Catégories
Chroniques d'albums

Paul Molloy – The Fifth Dandelion

Fidèle à la tradition de Liverpool, Paul Molloy publie un disque digne d’un disque solo de l’ami Broudie ou de Ian McCulloch.

A Liverpool, il y a les Coral, Shack, Echo & The Bunnymen… La liste est longue. Et il y a la liste, encore plus longue, des projets solo des membres des groupes précédemment cités. En 2020, on attend peut-être toujours le disque solo de John Head et on est toujours admiratif du travail de McCulloch, que ce soit avec Candleland en 1989 ou avec Slideling en 2003 (avec les Coldplay en backing band). Il ne faut pas oublier tout le travail abattu par les membres de The Coral qui ont tous choisi de butiner la pop en solo. Que ce soit avec Lee Southall (qui a totalement disparu des radars) ou avec Nick Power, les dépendants de la mélodie juvénile en ont eu pour leur argent…
Et Paul Molloy dans cette affaire ? Et ce The Fifth Dandelion ?
Ex-Zutons et actuel The Coral, Molloy publie au final assez tardivement ses propres chansons. Sur le circuit depuis plus de vingt ans, il a préféré être au service des autres plutôt que d’imposer son répertoire.

Paul Molloy – My Madonna

Défendant corps et âme Liverpool, sa mère patrie, Molloy remplit son contrat de bout en bout. Les chansons de The Fifth Dandelion voguent sur la Mersey et font étrangement penser à Flowers des Echo & the Bunnymen. C’est à la fois pop et psychédélique, c’est à la fois sérieux et léger… C’est un joli disque qui a des refrains à se damner et des mélodies imparables. On en revient à l’introduction de cette courte chronique : fidèle à la tradition de Liverpool, Paul Molloy publie un disque digne d’un disque solo de l’ami Broudie ou de Ian McCulloch. Et c’est très bien ainsi.

The Fifth Dandelion de Paul Molloy est disponible depuis le 21 août 2020.


Tracklist : Paul Molloy - The Fifth Dandelion
  1. Phantasmagoria
  2. Dungaree Day
  3. My Madonna
  4. The Return of Cherry Pie
  5. Andromeda
  6. From Venus to Pale Blue
  7. The Swamp
  8. Hey Ho! Jack of Diamonds
  9. Salad Days
  10. Bring in the Night
  11. Talacre Lighthouse

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Paul Molloy is like a virgin

Liverpool continue de nous enchanter en cet été étouffant. La rasade de fraîcheur est aujourd’hui assurée par Paul Molloy, ex- The Zutons et actuel The Coral avec son clip My Madonna.

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.

La pop selon Paul Molloy

Il y a du mouvement à Liverpool. Michael Head ressort un disque ? Du tout. L’affaire se joue au niveau de la génération suivante. Paul Molloy, guitariste des Coral, s’apprête à publier un premier album solo.
The Coral - Live At Skeleton Key

The Coral – Live At Skeleton Coast

En attendant de reprendre les chamailleries habituelles du 1er mai, on peut écouter, confiné, l’album live des Coral qui vient de débarquer sans prévenir sur les Internet.

La bonne humeur des Lathums

Les Lathums ne s’arrêtent plus ! Les revoilà avec un nouveau single, produit par James Skelly (The Coral) et une plantureuse tournée anglaise. A quand la France ?

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.
The Coral

Power to Lowdeine Chronicles !

Quand il n’écrit pas de petites merveilles avec The Coral (ou avec Ian Broudie), Nick Power écrit des recueils de poésie. Lowdeine Chronicles, co-écrit avec Andrew Taylor, arrive chez tous les bons libraires (anglais).

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.