robert cherchait une contrebassiste sympathique. Il a demandé mon numéro à un de nos amis communs, Jeff Erlbacher (un ingénieur du son).
Pour tout dire, je ne connaissais pas les Go-Betweeens. J’ai vécu en Angleterre jusqu’à mes 15 ans et j’ai toujours pensé que les Go-Betweens était un groupe punk allemand. Robert travaillait sur des chansons qui allaient finir sur Warm Nights quand il m’a appelé.
J’ai rencontré Grant le soir où Robert, Glenn et moi jouions dans la gallerie de David Pestorious. On se faisait appeler les Warm Nights. Ce nom allait finir par être le titre du disque de Robert. Grant était au premier rang, près de la scène, et fumait des cigarettes. Il s’est présenté, très charmant et très intéressé par Glenn et moi.

Et c’est à ce moment précis que les Inrockuptibles vous appelle ?

Les Inrockuptibles fêtaient leurs 10 ans et avaient fait un classement des meilleurs disques de cette période. 16 Lovers Lane était en tête de ce classement. Je crois qu’ils ont demandé à Robert et à Grant de jouer pour leur soirée d’anniversaire à Paris. Nous avons répété et fait un warm-up, au Legion Club (Brisbane) grâce à David Pestorius.

Te rappelles-tu de cette émission télévisée ?

he Go – Betweens – 1996-05-22 Nulle Part Ailleurs

Bien sûr que je m’en rappelle ! En l’écoutant, on dirait que Robert passe un bon moment et nous avons tous l’air assez détendu. J’aime beaucoup !

Quels sont les meilleurs souvenirs de cette tournée ? Qu’avez-vous fait après cette émission ?

Ce n’était pas vraiment une tournée française, juste un spectacle unique pour autant que je m’en souvienne, mais ensuite Robert, Glenn et moi avons continué pour la tournée européenne, américaine et australienne pour Warm Nights, l’album solo de Robert. J’ai adoré jouer en France. Tant de fans passionnés de Go Betweens… Quel pied !

En décembre 2019, il nous reste les disques des Betweens. Grant McLennan n’est plus. Comme Philippe Gildas et Nulle Part Ailleurs. Il nous reste ces morceaux et des histoires comme celle des sœurs Clarke. Ça valait le coup d’attendre 40 0000 minutes. Même si ce fut un peu long…

Glenn Thompson

Et toi, Glenn… Te rappelles-tu de cette émission télévisée ?

Glenn Thompson : Oui, je me souviens de cette émission. Grant et Robert étaient ravis que Henri Leconte soit également un invité. Je me souviens de m’être perdu dans les immenses studios de Canal + et d’avoir demandé à quelqu’un où se trouvait le vestiaire de Go-Betweens. Une femme m’a répondu avec un accent américain «The Garbage Beans?» Je pense qu’elle était là avec les Backstreet Boys. Je me souviens aussi d’avoir été réprimandé par la sécurité d’avoir pris une photo dans l’entrée. J’ai toujours cette photo quelque part.

D’ailleurs comment as-tu rencontré Robert et Grant ?

Je pense que Robert est revenu à Brisbane en 1992. Il est venu à un concert de COW, un de mes groupes. Il m’a posé des questions sur ma batterie et m’a dit qu’elle était semblable à celle de Lindy. A cette époque, je travaillais avec Lindy et nous utilisions des batteries similaires. Ce sont des kits 4 pièces Ludwig de couleur perle blanche du début des années 60. Quoi qu’il en soit, après cela, COW est devenu le groupe de Robert pour l’enregistrement de Calling From a Country Phone.

Quels sont tes autres souvenirs de cette tournée française ?

Ce n’était pas vraiment une tournée car nous n’avons fait qu’un seul concert et qu’émission de télévision. Je me souviens que nous nous sommes liés d’amitié avec une vieille femme pendant le petit déjeuner dans un café de Pigalle. Elle semblait être seule et prête à discuter. Elle nous a emmenés voir son appartement qui se trouvait pas loin et nous a raconté rapidement sa vie. C’était très émouvant. Je me souviens que Grant a versé quelques larmes.

The Go – Betweens – The Clarke Sisters

G Stands For Go-Betweens: The Go-Betweens Anthology – Volume 2 des Go-Betweens est disponible chez Domino.


Tracklist : The Go-Betweens - Liberty Belle And The Black Diamond Express
  1. Spring Rain
  2. The Ghost And The Black Hat
  3. The Wrong Road
  4. To Reach Me
  5. Twin Layers Of Lightning
  6. In The Core Of A Flame
  7. Head Full Of Steam
  8. Bow Down
  9. Palm Sunday (On Board The S.S. Within)
  10. Apology Accepted

Tracklist : The Go-Betweens - Tallulah
  1. Right Here
  2. You Tell Me
  3. Someone Else's Wife
  4. I Just Get Caught Out
  5. Cut It Out
  6. The House
  7. That Jack Kerouac Built
  8. Bye Bye Pride
  9. Spirit Of A Vampyre
  10. The Clarke Sisters
  11. Hope Then Strife
Tracklist : The Go-Betweens - 16 Lovers Lane
  1. Love Goes On!
  2. Quiet Heart
  3. Love Is A Sign
  4. You Can't Say No Forever
  5. The Devil's Eye
  6. Streets Of Your Town
  7. Clouds
  8. Was There Anything I Could Do?
  9. I'm All Right
  10. Dive For Your Memory
Tracklist : The Go-Betweens - Fountains Of Youth - Live At The Town & Country Club, London - 10 May 1987
  1. Bye Bye Pride
  2. Unkind And Unwise
  3. Part Company
  4. The House That Jack Kerouac Built
  5. The Clarke Sisters
  6. This Girl Black Girl
  7. Don’t Call Me Gone
  8. When People Are Dead
  9. Your Turn
  10. My Turn
  11. Cut It Out
  12. You Tell Me
  13. Head Full Of Steam
  14. Right Here
  15. Man O’Sand To Girl O’Sea
  16. Apology Accepted
  17. Spring Rain
  18. Karen
  19. Eight Pictures
Tracklist : The Go-Betweens - The Devil Is In Your Dress - Rarities Volume 5: 1985-86
  1. In The Core Of A Flame
  2. Living The Life At Hand
  3. To Reach Me
  4. Grandfather Slow
  5. Spring Rain
  6. Head Full Of Steam
  7. Wrong Road Round
  8. Don’t Let Him Come Back
  9. Reunion Dinner
  10. Little Joe
  11. The Life At Hand
  12. Casanova’s Last Words
  13. I Work In A Health Spa
Tracklist : The Go-Betweens - Run From Him - Rarities Volume 6: 1986-87
  1. I Know What I Like
  2. You Tell Me
  3. Do It Like The Devil Did
  4. Together At Last
  5. Cut It Out
  6. Easier Said Than Done
  7. The House That Jack Kerouac Built
  8. Right Here
  9. Someone Else’s Wife
  10. The Clarke Sisters
  11. Bye Bye Pride
  12. I Just Get Caught Out
  13. A Little Romance
  14. When People Are Dead
  15. Don’t Call Me Gone
  16. Time In The Desert
  17. Doo Wop In ‘A’ (Bam Boom)
Tracklist : The Go-Betweens - Trying To Be A Strong Person - Rarities Volume 7: 1988
  1. Wait Until June
  2. The Devil’s Eye
  3. I’m Allright
  4. Was There Anything I Could Do
  5. You Won’t Find It Again
  6. Love Is A Sign
  7. Love Goes On!
  8. Dive For Your Memory
  9. Apples In Bed
  10. Clouds
  11. Head Over Heels
  12. Casanova’s Last Words
  13. You Can’t Say No Forever
  14. Quiet Heart
  15. Wait Until June
  16. Casanova’s Last Words
  17. Rock And Roll Friend
  18. Mexican Postcard
  19. Rock And Roll Friend
  20. Dive For Your Memory
  21. Quiet Heart
  22. Clouds
  23. Love Goes On!
Tracklist : The Go-Betweens - Titre album
  1. Dear Black Dream
  2. Danger In The Past
  3. Easy Come Easy Go
  4. Broadway Bride
  5. I Love You; Still
  6. What You Call Change
  7. Open Invitation
  8. You Can Dream About Tomorrow
  9. I’ve Been Looking For Somebody
  10. Outlaw #1
  11. Haunted House
  12. Sally’s Revolution Blues
  13. Just Get That Straight
  14. The Days My Eyes Came Back
  15. Running The Risk Of Ever Losing You
  16. It Had To Be Me
  17. Signs Of Life
  18. How I Wish This War Was Over
  19. Art Cinema
  20. Nowhere By Any Other Name
  21. No Peace In The Palace
  22. Here They Come
  23. Child Of God
  24. The Man Who Died In Rapture
  25. House Of Snakes
  26. All The Time
  27. Send Him Back Home
  28. What Goes Up Must Come Down
The Go-Betweens – G Stands For Go-Betweens Volume Two
5.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.